En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Qualité de l'air intérieur : 60 millions de consommateurs épingle les désodorisants

Risques  |    |  Florence RousselActu-Environnement.com

L'association 60 millions de consommateurs a analysé en détail les étiquettes des produits ménagers et plus particulièrement des sprays désodorisants et autres produits "purifiants". Elle alerte sur les risques de contamination de l'air intérieur par des substances chimiques irritantes, allergisantes voire toxiques. L'association dresse une "liste noire de 46 produits à sortir de ses placards de toute urgence ! La majorité contient des composés organiques volatiles (COV), notamment le limonène, irritant et allergisant", détaille 60 millions de consommateurs.

L'association met surtout en cause l'étiquetage défaillant et trompeur sur certains produits : "Les sprays assainissants aux huiles essentielles contiennent des substances allergènes, irritantes, voire toxiques, impliquant un étiquetage strict. Or, de nombreuses références comportent pourtant des allégations «100 % bio», «100% naturel», en flagrante contradiction avec la législation, explique-t-elle. Fait aggravant, 70% des marques trichent : elles font rétrécir les pictogrammes de danger, supposés alerter les consommateurs".

L'enquête révèle aussi le retour de l'utilisation de pesticides dans les produits antiacariens. "Parmi eux figurent en bonne place l'huile de neem et la perméthrine. Ces substances sont interdites en usage agricole mais autorisées à la maison".

Réactions1 réaction à cet article

 

ALors là on ne peut pas dire qu'on ait trouvé de l'eau sur Mars, quand même... Quand on sait que les parfums d'intérieur sont classés comme polluants de l'air sur Wikipedia depuis au moins 2009 (date où je l'avais repéré) aussi bien sur les pages "pollution de l'air" que "traitement de l'air"...
Bien évidemment quand on a des notions sur le sujet, on sait que tous les COV sont nocifs... parfums, encens, bougies, huiles essentielles...
"Ce n'est pas parce que c'est naturel, que ce n'est pas toxique" !

Mais évidemment tant que ces fameux "parfums d'intérieur" ne seront pas interdits à la vente, évidemment, la pédagogie restera nécessaire...

Philippe | 10 mars 2017 à 10h38
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…