Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Précarité énergétique dans les copropriétés : la Région IDF et Paris proposent des aides

Energie  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com

La Région Ile-de-France et la Ville de Paris ont annoncé le 28 mars la signature ''prochaine" d'une convention pour diminuer les émissions de gaz à effet de serre et lutter contre la précarité énergétique et sociale dans les copropriétés parisiennes.

Alors que la "démarche d'économie d'énergie reste techniquement, juridiquement et financièrement difficile à enclencher dans le parc privé", la Ville et la Région souhaitent "coordonner leurs moyens pour traiter le problème à la source, en facilitant les travaux d'économie dans les immeubles énergivores" et ce, en dépit "des promesses non tenues du Grenelle", indiquent-elles dans un communiqué.  Problèmes de prise de décision et de lisibilité des économies d'énergie, difficultés de financements… Les copropriétaires se heurtent encore à des obstacles avant ''d'éco-rénover'' malgré les mesures prises récentes d'extension de l'Eco-PTZ aux syndicats de copropriété ou encore d'audit énergétique obligatoire des grandes copropriétés, prévu par le Grenelle 2 .

Des aides financières

La Région et la Ville vont proposer des aides financières aux syndicats de copropriétaires, "au vu de la qualité et de la performance de leur projet, sur la base d'un audit énergétique complet. Ce soutien financier prendra également en compte l'importance des frais de chauffage, la production d'eau chaude sanitaire, le montant des impayés et le niveau de revenus des occupants". Les travaux devraient permettre, selon elles, "de gagner au moins deux classes énergétiques (par exemple, passer à l'étiquette D, pour les immeubles classés en F et G)''.

L'objectif porte sur un minimum de 50 copropriétés, soit 3.000 à 4.000 habitations à l'horizon 2013. L'aide financière de la Région pourra représenter jusqu'à 25% du coût des travaux par immeuble, dans la limite de 3.000 € de subvention par logement, portée 4.000 € par logement si la copropriété fait l'objet d'une labellisation régionale. De son côté, la Ville de Paris participera au financement des travaux à hauteur de 20 % maximum sur des critères techniques, et attribuera des aides complémentaires pour les propriétaires aux revenus modestes.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Axdis Prime, l'expert conseil en rénovation énergétique AXDIS PRO