En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Pollution de l'air : Paris veut relancer les Zapa

Transport  |    |  Laurent Radisson Actu-Environnement.com

Dans une interview au Parisien ce vendredi 9 mai, l'adjoint aux transports de la Ville de Paris Christophe Najdovski a annoncé la relance, dans une version "améliorée" des zones d'actions prioritaires pour l'air (Zapa).

Cette mesure fait partie du nouveau plan de lutte contre la pollution de l'air que le Conseil de Paris doit examiner le 19 mai prochain.

Le dispositif des Zapa issu du Grenelle, sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy, avait été abandonné par le gouvernement de Jean-Marc Ayrault en raison du peu d'empressement des villes à se porter candidates aux tests, rappelle l'AFP.

L'actuel maire de Paris, Anne Hidalgo, avait pourtant appelé en mars à "zapper les Zapa". Mais, pour Christophe Najdovski, ce sont les Zapa "version NKM" qui étaient inefficaces car insuffisamment contraignantes. "On doit interdire l'accès à une masse plus importante de véhicules", a expliqué l'adjoint écologiste aux transports.

La réaction de Nathalie Kosciusko-Morizet, principale opposante, à la maire de Paris ne s'est pas faite attendre. "La seule mesure efficace à nos yeux pour réduire la pollution est la mise en place de la Zapa, qui permet d'interdire l'accès de la capitale aux véhicules les plus polluants", estime-t-elle dans un communique cosigné avec Yann Wehrling.

"Malheureusement, l'équipe municipale a tellement changé d'avis sur le sujet qu'il est permis d'être sceptique", ajoutent les deux conseillers d'opposition qui réclament l'application la plus rapide de la Zapa et "des solutions dès cet été pour faire face à l'afflux des quelque 2000 cars de tourisme polluants qui sillonnent quotidiennement la capitale".

Réactions5 réactions à cet article

 

L'ennemi est DESIGNE: "2000 cars de tourisme polluants qui sillonnent quotidiennement la capitale". Ce ne sont PLUS les voitures...
A raison de 40 touristes par car ce sont 80 000 touristes dont il faut se débarasser.
Trop longtemps j'ai cru que c'étaient les banlieusards qu'il fallait éliminer de Paris..

ami9327 | 10 mai 2014 à 17h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Un autre ennemi de la qualité de l'air va être quasiment totalement éliminé à Paris à partir du 1er janvier 2015, il s'agit de la combustion du bois. Même les appareils Flamme Verte 5 étoiles sont considérés trop polluants dans la capitale par l'Arrêté inter-préfectoral n° 2013 084 0002 (articles 29 et 31).

Albéric | 12 mai 2014 à 23h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@Ami9327 : Je trouve injuste de désigner 1 coupable et de taper dessus. Plus de 2,2 millions d'habitants à Paris, plus de 500 000 voitures en circulation sur Paris Intra, 2 500 000 voitures en IdF... Quotidiennement !
Mais c'est vrai, la pollution c'est pas nous, c'est les autres, ce sont ces 80 000 touristes quotidien dont certains ne viendront à la capitale qu'une fois dans leur vie... en transports en commun.
Tout le monde sera aussi d'accord pour dire qu'un bus de 40 personnes pollue bien plus que 40 voitures (pas vrai ?).
"Trop longtemps j'ai cru que c'étaient les banlieusards qu'il fallait éliminer de Paris". Notez "éliminer" et "banlieusards" qui sont des termes péjoratifs, insultants, discriminatoires voir pire !
"ce sont 80 000 touristes dont il faut se débarasser". Attention à vos propos, "éliminer" et "se débarasser" sont des termes très tendancieux quand on parle de personnes, qui plus est d'étrangers.
Et tout le monde sera d'accord avec vous et l'idée que le parisien, lui, ne pollue pas même s'il est seul dans sa voiture tous les matins et tous les soirs coincé dans les embouteillages du périph...

Zugzwang | 13 mai 2014 à 12h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Qu'attendent les pouvoirs publics pour agir ? Le lien entre cancers et qualité de l'air a été établi et 7 millions de personnes sont chaque année décédées dans le monde du fait de l'air que l'on respire. Quelques idées ou "rêve éveillé" :
1/ remplacer en ville les 2 roues thermiques par des 2 roues électriques, VAE et vélos ; objectif 100 % à la fin du mandat de Mme HIDALGO
2/ rappeler aux automobilistes qu'il est interdit de laisser tourner son moteur à l'arrêt quand on téléphone ou qu'on attend 10 mn son patron ou son député et verbaliser le cas échéant (le danger pour les riverains me paraît plus grave que le laisser-aller sur les déjections canines)
3/ instaurer un péage urbain différencié selon les jours de concentration des polluants, pénalisant les véhicules les plus polluants, avec gratuité pour les hybrides et électriques
4/ réinjecter les recettes ainsi générées dans les projets de TC du STIF et de la SGP et dans le déploiement d'un réseau de bornes de recharge

père_de_famille | 14 mai 2014 à 13h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est vrai que mon premier message est clairement provocateur: à la base il ne fait que reprendre une citation et de la développer.
En réalité imaginer qu'on puisse vivre dans une mégalopole et y respirer un air pur est utopique. Pour tenter d'y parvenir nous dépensons des sommes d'argent de plus en plus insensées, refusant de voir que la solution n'est PLUS à chercher dans cette direction.

ami9327 | 19 mai 2014 à 09h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager