Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

L'Allemagne renforce son programme de rénovation des bâtiments existants

Convaincue de l'intérêt d'encourager la rénovation des bâtiments sur le plan énergétique, économique et social, l'Allemagne renforce son programme d'aides et lance une grande campagne de communication.

Energie  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
À l'heure actuelle, l'Allemagne possède approximativement 17,3 millions de bâtiments résidentiels et environ 1,5 million de bâtiments non résidentiels. Comme en France, 73% de ces bâtiments ont été construits avant 1978, soit avant que les premiers règlements d'isolation thermique soient entrés en vigueur. Résultats, les coûts pour le chauffage et l'eau chaude sont les postes les plus coûteux en terme de charge. En moyenne, selon les informations fournies par l'association des locataires allemands, ils s'élèvent à 0,86€/m2 soit 68.80 euros par mois pour un logement de 80m2 et ces valeurs ont tendance à augmenter très rapidement.

Convaincu que des quantités importantes d'énergie et de frais peuvent être économisées, le ministère fédéral du transport, du bâtiment et de la ville a lancé en 2001 un programme d'incitation à la rénovation des bâtiments résidentiels. Celui-ci repose sur des crédits spécifiques délivrés par la Kredit Anstalt für Wiederaufbau (KfW), l'équivalant allemand de la Caisse des dépôts pour la réalisation de travaux.
La rénovation porte à la fois sur la modernisation des systèmes de chauffage, le remplacement des fenêtres et le renforcement de l'isolation thermique des murs, des planchers et des toits. C'est le cas par exemple d'un HLM allemand de Lichtenberg, un quartier de Berlin, qui a été entièrement rénové. 296 appartements bénéficient désormais d'une façade isolante, de fenêtres haute isolation à triple vitrage et d'un raccordement du bâtiment à un réseau de chaleur. Grâce à la rénovation et principalement l'isolation de l'enveloppe du bâtiment, les besoins en énergie de chauffage du bâtiment ont été réduit de 30%, tombant sous les 70 kWh par m2 et par an. Les émissions annuelles de CO2 ont diminué de 156.000 tonnes. Ces travaux de rénovation d'une valeur de 8 millions d'euros ont été mis en œuvre avec le soutien du programme de la banque publique KfW. Les coûts de rénovation ont entraîné une augmentation du loyer de 77 centimes/m2 mais les économies d'énergie obtenues ont conduit à une diminution de 53 centimes/m2.

Le bilan 2006 du programme allemand est globalement positif puisque 265.000 logements allemands ont été rénovés en bénéficiant de ces crédits préférentiels. Cela représente une aide de 9,4 milliards d'euros pour un volume total des travaux de 11 milliards d'euros et 900.000 tonnes d'émissions de CO2 économisées. Le ministère fédéral du transport, du bâtiment et de la ville a également fait état de conséquences bénéfiques dans le secteur du bâtiment qui voit son chiffre d'affaires accru. Selon le ministre Wolfgang Tiefensee, chaque milliard investi par le gouvernement permet de consolider et de créer 25.000 emplois.

Suite à ce succès, au 1er janvier 2007, le programme a été remodelé, étendu et simplifié. Ces aides sont désormais disponibles pour les bâtiments des associations et des autorités locales comme les écoles, les gymnases… Une vaste campagne d'information intitulée « La rénovation des bâtiments : assurer aujourd'hui l'énergie de demain » va également être lancée pour sensibiliser l'opinion publique aux potentiels d'économie d'énergie et de protection du climat dans le secteur des bâtiments.

Plus globalement, l'Allemagne est plus que jamais décidée à développer les énergies propres et les technologies environnementales pour répondre au problème du changement climatique. Annette Schavan, la ministre de la Recherche, a annoncé dans le quotidien « Die Welt », la tenue d'un sommet scientifique pour examiner l'efficacité des moyens proposés afin de promouvoir une croissance plus propre. Elle rappelle que l'Allemagne est pionnière en matière d'énergies renouvelables et qu'elle dispose d'un important potentiel dans le secteur des technologies respectueuses de l'environnement. Joachim Wuermeling, le secrétaire d'État au ministère fédéral de l'Économie et de la Technologie, a également appelé les entreprises à s'investir fortement dans les nouvelles technologies environnementales lors du European Business Summit à Bruxelles. Plus la gestion des entreprises européennes s'inscrit dans la logique de la durabilité, plus cette politique réussira. Nous ne voulons pas imiter d'autres régions du monde comme les États-Unis en copiant leurs modèles de succès mais nous voulons agir sur la base de nos propres valeurs européennes. La durabilité en fait incontestablement partie intégrante, a-t-il déclaré.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Entreprises du BTP : et si vous optiez pour des matériaux recyclés ? Biogénie