En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La surveillance de la qualité de l'air dans les écoles précisée par décret

Bâtiment  |    |  Laurent Radisson Actu-Environnement.com

Un décret, paru le 6 janvier au Journal officiel, fixe les modalités de la surveillance obligatoire de la qualité de l'air intérieur des écoles. Les établissements concernés sont plus précisément les établissements d'accueil collectif d'enfants de moins de six ans, les établissements d'accueil de loisirs, et les établissements d'enseignement ou de formation professionnelle du premier et du second degré.

Le texte détermine :

  • la nature de l'évaluation des moyens d'aération des bâtiments et le contenu du rapport à transmettre par l'organisme chargé de l'évaluation au propriétaire ou à l'exploitant des locaux
  • la liste des polluants à mesurer, la stratégie d'échantillonnage, les méthodes de prélèvement, de mesure et d'analyse, ainsi que le contenu du rapport à transmettre par l'organisme chargé des prélèvements
  • les valeurs au-delà desquelles des investigations complémentaires doivent être menées par le propriétaire ou l'exploitant des locaux, dans le but d'identifier les causes de la pollution et de fournir les éléments nécessaires au choix de mesures correctives pérennes et adaptées, le préfet devant être informé des résultats.

D'autres textes attendus

Ce décret est pris en application de la loi Grenelle 2 qui a prévu l'obligation de surveiller périodiquement la qualité de l'air intérieur dans certains établissements recevant du public (ERP) accueillant des populations sensibles ou exposées sur de longues périodes. Un décret en Conseil d'Etat, publié début décembre, a introduit dans le Code de l'environnement les modifications nécessaires à la mise en œuvre de cette surveillance obligatoire.

On attend encore la publication de l'arrêté définissant les conditions d'accréditation des organismes procédant aux mesures de la qualité de l'air intérieur et à l'évaluation des moyens d'aération des bâtiments. De même que les décrets portant sur les autres ERP concernés par la surveillance obligatoire de la qualité de l'air intérieur.

Réactions3 réactions à cet article

 

C'est très bien en théorie. Mais, encore faut-il que la liste des composants corresponde à la réalité. Force est de constater - en Belgique tout au moins - que l'ibge oublie souvent des composants (les nie même) tels que le formaldéhyde, le disxyde de souffre, les particules fines, etc... donc la qualité de l'air, même cancérigène, correspond toujours à leurs "quotas"....

Claudine | 09 janvier 2012 à 13h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

L'idée est excellents, mais le chemin à parcourir pour la mettre en pratique est semé d'embûches , car même la pollution détectée, il faudra
faire des investissements énormes dans les écoles construites avant
guerre ou avant les nouvelles normes ? Encore un beau rêve élaboré
au Grenelle, mais il est bon de rêver.

arthur | 09 janvier 2012 à 16h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 

j'aimerai savoir comment ils vont faire,on n'arrive pas déjà a éviter les fuites d'eau qui coutent des fortunes, a chauffer correctement les bâtiments,trop chaud, trop froid, et on veut connaitre la qualité de l'air dans les écoles,et bien sur l'améliorer. Je rêve.Il y a surement des choses plus importantes a traiter pour les enfants que ce problème si il y a problème.Les apprendre a lire et a écrire par exemple.

Martino | 09 janvier 2012 à 20h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager