Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Les espèces protégées font tomber le projet Amazon du pont du Gard

Aménagement  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com

Par un jugement rendu le 9 novembre, le tribunal administratif de Nîmes a annulé l'arrêté du préfet du Gard qui avait accordé une autorisation environnementale à la société Argan en vue d'exploiter un centre de tri de colis par la société Amazon. Il a en revanche rejeté les recours visant à faire annuler le permis de construire du bâtiment. Mais l'annulation de l'autorisation environnementale empêche l'exécution du permis de construire. Le projet portait sur un bâtiment de 38 800 m2 sur un terrain de 13,7 hectares situé sur la commune de Fournès, à proximité du pont du Gard, classé au patrimoine mondial de l'Unesco.

L'autorisation environnementale est tombée sur la question des espèces protégées. Malgré la création probable de 600 emplois équivalents temps plein et les retombées économiques résultant des investissements, le tribunal a jugé que le projet ne répondait pas à une « raison impérative d'intérêt public majeur » et, ce, malgré un taux de chômage supérieur à la moyenne dans ce secteur. Il s'agit là de l'une des trois conditions exigées par la jurisprudence du Conseil d'État pour autoriser une telle dérogation. Le tribunal de Nîmes a également considéré que la condition liée à l'absence d'alternative au projet n'était pas remplie.

« C'est une importante victoire pour les opposants locaux. Pas moins de 38 000 m2 de terres agricoles AOC allaient être bétonnées, avec un afflux de 1 000 poids lourds et de 4 000 utilitaires par jour, à moins de 5 km du pont du Gard. Une bétonisation désormais interdite aux zones commerciales, qui reste permise aux entrepôts de e-commerce, suite au refus de la République en Marche de les assujettir au moratoire sur l'artificialisation adopté dans la loi Climat », réagissent Attac, Les Amis de la Terre et l'association Adere, l'un des auteurs du recours. « Il serait temps que nos préfets cessent de confondre les intérêts des entreprises internationales de commerce en ligne à faire toujours plus de profit, et l'intérêt public majeur qu'il y a à protéger la nature ! » abonde Jean-Loup Pizon, vice-président de France Nature Environnement (FNE) Languedoc-Roussillon, qui s'était jointe à la requête des associations locales.

Cette annulation fait suite à l'abandon de deux autres projets d'Amazon : l'un à Ensisheim (Haut-Rhin), il y a un an, l'autre à Montbert (Loire-Atlantique), il y a deux semaines.

Réactions11 réactions à cet article

 

Que les raisons d'annulation puissent être légitimes est une chose mais argumenter du fait de la présence du Pont du Gard à environ 4 à 5 km de la commune en question est étrange voire inquiétant. Si jurisprudence cela signifierait que plus aucun projet de construction/d'aménagement ne pourrait voir le jour à moins de plusieurs km de tout monument, château, église, vestige, ... En France ça va être compliqué !

JOJO | 12 novembre 2021 à 10h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Sans doute ce coin est tellement pauvres en châteaux manoirs et basiliques qu'on protège le peu qu'on possède, nulle doute qu'Amazon va trouver un autre site, dommage chez-nous on a des sites pollués à donf incultes avec même leur ligne de chemin de fer privée, on pourrait bétonner à plaisir.
Un petit tour sur google map intéressant, les bonnes terres arables sont rares dans ce village, et cette sale manie de vouloir toujours s'emparer de surfaces planes et rares au lieu de terrains caillouteux impropres à l'agriculture est un comportement honteux.

pemmore | 12 novembre 2021 à 15h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Effectivement j'utilise Amazon pour me faire livrer, en zone rurale ils livrent le lendemain, parfois, une commande de 9 euros!
La vie était différente il y a 60 ans, j'ai le recul! il y avait de grossistes qui approvisionnaient des boutiques de village, "marchands de couleur", etc... Ma famille en vivait. Les foires et marchés étaient plein de produits divers.
Mais... argent oblige, concentration, délocalisation, appât du moins cher, ce qui se comprend, ont tout changé, puis Internet!
Rien n'empêcherait Amazon de construire de jolis entrepôts style romains, assortis au pont du Gard.
Mais il y a aussi les camions, sauf qu'il utilise des camions électriques, à ce que j'ai vu !
Disons que des entreprises françaises comme La Poste + Camif auraient pu faire pareil, mais les dinosaures ont disparu.
reste la question des petites bêtes et plantes... Là aussi Amazon pourrait offrir une jolie solution. Sauf que, si on ne discute pas, si la haine est prioritaire, on n'aura rien.

