Robots
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Recyclage des pneus : Aliapur freine sur la collecte

Confronté à un décalage récurrent entre les niveaux d'éco-contribution et les pneus réellement collectés sur le terrain, Aliapur a décidé de réduire sa collecte et exhorte le ministère à contrôler la bonne application des textes réglementaires.

Déchets  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
Selon son dernier rapport d'activité présenté aujourd'hui, la société Aliapur a collecté plus de 284.000 tonnes de pneus en 2009 contre 301.884 tonnes en 2008. Au regard des quantités de pneus mis sur le marché (280.000), la société a donc collecté plus de pneus que prévu malgré un impact de la crise sur les ventes. Cette situation récurrente depuis la création de la filière en 2004 inquiète Eric Fabiew, Directeur général d'Aliapur : ''ce dépassement ne saurait croître exponentiellement ni s'inscrire dans la durée car il relèverait d'un ''acte anormal de gestion''. Il met en équilibre l'équilibre financier de la société et par voie de conséquence celui de l'ensemble de la filière'', ajoute-t-il.

Rappelons qu'en vertu de la Responsabilité Elargie des Producteurs, la filière de collecte et de traitement des pneus usagés est financée par les fabricants de pneus via une eco-contribution. Les fabricants et importateurs doivent déclarer les quantités de pneus mises sur le marché chaque année et s'acquitter de leur contribution. Mais selon les estimations d'Aliapur, 22.000 tonnes de pneus échappent chaque année à l'éco-contribution tout en étant déposés dans les points de ventes. ''12.000 tonnes proviennent des producteurs soit parce qu'ils ne déclarent pas soit parce qu'ils minorent leur déclaration, 7.000 tonnes sont le fait de pneus neufs achetés sur internet et 3.000 tonnes sont des pneus en provenance des véhicules hors d'usage ou des agriculteurs'', détaille Eric Fabiew.

Estimant que cette situation ne peut pas durer, Aliapur a entamé des démarches auprès du ministère du développement durable pour demander plus de contrôle et une application stricte des textes réglementaires : ''nous nous sommes rendu compte que tous les efforts que nous avons faits jusqu'à maintenant ont totalement anesthésié l'Etat'', remarque Eric Fabiew. ''Nous attendons désormais que ce dernier fasse son travail à savoir contrôler et sanctionner'', ajoute-t-il. En attendant, Aliapur a décidé de freiner voire suspendre la collecte des pneus chez certains distributeurs ou détenteurs afin de ne collecter que les quantités déclarées, ce qui n'est pas sans conséquence. Certains détenteurs doivent faire face à une augmentation de leur stock au risque de dépasser leur capacité et détériorer les conditions de stockage voire de multiplier les dépôts sauvages. Plusieurs collectivités y sont déjà confrontées et ont récemment porté plainte. ''Le travail accompli jusqu'à maintenant est en train de se dégrader et l'image d'Aliapur également'', commente Eric Fabiew. En réunion avec le ministère cette après-midi le Directeur général d'Aliapur a bien l'intention d'exposer à nouveau la situation mais sans trop d'espoir.

En attendant Aliapur poursuit son développement surtout en matière de valorisation matière qui a permis de recycler 34% des pneus collectés en 2009 contre 15% dans le réemploi et 50% pour la valorisation énergétique. Diverses applications sont développées : les granulats dans les gazons synthétiques, les broyats comme matériaux drainant, les pneus entiers en bassin de rétention… D'autres pistes sont envisagées comme la fabrication de l'asphalte, de matériaux d'insonorisation ou de matériaux composites pour l'industrie automobile. ''Toutefois, des progrès restent à faire en terme de qualité de matériaux. Seuls les fabricants ayant la capacité de produire un granulat régulier, homogène, propre, calibré et d'un prix compétitif pourront saisir les opportunités des débouchés'', précise Aliapur.

Réactions1 réaction à cet article

 
franchise ou filiale

Bonjour,
Très sensible aux activités qui ont un lien direct avec l'environnement, je souhaiterais savoir si dans votre secteur, y-aurait des possibilités de développement d'activité?
Si oui, pourriez-vous me préciser lesquels?
Dans l'attente de vous lire.
Bien cordialement.
Michel M.

michel | 22 avril 2010 à 02h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager