Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Allergies : l'impact sanitaire du pollen d'ambroisie coûte très cher

Risques  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com

Ce vendredi 4 décembre, l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) publie une estimation des coûts associés aux conséquences sanitaires de la présence de l'ambroisie à feuilles d'armoise : une plante envahissante allergisante qui gagne du terrain en France.

Présente dans la vallée du Rhône depuis le milieu du XXème siècle, l'ambroisie à feuilles d'armoise n'a cessé depuis de se propager sur le territoire national. « Sa propagation est favorisée par certaines activités humaines : le transport de sol ou de semences contaminés par l'ambroisie, les machines agricoles et/ou de fauchage, l'alimentation animale, etc. », indique l'Anses.

L'ambroisie émet un pollen fortement allergisant qui entraîne les mêmes symptômes que d'autres pollens chez les personnes allergiques souffrant de rhinite (éternuements, obstruction nasale, conjonctivite, rougeur, gonflement des paupières…) et impacte fortement leur qualité de vie. En France, le pic de pollinisation a lieu entre mi-août et mi-septembre.

À l'échelle nationale, l'Anses a évalué le coût de la prise en charge médicale (les médicaments et les consultations par exemple) entre 59 millions et 186 millions d'euros par an. Tandis que les coûts de la perte de qualité de vie des personnes allergiques sont estimés entre 346 millions et 438 millions d'euros par an. De même, les coûts des pertes de production, basés sur les arrêts de travail, se situent entre 10 millions et 30 millions d'euros par an.

« Un accroissement de ces coûts est attendu à l'avenir, en raison de l'élargissement prévu des zones infestées par l'ambroisie, exposant de fait de nouvelles populations, et d'une augmentation des niveaux de pollens dans l'air ambiant, notamment en lien avec le changement climatique », prévient l'Anses.

Pour freiner sa propagation, l'Agence préconise la mise en place d'actions concertées de lutte à l'échelle locale, y compris dans les zones encore peu concernées telles que la Bretagne. L'Agence souligne également l'importance d'optimiser la surveillance des pollens d'ambroisie et de sensibiliser les professionnels de santé et le grand public à l'importance de leurs effets sur la santé.

En France, près d'un tiers des adultes souffrirait d'allergie aux pollens (ambroisie, graminées…), selon l'Anses.

Réactions1 réaction à cet article

 

On connait pas du tout cette plante, je sais que ça pousse sur les bermes,c'est tout, sinon on les arracherait bien sur.

pemmore | 07 décembre 2020 à 13h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

BTX : analyseur XRD et XRF de paillasse pour matières sur poudre Olympus France