28plouki | 13 novembre 2021 à 09h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Perso je pense que le gouvernement devrait mettre la pression d'utiliser des espaces qui sont très nombreux en France avec un accés à une ligne de chemin de fer même à l'abandon, un ballast, les ouvrages ferroviaires c'est pour des centaines d'années, d'anciens sites militaires comme celui de Vaas serait idéal, des aérodromes militaires (donc ligne de chemin de fer) ne servant plus, il en éxiste beaucoup.
En gros on optimiserait ce travail qui est utile en limitant la pollution comme les poids-lourds.
On sait très bien que l'automatisation des trains est dans les projets de la SNCF, il faut en tenir compte.
Un entrepôt comme celui d'intermarché près de Vitré au milieu de nulle part n'est pas cohérent, celui-ci qui serait proche du pont du gard aussi.

pemmore | 13 novembre 2021 à 18h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Sans doute, il y a des solutions. Par chez nous il y a une ligne SNCF qui n'a pas vraiment de voyageurs, mais elle reste en service car elle relier les silos à blé du secteur.
Cela dit, parce que c'est Amazon dire non par principe, ce n'est pas très malin.
Soit on interdit la grande distribution sous toutes ses formes, on favorise petits commerces et production locale! soit on accepte l'idée que d'autres réussissent. j'aurais préféré un français, bien sûr, mais mes efforts en ce sens se sont heurtés au refus du changement de nos élites.

28plouki | 13 novembre 2021 à 18h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Est-ce Amazon en particulier ou le commerce en ligne et général, et ses non-règles, qu'on souhaite épingler? Je pense qu'avant de pointer LaRem, il serait bon d'épingler notre propre mode de vie. Ce site et ce forum sont les exemples même de la vie actuelle, où tout est accessible à toute heure par internet.
Un simple clic ou presque et notre post ou notre commande sont validés. Tout est devenu simple.
En effet, le commerce en ligne a ses défauts, par exemple faire rouler des norias d'utilitaires pour des colis dont la faible valeur peut être largement bouffée par le coût du transport.
C'est le système offre-demande qui n'est pas bon, à mon sens. Et dans ce cas, c'est à nous, consommateurs, de montrer la voie. Et l'offre devra suivre (sur un vrai marché, par exemple!).
A l'argument qui mentionne plus haut des camions électriques.. je dirai oui, çà existe, visiblement, mais pour le dernier kilomètre seulement..... et quand bien même les norias de 1000 poids lourds et 4000 utilitaires par jour seraient électriques, çà resterait du trafic, donc des bouchons potentiels.
Je lisais aussi qu'Amazon Ensisheim serait désormais annulé... sans doute... mais l'artificialisation de cette région étant déjà très prononcée, et les emplacements fonciers déjà prêts et "justifiés" (emploi) je ne serai pas surpris qu'un concurrent prenne la place qui lui était réservée.

nimb | 14 novembre 2021 à 07h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est vrai que nous Français avons de sacrées lubies et beaucoup d'oublis, la c'est Amazon, plus loin c'est l'huile de palme, pas un mot pour mano mano son cousin français, Action la version hollandaise de Amazon sauf strictement rien venant de France, il y a aussi Mere qui arrive incognito.
Mais à mon époque nous avions la Redoute, les 3 Suisses, Manufrance + willemse, qui faisaient strictement du Amazon à eux trois.
Le répugnant reste tout ces super et hyper qui ont pondu la fin des petits commerces et les très nombreux emplois qui allaient avec et la disparition de notre mode de vie sans pouvoir prouver que globalement ils étaient moins chers. Quand on paye des employés qualifiés au smic ça ne peut pas être créateur d'emplois puisque ces gens peu nombreux, débordés de boulot n'ont ine fine pas le droit de consommer.
Je pense que quand la petite classe moyenne chinoise celle qui consomme le plus dans tous les pays du monde, se mettra aux mêmes achats que nous, la tendance s'inversera et les produits issus de l'agroalimentaire venant de France seront naturels à table, et créeront des emplois. Je les vois bien se régalant avec des brioches de Vendrennes, sans doutes les meilleures du monde comme ces Chinois que j'ai croisés au printemps ne voulant pas rater l'achat pour repartir chez-eux.

