En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Prolifération des algues en Bretagne : les associations dénoncent l'indifférence de l'Etat

Eau  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
Comme chaque année, dès que la température de l'eau augmente, les algues naturellement présentes dans l'eau se multiplient sur les côtes bretonnes et viennent s'échouer sur plusieurs plages de la région où elles se décomposent.
Outre des nuisances olfactives et des coûts de ramassage pour la collectivité, ces algues pourraient être à l'origine de plusieurs morts d'animaux voire d'un promeneur du fait de l'émanation d'hydrogène sulfuré. La mort d'un cheval fin juillet dans les Côtes-d'Amor a relancé la polémique.

Le développement des algues est en effet accentué par la présence d'éléments azotés dans les eaux due aux activités agricoles de la région. Le surplus d'éléments apportés aux cultures via les épandages d'effluents agricoles est lessivé et se retrouve dans les cours d'eau. En Bretagne, la situation est critique puisqu'elle remet régulièrement en cause l'alimentation en eau potable des populations pour cause de pollution aux nitrates.

Depuis les premières menaces de la Commission européenne à ce sujet, la France a mis en place plusieurs plans d'action successifs visant à limiter les apports d'azote sur les bassins versants particulièrement touchés. Selon les dernières statistiques du Service de l'observation et des statistiques (SOeS) du Ministère du développement durable, le taux de nitrate dans les bassins agricoles est en baisse. Fortement polluée initialement, la Bretagne se distingue avec les baisses les plus importantes, jusqu'à -20 %, avec en parallèle une diminution des apports azotés de 30% sur la même période. Mais les conséquences ne se font pas encore sentir au niveau des côtes bretonnes et concrètement sur le terrain, l'Etat opte pour la fermeture de l'accès des plages.

Pour l'association Eau et Rivières de Bretagne, ces actions sont insuffisantes : le 4e plan d'action de l'Etat [ndlr : signée le 29 juillet 2009 par le Préfet des Côtes d'Armor] ne comporte aucune disposition particulière pour les zones touchées par les marées vertes. L'association accuse l'état d'indifférence et de passivité : l'Etat aurait dû depuis longtemps préparer et mettre en oeuvre un programme de réduction progressive des apports de nitrates à l'amont des baies touchées par les marées vertes.

En attendant, le ramassage des algues se poursuit.

Réactions8 réactions à cet article

 
je confirme !!

Une fois de plus je viens de passer mes vacances en vacances en Bretagne, plus précisément dans les Côtes-D’armor sur la côte de granite rose. La région est magnifique les gens très sympas mais certaines plages sont infestées d'algues vertes.
Quand je passe dans ces villages côtiers je me demande comment les habitants font pour vivre avec une telle odeur.
Pour memo l'année dernière un touriste promenait ces deux chien sur une de ces plages , au bout de 5 mn plus rien !!! Il les recherches et le retrouve les deux allongés sur le sol mort !!! après analyse par un vétérinaire empoissonnement du à l'aspiration d'une quantité importante d’hydrogène sulfuré.
Le lendemain la plage était ré-ouverte avec sont lot de famille et de gamins qui joue dans les algues toutes la journée!
Un article est passé dans la presse local, des associations ne comprenaient pas que l'on ne ferme pas ces plages en été, peut être pour éviter de faire peur aux touristes?
Cette année s'est pareil toutes les plages sont ouvertes, les algues sont présentes, effectivement un cheval des 800 kg est mort également empoissonné l’état attend quoi pour réagir, qu'un gamin de 30 kg décède !!!!Un fois de plus on attend le drame , le lendemain le président ou un ministre passe , tout le monde dit que se n’est pas normal que des gens n’ont pas fait leur boulot ont s’agite ont fait des commentaires …. Mais bon le gamin lui est quand même mort !!!!!

ice 54 | 13 août 2009 à 08h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Mitigé

Costarmoricain de 31ans, je connais ces problèmes d'algues vertes (et ses conséquences) depuis ma plus tendre enfance.

Des mesures sont prises pour limiter la pollution nitratée.
Mais sont elles-suffisantes? J'en doute. Imposée une bande enherbé de 5mètre le long des courts d'eau, le contrôle du bon fonctionnement des pulvérisateurs...Il faut accélérer le mouvement. Devenir plus ferme.

Avant cette année, je n'avais jamais eu connaissance d'une mort imputable à ces algues. Je suis très surpris du tapage médiatique de ces derniers jours.

En attendant la rentrée afin que ce "buzz" s'étouffe, jusqu'à l'année prochaine.

yohann22 | 13 août 2009 à 12h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 
les algues ,un trésor?

Certes,un trésor à exploiter pour la production de
multiples utilisations pour notre confort et santé!
Pourtant,génératrices de gaz toxiques comme l'H2S et
le NH3,on doit se poser la question:Accumulant des polluants azotés,phosphorés,métaux lourds,P.C.B ,
médicaments,bref tout ce que nous rejetons dans les
mers,peux-t-on encore parler de trésors à exploiter
à l'avenir.Ou consulter les résultats des indispensables analyses avant transformations?
Nourriture de la faune aquatique,donc de la nôtre
peux-t-on soutenir la l'exploitation des oceans ,
richesse naturelle créée pour le rester et non pour
le fameux principe du rendement à tout prix?

arthur | 13 août 2009 à 18h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Prolifération des algues

Depuis le temps que nos agriculteurs ont des pratiques toxiques pour les côtes comme pour les nappes phréatiques ! Par peur de faire baisser les rendements ils ont toujours la main lourde sur les engrais, en toute bonne conscience.
Leur autorégulation est molle, partielle et donc inefficace. L'état, comme vous le dîtes, oublie la puanteur et les souillures des plages une fois les estivants repartis et l'automne venu.
Je propose d'envoyer les photos des plages polluées avec "odorama" à tous les clients étrangers et français des comités régionaux de tourisme de Bretagne.On peut y ajouter les lycées agricoles qui perpétuent les mauvaises pratiques en amendement des sols par leurs enseignements rétrogrades.

mimipinson | 13 août 2009 à 18h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 
La Bretagne

De très nombreux discours, des actions, défendent la terre bretonne, une Bretagne réunifiée, un peuple breton et même une nation du même nom. N'est-ce pas là un sujet de lutte, unificateur, à traiter à l'interne, sans se tourner vers l'état français. Il y aurait plus d'espoir .

A.Vecté | 14 août 2009 à 15h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 
à l'époque ,c'était la vase...

Je propose un cocktail algues glacées-frappées pour ces chers élus!et un saladier entier pour le préfet?!!!

kikiaji | 17 août 2009 à 17h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 
outration

je suis outré (comme par hasard) q'un si beau cheval aie perdu la vie suite à l'ingestion d'algues.... J'aimerais connaitre le nom du défun sauvagement agressé.
En esprérant que la justice sache faire la part des choses et punisse ces algues

outreman | 24 mars 2010 à 16h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:outration

Je doute que l'ironie soit un principe adéquate pour expliquer votre point de vue qui me semble quelque peu simpliste et irréfléchie concernant ce probleme qui nous affecte tout les jours, nous et nos enfants.

Blaségirl | 12 octobre 2010 à 11h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager