En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Air : un nouvel indice national va rendre compte de la pollution "ici et maintenant"

Risques  |    |  Philippe ColletActu-Environnement.com
Air : un nouvel indice national va rendre compte de la pollution "ici et maintenant"
Environnement & Technique N°381 Cet article a été publié dans Environnement & Technique n°381
[ Voir un extrait | Acheter le numéro]

L'indice Atmo, qui caractérise la qualité de l'air des agglomérations, sera révisé d'ici la fin de l'année. Il s'agit de l'améliorer pour que l'information sur la pollution de l'air soit plus fine et plus précise. Il sera aussi lié aux dispositifs d'information et d'alerte, "voire aux lignes directrices de l'OMS, via les sous-indices". La révision doit enfin l'adapter aux applications numériques. La fédération des Associations agréées de surveillance de la qualité de l'air (Aasqa) a validé un programme en ce sens pour aboutir à la publication d'un nouvel arrêté en décembre 2018, explique le Centre interprofessionnel technique d'études de la pollution atmosphérique (Citepa) dans sa lettre d'information du mois d'avril.

L'indice Atmo est calculé pour les agglomérations de plus de 100.000 habitants à partir des seuils réglementaires de concentration de particules fines (PM10), de dioxyde d'azote (NO2), d'ozone (O3) et de dioxyde de soufre (SO2). La qualité de l'air est exprimée sur une échelle allant de 1 (très bonne) à 10 (très mauvaise). Son calcul se base sur les stations de fond, laissant de côté les stations de mesure le long du trafic. En outre, il ne prend pas en compte les synergies entre les quatre polluants.

Le nouvel indice offrira une échelle spatiale et temporelle plus fine (informer sur la pollution de l'air "ici et maintenant"). La méthode d'agrégation entre l'horaire, le journalier et l'annuel sera plus cohérente. L'indice sera aussi plus "représentatif d'une réalité de la qualité de l'air". Pour cela, la fédération Atmo travaille sur l'exposition aux différents polluants en collaboration avec l'Anses. Enfin, il sera plus compréhensible et communiquant et sera "moissonnable" depuis l'open data des Aasqa.

Les travaux déboucheront sur une révision de l'arrêté de décembre 2011. Les essais dans les régions sont en cours jusqu'à mi-mai. Des propositions seront faites en juin, pour une validation en juillet. La fédération Atmo compte présenter le nouvel indice, le 19 septembre prochain, lors de la journée nationale de la qualité de l'air. Le nouvel arrêté doit être publié en décembre pour une mise en œuvre en janvier 2019.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…