En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement
Pole Expertise

Supprimer les obstacles comportementaux à un programme d'efficacité énergétique durable

Alexandra Ortiz, expert DuPont Sustainable Solutions, revient sur les mesures qui, au-delà des solutions techniques, visent à acquérir une véritable mobilisation des collaborateurs pour aboutir une culture pérenne de l'efficacité énergétique dans l'entreprise.

Avis d'expert  |  Energie  |    |  Actu-Environnement.com

Les individus et les entreprises adorent les résultats positifs. Plus ils sont rapides et visibles, mieux c'est. C'est pourquoi un programme de gestion de l'énergie peut assez facilement emporter l'adhésion dans un premier temps si les résultats de la première série de « gains rapides » se répercutent sur les factures énergétiques mensuelles. Les gens aiment s'impliquer dans des activités régulières telles que le suivi et le contrôle de leur consommation personnelle d'énergie quand ils sentent qu'ils peuvent agir sur le processus. S'impliquer dans l'élaboration de politiques et de contrôles pour l'optimisation de la consommation d'énergie tout en préservant la productivité et les conditions environnantes peut susciter l'enthousiasme tant que les résultats restent visibles et que les gains d'efficacité continuent. Cependant, si le rythme des progrès en matière d'efficacité énergétique se lisse et que les efforts ayant entraîné des gains rapides deviennent systématiques, une « nouvelle norme » est établie. Alors que l'enthousiasme cède à l'autosatisfaction, les efforts menant aux gains rapides sont progressivement abandonnés, la motivation chute, et au bout d'un an ou deux, le programme de gestion de l'énergie n'est plus qu'un lointain souvenir.

En quoi l'efficacité énergétique à long terme est-elle un objectif louable ?

Cela n'a pas de sens de lancer un programme d'efficacité énergétique s'il est voué à l'échec et laisse un arrière-goût amer. Les solutions faciles doivent générer d'autres solutions faciles qui, si elles sont bien soutenues, entraîneront de véritables économies d'année en année. Une fois que toutes les options faciles ont été essayées, il ne reste que les plus difficiles pour dénicher des économies, les grands projets, les petites opportunités insignifiantes et une bataille apparemment ardue contre des habitudes d'autant plus difficiles à changer qu'elles sont bien ancrées. Pourtant, DuPont a prouvé que cette bataille en valait bien la peine. Depuis 1990, nous avons réussi à améliorer notre consommation d'énergie spécifique d'environ 3 % par an. Notre programme « Bold Energy Plan » nous a permis d'économiser 1 milliard de dollars (au total depuis 2004) grâce à des changements techniques progressifs et une volonté de transformer notre culture d'entreprise de sorte à rechercher une amélioration continue de l'efficacité énergétique. Les employés sont très conscients de leur influence sur l'efficacité énergétique et ils recherchent activement des moyens de réduire la consommation par de petits gestes, comme éteindre les lumières et couper les services en quittant une pièce, ou par des projets plus techniques comprenant de grands systèmes de CVC, d'air comprimé, de vapeur et de procédés dont l'utilisation varie. Nous encourageons des réunions et des bilans réguliers, plusieurs sites partagent leurs problèmes et solutions, et les équipes utilisent les méthodes de perfectionnement des entreprises pour identifier des économies supplémentaires. Du PDG aux opérateurs, c'est cet état d'esprit qui permet de pérenniser une politique d'efficacité énergétique.

Surmonter les obstacles pour gagner la course de fond

L'expérience nous montre que beaucoup de programmes d'efficacité énergétique ne survivent pas à long terme malgré des avantages évidents. En général, les programmes d'efficacité énergétique se concentrent d'abord intensément sur les opportunités techniques, opérationnelles et financières. Mais le personnel technique se concentre sur les solutions techniques en se préoccupant peu de l'état d'esprit et des comportements des employés chargés de mettre en œuvre ces nouvelles politiques. Comme la direction de l'entreprise ne manifeste pas clairement un engagement à long terme en faveur de l'efficacité énergétique, les employés ne se sentent pas concernés et ne sont pas motivés à améliorer les processus et procédures. Les programmes d'efficacité énergétique ne tiennent pas dans la durée parce que les gens cessent d'y faire attention ou que la routine entraîne l'indifférence.

Mettre en place une « culture de l'énergie »

Une affiche ou un e-mail ne suffisent pas à modifier les comportements au sein d'une entreprise. Les obstacles comportementaux peuvent être classés en plusieurs groupes. En identifiant ces comportements, le but n'est pas de punir des individus, mais de travailler sur les environnements systémiques et culturels qui encouragent et perpétuent ces comportements.

DuPont Sustainable Solutions, l'activité conseil DuPont dédiée à l'excellence environnementale, a travaillé avec différentes entreprises à l'amélioration de l'efficacité énergétique. Nous avons constaté que les obstacles comportementaux les plus répandus sont une prise de conscience insuffisante et une compréhension limitée de l'influence de l'efficacité énergétique sur les résultats de l'entreprise. Une autre cause très répandue est la perception que l'énergie n'est pas le produit principal de l'entreprise. Associées aux normes culturelles de l'entreprise, ces croyances peuvent entraver la réalisation de gains durables. Une entreprise qui n'arrive pas à impliquer correctement ses employés, à fournir un feed-back régulier et cohérent ainsi que des récompenses stratégiques et de la reconnaissance, risque de perdre les gains énergétiques précédemment acquis.

Une implication insuffisante des employés se manifeste par l'absence de mesure régulière des performances, de système de suggestion d'améliorations et de discussion sur les performances énergétiques pendant les réunions.

La première étape de la mutation culturelle consiste à s'assurer que les dirigeants fassent de l'efficacité énergétique une priorité et qu'ils traduisent cet engagement en actions visibles. Si les employés constatent que la direction prend l'amélioration continue au sérieux et leur apporte l'aide nécessaire, ils seront motivés pour trouver des moyens de réduire le gaspillage énergétique. La communication joue un rôle crucial dans la réussite d'un programme d'efficacité énergétique. Des communications percutantes et fréquentes sur les performances, les projets et la reconnaissance des employés travaillant à ces projets contribuent à la visibilité du programme afin que les gens ne l'oublient pas. Une approche possible est de nommer pour chaque site un « champion de l'énergie » chargé de gérer le programme énergétique, avec l'aide de représentants de chaque unité de production.

Pérenniser la démarche

Outre la réduction des coûts énergétiques et des impacts environnementaux, un programme durable d'efficacité énergétique peut renforcer le sentiment d'avoir un but, apporter des bénéfices collatéraux en termes de fiabilité, de qualité et de motivation, et améliorer l'image de l'entreprise sur les questions environnementales. Une efficacité énergétique durable va bien plus loin que quelques gains rapides organisés par une équipe centrale. Elle exige la participation active et profonde de toute l'entreprise aspirant à l'amélioration continue. L'entreprise doit surmonter les obstacles actuels, ainsi que les attitudes et comportements ancrés dans sa culture pour développer une culture pérenne de l'efficacité énergétique.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…