Robots
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'Alliance pour la planète publie sa nouvelle notation des candidats

Faisant suite à la première évaluation de février dernier, la mise à jour de la notation des candidats établie par l'Alliance pour la planète sur la base de ses propres propositions, fait apparaître, pour certains, des évolutions importantes.

Gouvernance  |    |  Carine Seghier  |  Actu-Environnement.com
Après une première évaluation des partis au gouvernement entre 1997 et 2006 établie en fin d'année dernière, l'Alliance pour la planète, structure qui fédère plus de 70 ONG, a noté pour la deuxième fois les principaux candidats à l'élection présidentielle concernant la prise en compte de l'environnement dans leur programme.

Cette notation s'est effectuée à partir des 24 propositions* que l'Alliance pour la planète estime fondamentales comme notamment : lancer un plan national pour l'isolation de 400.000 logements anciens par an ; affecter 5 milliards d'euros aux transports en commun urbains ; établir des moratoires sur les OGM, la construction d'autoroutes et d'incinérateurs d'ordures ménagères (UIOM) ; suspendre le projet de nouveau réacteur nucléaire EPR ; mettre fin aux subventions agricoles appauvrissant les pays du Sud…
Sur la base de ces propositions fixées par l'Alliance, le bilan de la première notation du 26 février dernier était plutôt moyen : seules Dominique Voynet, Corinne Lepage et Ségolène Royal se situaient au-dessus de la moyenne.

Avec cette mise à jour, Ségolène Royal, Oliver Besancenot et François Bayrou sont en progrès.
Dominique Voynet (les Verts) est toujours en tête du classement avec une moyenne de 17,5/20 (contre 16,5/20 le 26 février) devant Ségolène Royal avec un 16/20 (contre 13 lors du classement précédent) qui se retrouve ex aequo avec le candidat altermondialiste José Bové (non noté précédemment). Olivier Besancenot (LCR) passe quant à lui de 8/20 à 13,5/20, passant ainsi devant François Bayrou (UDF) qui, bénéficiant sans aucun doute du ralliement de Corinne Lepage obtient tout de même 13/20 contre 9/20 en février dernier.
Pour le reste, tous les autres candidats sont en dessous de la moyenne : Marie-George Buffet (PCF - 9,5/20), Nicolas Sarkozy (UMP - 8,5/20), Philippe de Villiers (MPF - 7/20). Jean-Marie Le Pen (FN), Arlette Laguiller (Lutte ouvrière) et Frédéric Nihous (CPNT) ferment la marche avec 6/20. Le programme de Gérard Schivardi (Parti des travailleurs - extrême gauche) est par ailleurs considéré comme non évaluable. Notons qu'entre-temps, l'entretien du samedi 31 mars entre Nicolas Sarkozy et certaines des ONG adhérentes de l'Alliance lui offrira peut-être l'opportunité de se revaloriser à leurs yeux en prenant des engagements beaucoup plus conformes à leurs attentes.

Quoi qu'il en soit les écarts se creusent entre les candidats, notamment autour des quatre moratoires préconisés par l'Alliance, sur les OGM, le projet de réacteur nucléaire EPR, la construction de nouveaux incinérateurs et le développement autoroutier. De plus en plus de candidats comprennent l'importance de ces mesures de rupture, essentielles pour que d'autres politiques, plus respectueuses de l'environnement et plus créatrices d'emplois, soient possibles, indique Yannick Jadot, directeur des campagnes de Greenpeace France.

L'Alliance souligne cependant que son système de notation est établi sur la base de ses propres critères. Notre objectif demeure que les mesures phares que nous avons sélectionnées soient mises en place dès juin 2007, explique Sandrine Mathy, présidente du Réseau Action Climat-France. Cette notation va peut-être plaire ou déplaire, mais chacun peut consulter le détail des notes attribuées sur le site internet de l'Alliance pour la planète et vérifier l'impartialité de nos travaux. Notre démarche est citoyenne et porte sur l'environnement. Nous continuerons à faire pression sur tous les candidats pour que l'excellence environnementale soit la règle, ajoute quant à elle Anne Bringault, directrice des Amis de la Terre.


Propositions et résultats de l'Alliance.
Voir notre dossier politique.

Réactions2 réactions à cet article

 
Combien de promesses sont devenues des réalités ?

Ce qui est important, à mon avis ici, c'est de savoir qui mettra réellement en pratique ses promesses concernant la protection de notre Terre une fois élu. Et là, des doutes certains me viennent d'autant plus que des lobbies allant dans le sens du tout économique au détriment de l'environnement, de notre environnement existent aussi et fonctionnent à tous les niveaux. Pour mémoire, et sauf erreur de ma part, lorsque Dominique Voinet était au gouvernement, concernant la volonté d'un certain nombre de pays européens de ramener la teneur admissible en plomb dans l'eau potable de 50 à 10 microgrammes par litre en 15 ans, la France avait demandé à pouvoir le faire en 30 ans (il est vrai que nous avions et avons un nombre important de tuyauteries en plomb dans notre pays). A sa décharge elle était dans un gouvernement qui n'était pas spécialement écologiste, mais quand même, si cela est vrai c'est dur à avaler.
Donc, et le sujet de l'environnement n'est pas le seul dans ce cas : je suis très sceptique, car pour avoir le pouvoir que ne feraient ou diraient certains ?

Manu | 05 avril 2007 à 09h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Combien de promesses sont devenues des réalités

Je ne suis pas dupe, et j'ai suffisemment été déçu des promesses non tenues, aujourd'hui l'environnement est un sujet avec lequel les candidats sont obligés de composer, mais je suis très pessimiste quant aux réelles applications.
Corrine Lepage est le faire valoir de Bayrou, mais n'aura pas plus de marge de manouevre que les verts dans le gouvernement de Jospin, et les partis respectifs de Sarko et Ségo n'ont jamais montrer leur enthousiasme envers une politiques environnementale, je ne crois plus en leur promesses.
N'en avez vous pas assez de vous faire avoir, et d'espérer constement que nos politiques deviennent réellement responsables ?
Je ne sais pas vraiment lequel ou laquelle sera le (la) plus à même à prendre les décisions responsables au sujet de l'environnement.
A chacun de se faire son avis, a chacun d'y croire encore ou non, je reste malgré tout optimiste, mais je ne compte plus sur ceux cités ci dessus.
Seuls les actes comptes, les discours ne sont que du vent...

démarche personnelle | 07 avril 2007 à 12h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager