En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Découpe des ailerons de requin : la Commission veut durcir le ton

Biodiversité  |    |  Sophie Fabrégat  |  Actu-Environnement.com

Ces dernières années, la demande d'ailerons de requin et d'autres produits dérivés a fortement augmenté, portée par l'Asie, menaçant gravement certaines populations de requins, particulièrement vulnérables du fait de leur croissance lente, de leur maturité tardive et du faible nombre de jeunes par naissance. La Commission européenne propose donc d'interdire dans les eaux de l'UE et à tous les navires battant pavillon européen, la pratique de l'enlèvement des nageoires de requin à bord des navires de pêche ("finning"), sans aucune exception. "Cette pratique consiste à couper les nageoires – souvent quand le requin est encore en vie - et à rejeter en mer le reste du corps", rappelle la Commission, qui souhaite imposer de débarquer les requins avec les nageoires attachées au corps. La Commission espère ainsi pouvoir mieux contrôler ces pratiques et les dissuader.

Depuis 2003, le finning est interdit. Cependant, "à titre dérogatoire et sous certaines conditions, l'enlèvement des nageoires à bord et le débarquement des nageoires et des carcasses dans des ports différents, pour autant que le poids des nageoires n'excède pas 5 % du poids vif des requins capturés". Ce qui n'a pas permis d'empêcher les dérives : "Étant donné que les nageoires et les corps peuvent être débarqués dans des ports différents, les inspecteurs doivent se fonder sur les enregistrements du journal de bord pour déterminer si la proportion a été respectée. De plus, le rapport pondéral entre les nageoires et les carcasses varie en fonction des espèces et des techniques de découpe des nageoires".

Réactions2 réactions à cet article

 

Toutes ces lois sont extraordinairement inefficaces sans une vraie politique de répression. Les mers se vident c'est une évidence, le fait de couper les nageoires d'un requin doit relever du pénal c'est à dire de la prison. Il est simplement lamentable qu'en 2011 on autorise des pratiques pareilles. Simplement mettons un arrêté définitif avec confiscation du bateau si nécessaire.

arthur duchemin | 23 novembre 2011 à 10h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

En moyenne les ailerons pèsent 7% du poids d'un requin ...

Cette loi n'interdit donc rien (hormis aux yeux du grand public) ... elle oblige juste à peser à la baisse les requins péchés... ou d'en couper un petit peu moins.

Laurent | 03 janvier 2012 à 19h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager