En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

“ Il y a un problème de corrélation entre les envies des citoyens et l'aménagement ”

Une enquête réalisée en partenariat avec l'Ademe montre que les propositions d'aménagement de la ville sont parfois décorrélées des aspirations des Français. Explication d'Amandine Crambes, ingénieure urbaniste à l'Ademe.

Interview  |  Aménagement  |    |  Dorothée LapercheActu-Environnement.com
   
“ Il y a un problème de corrélation entre les envies des citoyens et l'aménagement ”
Amandine Crambes
Ingénieure urbaniste à l'Ademe
© Ademe
   

Actu-environnement.com : Avec vos partenaires, le cabinet Chronos et l'Obsoco (observatoire société et consommation), vous avez interrogé des personnes sur leurs aspirations autour de la ville : qu'est-ce qui a motivé cette étude et comment l'avez vous menée ?

Amandine Crambes : Beaucoup de modèles de villes sont proposés aujourd'hui mais ces dernières ne conviennent pas forcément aux habitants. Notre objectif était de comprendre pourquoi, quelles étaient les envies des citoyens et voir si nos missions étaient en corrélation avec les attentes des Français et Françaises. Il est nécessaire de partir des besoins plutôt que d'imposer des solutions techniques.

L'Obsoco et Chronos ont réalisé un questionnaire de 80 questions. L'enquête a ensuite été menée sur un panel de 4.000 personnes entre 18 et 70 ans en France durant l'été 2017. Ils ont également fait une comparaison avec un échantillon de 1.000 personnes dans trois pays européens : Allemagne, Angleterre et Italie.

AE : Quel est le profil de la ville désirée par les Français qui se dessine à travers vos résultats ?

AC : Il y a un problème de corrélation entre les envies et l'aménagement. La ville est perçue, dans beaucoup de réponses, comme un concentré de nuisances, de pollution, du bruit, du monde, etc. mais dans un même temps comme une source de loisirs et de culture. Il y a un rejet fort des grosses villes denses et de la smart city,la ville connectée, surveillée. Les personnes interrogées souhaitent vivre dans des villes qui proposent plus de nature, d'espaces verts ou à proximité de services.

Cela interroge comment, nous urbanistes, ingénieurs, l'Ademe, nous sommes en capacité de proposer des formes en cohérence avec ces aspirations... Outre le bien-être, c'est aussi une question d'urgence d'adaptation aux changements climatiques. Comment même avec l'augmentation de la population, nous réinventons des formes urbaines, faire de la densité mieux acceptée et plus végétalisée que ce soit sur les bâtiments ou les sols ?

AE : Quelles seraient les pistes pour ce type d'urbanisme ?

AC : Je n'ai pas de solutions clef en main, mais nous réfléchissons à des logements mieux adaptés aux usages : moins grands avec des espaces mutualisés dans les immeubles. Les formes des immeubles pourraient également avoir moins d'emprise sur le sol et donner un espace pour la nature. Nous pourrions avoir également un travail sur les matériaux biosourcés, etc.

Cette aspiration à une ville nature va se traduire par une future migration vers le périurbain. Aujourd'hui, ces zones sont un peu délaissées, ce sont de grandes zones commerciales, du pavillonnaire, du tout voiture : il y a un travail à mener sur ces espaces en densifiant de façon douce pour permettre l'accueil de cette population et apporter les aménités.

AE : Un des écueils serait que la ville finisse pas englober le périurbain pour devenir une "megacity" ?

AC : Le coté paradoxal de cette étude, c'est que les citoyens veulent habiter dans le périurbain mais pas complètement dans le petit village isolé rural : disposer des avantages des transports en commun, des services culturels, du bassin de l'emploi, etc. Pour lutter contre l'étalement urbain, nous pouvons introduire une mutualisation des espaces, en gardant une place pour la nature en ville, et en travaillant sur des mobilités différentes, actives, des transports en commun hybrides et du co-voiturage etc. Autre piste : réaliser des lieux d'interfaces entre l'urbain dense et l'urbain peu dense avec des hubs qui proposeraient des bureaux, de l'intermodalité, des services, par exemple de santé etc. pour éviter les distances mais aussi la congestion. Les personnes interrogées se disaient prêtes à changer leurs façons de travailler ou vivre : faire du télétravail, investir des espaces partagés que ce soit les jardins, les espaces publics autogérés, les Fab lab.

