En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'Europe et l'Afrique alliées pour "réussir la conférence sur le climat de Paris en 2015"

Gouvernance  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com

A l'issue du Sommet de l'Elysée pour la paix et la sécurité en Afrique tenu à Paris le 7 décembre, le Président de la République François Hollande a annoncé "la création d'une alliance entre l'Europe et l'Afrique pour réussir" la conférence des Nations unies sur les changements climatiques (COP 21) prévue dans la capitale en décembre 2015.

Cinquante-trois délégations de pays africains ont participé à ce sommet les 6 et 7 décembre. Les chefs d'Etat et de gouvernement ont "rappelé combien il est vital d'agir rapidement concernant l'objectif de limiter le réchauffement bien en dessous de 2°C par rapport à l'ère préindustrielle", a indiqué François Hollande, lors de son discours de clôture. Ils ont souligné leur détermination commune à élaborer "lors de la Conférence des parties (COP 21) qui se tiendra à Paris en 2015, un nouvel accord contraignant dans le cadre de la Convention, applicable à tous, qui devra entrer en vigueur au plus tard en 2020", a-t-il ajouté.

Cet accord doit porter sur l'atténuation et l'adaptation en prévoyant les moyens de mise en oeuvre,"en particulier l'intensification des transferts de technologie, des mesures de renforcement des capacités pour les pays les plus vulnérables et la fourniture de ressources financières pour l'Afrique", a souligné le chef de l'Etat.

Parmi les engagements, figure la poursuite de financements publics français au développement de projets africains "concrets d'énergies renouvelables et d'efficacité énergétique" à travers l'Agence française de développement (AFD) et le Fonds français pour l'environnement mondial (FFEM). La France "veillera" à ce que l'ensemble des projets d'infrastructures qu'elle finance en Afrique soient "résilients" aux impacts du changement climatique à partir de 2015, a indiqué M. Hollande.

Les participants se sont ainsi engagés à réduire "drastiquement le coût des énergies renouvelables en Afrique", l'objectif étant "de les diviser par deux" par du transfert de technologie et de la recherche publique et privée. Ils entendent également identifier d'autres sources de financements "innovants", comme la taxe sur les transactions financières mise en place par la France en 2012.

Réactions1 réaction à cet article

 

Bonne idée: ces allemands qui nous polluent avec leurs émissions de CO2 feraient bien de revenir au nucléaire.
Que font les écolos ??????

Cath32 | 16 janvier 2014 à 15h56
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager