Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Algues vertes : un troisième plan signé pour la baie de Fouesnant-Concarneau

Eau  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com

Après la signature de deux chartes de territoire pour les baies de Lannion et de Saint-Brieux respectivement en septembre et octobre 2011, un troisième plan de lutte contre les algues vertes a été signé pour la baie Fouesnant-Concarneau.

Ce plan repose sur plusieurs axes forts : un engagement de 90% des agriculteurs dans une démarche de diagnostic, et de 80% de la Surface agricole utile (SAU) de la baie dans des chartes individuelles d'ici 2013 et la contractualisation d'une série de mesures (amélioration de l'efficacité du couvert végétal, augmentation de la part d'herbe dans la surface fourragère, mise en oeuvre de mesures de gestion sur 500 ha de zones humides…). Ces mesures doivent permettre d'atteindre moins de 10mg/l de nitrates à horizon 2027 et 30% de cet objectif dans les 3 ans.

Un accompagnement financier à été prévu à hauteur de 6,42 millions d'euros répartis en 4,4 M€ pour l'Etat et l'Agence de l'Eau, 1,32 M€ pour le Conseil régional et 0,7 M€ pour le Conseil général du Finistère.

Pour l'association Eau et Rivières de Bretagne qui a validé ce plan, "le plus difficile reste à venir, d'abord sur ce bassin-versant pour aller chercher les 90 % d'adhésion au projet, mais plus largement pour le Finistère où trois autres projets doivent voir le jour dans les mois à venir." D'ailleurs celui de la baie de Douarnenez a reçu un avis très critique du comité scientifique rejoignant en cela l'avis donné par Eau & Rivières et l'association locale Baie de Douarnenez.

Réactions1 réaction à cet article

 

Bonjour,
Les reproches faits aux agriculteurs sont faux. Les stations dépurations n'épurent les eaux qu'à 68%, comptant, dans le cas de Concarneau, sur la mer pour finir le travail pour les autres, c'est la rivière. J'ai relevé avec le CEVA à la pointe du Cabellou 2,3kg d'ulves au m2. Ors, sur le pourtour de la Baie, il n'y a ni agriculture, ni élevage intensif.
Question: qui sont les responsables des apports de sels nutritifs? Réponse: ce sont les déjections humaines par le biais de la station.
Autre exemple: l'archipel de Glénan est aussi soumis aux marée vertes, et là, impossible d'accuser agriculteurs et éleveurs, mais l'espèce humaine et ses déjections.
Un problème ne peut être résolu si dans son énoncé,les données sont fausses au départ.
J'estime l'apport de sels nutritifs venant de l'Homme à 50%, de l'agriculture à 35% (car la + grande partie est recyclée dans les végétaux) et les 15% restant, aux causes naturelles (faune sauvage, végétaux le long des courts d'eau, etc...).
Je vous signale aussi qu'en 2000, 85% des stations d'épuration étaient hors normes en ce qui concerne les phosphates.
Je me permets de vous informer que je suis détenteur d'un brevet sensé résoudre une réduction de la prolifération de ces algues. Mais que pour revenir à la "normale", il faut agir en amont.
De nombreuses techniques existent, seule une volonté politique peut arriver à résoudre le problème et surtout ne pas accuser les autres pour éviter d'être monter du doigt.

Grenouille 10 | 18 mai 2012 à 18h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Contrôle de la qualité et de la quantité de l'eau au point de prélèvement Endress+Hauser