pemmore | 14 novembre 2021 à 19h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 

M. J L Pizon a raison. J'ajoute que nombre de projets ne devraient pas être présentés à l'enquête publique, tellement les lois peuvent être bafouées dans un projet. Il n'est pas logique qu'il faille batailler au Tribunal Administratif pour obtenir gain de cause, contre un projet illégal. Où sont les garde-fous ? Pour exploiter une carrière de granulats dans le départ-t 37, une entreprise GSM veut défricher une zone peuplée d'arbres, taillis et détruire une zone humide, des boires, et utiliser une dérogation pour destruction d' espèces protégées à enjeu A) FORT : végétales : lupin réticulé, trèfle raide, ornithope comprimé, ET animales : Oedipode soufrée, Decticelle côtière - B Modéré : 3 espèces végétales, 12 espèces animales. Il n'y a aucune raison impérative d'intérêt public majeur pour GSM qui a déjà une carrière dont le développement est possible (doc. PADD). et VEUT du bon sable jaune d'épaisseur de 4,5 m, en partie dans la nappe, et minimise à l'avance les baisses de niveaux nappe, puits, étangs, assèchements des terres agricoles. GSM ferait rouler ses camions de 40 tonnes (en charge), en centre ville sur D910, et un chemin rural limité à 6 tonnes, ce chemin coïncidant avec un chemin de Grande Randonnée GR 48. GR pourtant protégés par le code de l'environ-t pour principe de continuité de circulation. Zonage PLU emprise faux ! Après courriers, pétitions, 8 art. presse RIEN !

J Cl M 44 | 14 novembre 2021 à 22h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Sachez qu'Amazon est responsable d'émissions de GES importantes par rapport aux livraisons, que les livraisons d'Amazon provoquent une augmentation des tonnages de carton dans les emballages et qu'Amazon est également responsable de manière indirecte de la mort de nombreux commerces de proximité. Et les promesses de 600 emplois, ne sont que des foutaises. Allez demander aux maires de Saint-Martin de Crau ou de Clermont-l'Hérault s'ils sont vus la création des emplois annoncés quand ils ont sacrifiés leurs terres agricoles et leur environnement à ces installations logistiques !

ecovia | 15 novembre 2021 à 08h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ce sera difficile de revenir "en arrière", du bon temps des petits commerces, etc... La nourriture artisanale est parfois toxique!, conservation douteuse... Apprivoiser le progrès technique est délicat.
Amazon est à la fois un procès et une nuisance.
Les grandes centrales d'achat ont pour but d'acheter moins cher et de copier ce qui se vend, loi de la jungle et de la vie.
En fait, ce sont les américains qui régulent avec un souci de la morale et du bon commerce! Grosse contradiction. Il faut voir les choses en face!

28plouki | 15 novembre 2021 à 09h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je n'ai aucun renseignement pour ce lieu et ces terres dédées à la destruction, mais j'imagine bien un désastre qui a failli arriver à NDL un partie bien plane agricole ou des forêts de valeur au lieu de s'implanter dans des terres caillouteuses impropres à quoi que ce soit mais impliquant un bâti conséquent.
Au Mans on a eu deux paradoxes, le nouvel Auchan sur une terre sableuse de mauvaise pinède dont les arbres poussent très mal, un moindre mal, et Leclerc + Ikea sur une terre plane à haut niveau hydrique que tout agriculteur du midi avec le changement climatique rêverait d'y passer le tracteur, ou y mettre ses vaches, la longue bataille des riverains a échoué.
Quand on voit la dernière forêt sauvage du Mans visée par la mairie pour y implanter des hlm, on comprend vite que la municipalité et son maire, l'écologie n'est pas leur tasse de thé, j'espère que ces comportements resteront dans la mémoire donc envoyer le parti socialiste labourer les terres de Mitterand en saône et loire et oublier la politique.

pemmore | 15 novembre 2021 à 10h40
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

TD-Diver & Baro-Diver : sondes / surveillance des eaux souterraines SDEC