AE : Cette conception du péri urbain est-elle accessible ? Les espaces mutualisés ne sont pas encore entrés dans les mentalités...

AC : Effectivement. Si nous créons un bâtiment très performant énergétiquement sans expliquer comment il fonctionne, ses consommations seront aussi mauvaises qu'un autre. C'est la même chose pour les espaces partagés. Nous devrons aider aux changements de comportement de la population. Nous avons notamment publier une brochure grand public disponible dans les espaces info énergie, ou sur internet. Nous travaillons également sur l'appropriation des sujets par les acteurs de la ville. J'y crois sincèrement dans le sens où au niveau économique, ces solutions ne sont pas plus chères.

Réactions5 réactions à cet article

 

Sous-jacent à ces remarques on devine que le problème fondamental est celui d'une population sans cesse croissante .Nos politiques ne semblent pas avoir compris que l'on vit mieux moins nombreux .
La nostalgie du village n'est pas qu'une utopie ,elle révèle un désir réel d'un entre-soi à échelle humaine.

sirius | 27 juin 2018 à 19h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le travail de l'Ademe est remarquable mais il est dommage que

1/ ils enfoncent parfois des portes ouvertes. Vous parlez de l'Allemagne, l'Angleterre et l'Italie et je suis convaincu que peu ou prou les réponses ont été les mêmes. Ce que veulent les habitants en majorité? Des espaces agréables à vivre, verts, comme à la campagne c'est à dire avec peu de bruits, moins de pollution qu'en ville (ça reste à voir), tout en bénéficiant des services qu'apporte cette dernière ; divertissements, culture, accès aux soins. Ce questionnaire n'est ni une nouveauté ni une surprise.

2/Qu'il se heurte aux réalités économiques et politiques. Combien couteraient ces adaptations ? Pas plus cher j'y crois moyennement...

Je ne sais pas mais j'ai le sentiment qu'on en est encore à l'étape des constats alors que ceux-ci sont connus depuis longtemps. A quand des actes?

cottet-energie | 27 juin 2018 à 23h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Pour compléter les connaissances sur le sujet et anticiper les actions, une analyse a été menée sur la demande des acteurs socio-économiques, ainsi que les besoins de recherche qu’ils expriment d’une part et, d’autre part, la manière dont la recherche française y répond actuellement. L'étude est disponible ici : http://tldrify.com/qxp

François Christiaens | 28 juin 2018 à 11h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 

complètement d'accord avec Sirius : le principal problème est la surpopulation ; chaque pays encourage la natalité alors qu'il faudrait essayer de la réduire, encourager les adoptions et mieux répartir les densités

MNM | 29 juin 2018 à 15h54
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le bon indice n'est pas la natalité (qui ne cesse de diminuer partout dans le monde) mais la densité humaine au km².
La "tribu", la cité, la ville, l'agglomération est une organisation qui existe depuis l'avénement de l'Homme.
Les grandes migrations, en France, de la campagne vers la ville se sont faites au 19ème siécle, peu au 20ème siécle.
Certes, le travail industriel au dépend de celui de l'agriculture y est pour beaucoup. Mais pas que !
Aujourd'hui, réduite les distances (et les temps) de transport si possible à pied, en particulier pour avoir sous la main tous les services de sa naissanec à sa mort devient un critère de plus en plus prioritaire dans le choix d'habitat. Moins on a les moyens de se payer cette priorité plus on devient "esclave" des transports jusqu'à la précarité. La "bagnole" est aujourd'hui le mode multidéplacement le plus performant, et de loin.
A la campagne, y vivre sans voiture est impossible. En ville, on le peut.
Reste aujourd'hui à construire des villes de plus en plus écologique MAIS en tenant compte aussi des ménages les plus pauvres, de loin les plus nombreux.
Ca, c'est très loin d'être gagné !

ACIDEBASE | 29 juin 2018 à 23h00
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Dorothée Laperche

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…