En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'Allemagne interdit à son tour la culture du maïs OGM MON810

Agroécologie  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com
Selon l'AFP, l'Allemagne a annoncé le 14 avril qu'elle suspendait la culture du maïs génétiquement modifié MON810 de Monsanto, et rejoint la Hongrie, l'Autriche, la Grèce, la France et le Luxembourg (fin mars) qui ont choisi d'activer la clause de sauvegarde sur les cultures OGM contre l'avis de la Commission européenne.

La ministre de l'Agriculture, Ilse Aigner, a justifié cette décision par la possibilité que cette semence OGM fabriquée par le géant agro-industriel américain Monsanto, puisse présenter des dangers pour l'environnement.

Seule une décision de la Commission, soutenue par une majorité qualifiée d'Etats de l'UE, pourrait mettre fin à la décision allemande. Or les ministres de l'environnement ont mis leur veto début mars à une proposition de la Commission visant à contraindre l'Autriche et la Hongrie à revenir sur des interdictions semblables.

100.000 personnes contre la levée des clauses de sauvegarde

Dans un communiqué, Greenpeace a annoncé le 9 avril qu'en un mois, 100.000 personnes ont écrit via l'organisation environnementale une lettre aux ambassades du Royaume-Uni, de la Suède, des Pays-Bas et de la Finlande afin de demander à ces pays de ne pas voter, lors d'un prochain Conseil, la proposition de la Commission européenne visant à imposer la levée des clauses de sauvegarde française et grecque.

Le 2 mars dernier, ces 4 pays avaient été les seuls de l'Union européenne à voter en faveur de la levée des moratoires autrichien et hongrois sur les cultures de maïs MON 810. C'est parce que les citoyens sont mobilisés que la Commission échoue à imposer ces OGM. Il serait temps qu'elle en tienne enfin pleinement compte et enterre définitivement ses propositions visant à forcer les Etats membres à lever leurs moratoires sur les OGM ou d'autoriser de nouveaux OGM, a déclaré Arnaud Apoteker, de Greenpeace France.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager