Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

L'Europe en quête de projets sur l'hydrogène

Energie  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com

Dans le cadre de l'Alliance européenne pour un hydrogène propre lancé en juillet 2020, la Commission européenne cherche des projets. Elle invite les quelque 1 000 membres de l'Alliance à présenter des projets liés à l'hydrogène « renouvelable et sobre en carbone ». « Il s'agit d'une étape importante dans la constitution d'une réserve de projets viables permettant d'atteindre les objectifs de la stratégie de l'hydrogène », explique la Commission. La limite de soumission des projets est fixée au 7 mai. La prochaine réunion du Forum de l'hydrogène, qui se tiendra les 17 et 18 juin, examinera les projets soumis et permettra la mise en relation des différents acteurs.

L'Alliance européenne pour l'hydrogène propre réunit des entreprises, des pouvoirs publics nationaux et locaux, des représentants de la société civile et d'autres parties prenantes. L'idée est de réunir les principaux acteurs (industriels, société civile, Commission, États…) pour lever les barrières et créer de nouvelles coopérations autour de l'hydrogène. Elle doit permettre d'atteindre les objectifs de la stratégie hydrogène de l'Europe à savoir : installer un parc d'électrolyseurs à hydrogène de 6 gigawatts (GW) et produire jusqu'à 1 million de tonnes d'hydrogène renouvelable d'ici 2024, puis atteindre une puissance de 40 GW et 10 millions de tonnes d'hydrogène renouvelable d'ici 2030.

Réactions5 réactions à cet article

 

De grâce faisons en sorte que cet appel à projet finance des projets visant à alimenter les besoins actuels en hydrogène, encore à plus de 95% produits par vapo-reformage très émetteur de CO2.
S'il vous plait épargnez nous les flottes de véhicules hydrogènes, etc... Ce ne sont que des aspirateurs à subventions, montés souvent par des pétroliers, qui nous détournent des vraies solutions pour la mobilité sans CO2 (les batteries semblent une solution mature pour le transport terrestre).
Il faut peut être dire que la solution efficace pour développer les solutions de production d'hydrogène "vert" dans l'industrie est de taxer le CO2 issu du vapo-reformage (disons au même niveau que le gasoil de l'ouvrier quand il va au boulot)... Sinon on va continuer à se faire enfumer par le lobby hydrogène (qui se trouve être proche du lobby des fossiles)

Seb | 15 avril 2021 à 12h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pas sûr du tout que l'hydrogène soit une bonne solution d'avenir qui préserve l'environnement.
Faut il rappeler quelques évidences ? Il n'est pas bon de mettre tous ses oeufs dans le même panier ! Et le plus important pour lutter contre le réchauffement climatique, les pollutions, la perte de biodiversité, c'est de réduire nos consommations énergétiques, à commencer par moins d'usage de toutes mobilités mécaniques et motorisées !

olibio | 16 avril 2021 à 11h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

On peut éventuellement revenir aux projets d'hydroliennes dans des coins à forts coefficients de marée ou de courants habituels gulf stream.

pemmore | 16 avril 2021 à 13h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La production de H2 pourrait se concevoir s'il n'y avait pas la haute "barrière d'énergie" à franchir ET ces prix de revient de l' élec. d'origine éolienne et photovoltaïque - très mal négociés il y a plus de 10 ans ça a freiné - renégocié 2017-2018 - à parfois à 150€ voire 200€ le MWh ..off shore=off control ! coûtent très cher pour longtemps .. sur les factures ces taxes qui se sont multipliées, et reviennent à plus de 50 milliards d'€. Plus les éoliennes tourneront pour électrolyser, et plus les français seront taxés ! Et que va t on faire de ce dihydrogéne ? gaz très explosif. Utilisation pour voitures, par des piles à combustible pour faire H2 + 1/2 O2 -> H2O et produire l'énergie élect. Donc encore des kg de cuivre +matériaux pour faire les aimants pour les moteurs électriques, et la pile à combustible nécessite du platine très cher, que nous n'avons pas. Mêmes problèmes qu'avec les voitures électriques et les pollutions importées - pillages des ressources sur plusieurs continents, transports, sans qu'il ne soit pas encore envisagé de recycler les panneaux photo V, les piles à Combus., les pâles d'éolienne, les milliers tonnes de béton des socles .. Extraction de plus en plus de sable à 200, 250 km de la région parisienne pour le bâtiment mais aussi maraîchage, jusqu'à 5 fois /an des mâches et du sable ajouté à chaque fois ! 1ha de serre = 1 Mm3 d'eau/an et les carrières de sable assèchent (D.A. rubri 3310 asséchement) nappes, puits.

J Cl M 44 | 19 avril 2021 à 11h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 

La production de H2 pourrait se concevoir s'il n'y avait pas la haute barrière d'énergie pour créer la liaison H-H, et ces prix de revient de l' élec. d'origine éolienne et photovoltaïque - très mal négociés il y a plus de 10 ans ça a freiné - renégocié 2017-2018 - à parfois à 150€ voire 200€ le MWh ..off shore=off control ! coûtent très cher pour longtemps.. sur les factures ces taxes qui se sont multipliées, et reviennent à plus de 50 milliards d'€. Plus les éoliennes tourneront pour électrolyser, et plus les français seront taxés ! Et que va t on faire de ce dihydrogéne ? gaz très explosif. Utilisation pour voitures, par des piles à combustible pour faire H2 + 1/2 O2 -> H2O et produire l'énergie élect. Donc encore des kg de cuivre +matériaux pour faire les aimants pour les moteurs électriques, et la pile à combustible nécessite du platine très cher, que nous n'avons pas. Mêmes problèmes qu'avec les voitures électriques et les pollutions importées - pillages des ressources sur plusieurs continents, transports, sans qu'il ne soit pas encore envisagé de recycler les panneaux photo V, les piles à Combus., les pâles d'éolienne, les milliers tonnes de béton des socles .. Extraction de plus en plus de sable à 200, 250 km de la région parisienne pour le bâtiment mais aussi maraîchage, jusqu'à 5 fois /an des mâches et du sable ajouté à chaque fois ! 1ha de serre = 1 Mm3 d'eau/an et les carrières de sable assèchent (D.A. rubrique 3310 assèchement) nappes, puits. Tout est dit !

J Cl M 44 | 20 avril 2021 à 10h40
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Capteur radar 80 GHz VEGAPULS 64 pour la mesure de niveau des liquides VEGA