En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Pomme de terre OGM Amflora : le HCB n'y voit ni risque, ni intérêt

Agroécologie  |    |  Sophie FabrégatActu-Environnement.com
Saisi le 11 mars 2010 par le ministère en charge de l'Agriculture, le Haut conseil des biotechnologies vient de rendre un avis mitigé sur la mise sur le marché de la pomme de terre génétiquement modifiée Amflora, développée par Basf. Rappelons que cette pomme de terre est essentiellement destinée à l'industrie papetière (amidon ou fécule de pomme de terre enrichi en amylopectine), mais les co-produits de la transformation industrielle de l'amidon (pulpes) pourraient être utilisés dans l'alimentation animale. Sa mise en culture et son utilisation dans l'industrie et l'alimentation animale ont été autorisées le 2 mars 2010 par la Commission européenne.

Si le comité scientifique n'a pas identifié de risques majeurs pour la santé et l'environnement, le comité économique, éthique et social (CEES) est beaucoup plus réservé sur le bien fondé de l'utilisation de cette pomme de terre, du fait de la présence d'un gène marqueur de résistance aux antibiotiques. ''Certains estiment que, du fait du manque de connaissances sur la microbiologie du sol, une précaution maximale devrait être adoptée sous forme d'interdiction d'Amflora ; l'autorisation de cette pomme de terre véhiculerait pour eux un message négatif au regard des efforts de prévention des résistances aux antibiotiques. D'autres invitent à prendre acte de l'absence de risque à laquelle concluent les scientifiques et observent que le principe de précaution n'implique en rien de parvenir à un hypothétique risque zéro'', explique le communiqué de presse. Tous les membres s'accordent pourtant ''sur le fait qu'il convient à l'avenir de faire l'économie de ce type de gène'', le gène marqueur nptII qui confère à Amflora une résistance à différents antibiotiques de la famille des Aminoglycosides et qui était très largement utilisé pour sélectionner les plantes transgéniques dans les années 90, c'est-à-dire au moment où Amflora a été développée.

Le CEES note également que, bien que cette pomme de terre ''constitue une avancée technique notable pour la production industrielle de fécule (…), d'autres variétés de pomme de terre, placées hors du champ d'application de la directive 2001/18 [sur la dissémination d'OGM], sont déjà ou seront bientôt sur le marché et permettent d'obtenir un taux d'amylopectine comparable à celui d'Amflora. Ces variétés ne contiennent pas de gène de résistance aux antibiotiques''. D'ailleurs le CEES relève qu'aucun opérateur français n'a fait une demande de mise en culture et que ''l'industrie papetière paraît de son côté se satisfaire des amidons actuellement disponibles''.

Réactions1 réaction à cet article

 
Voilà un retour en arrière de 15 ans

De nombreux évènements avaient démontrés l'incongruité de diffuser dans la nature des gènes marqueurs de résistance aux antibiotiques. Les retombées avaient engagé les chercheurs à utiliser d'autres moyens d'identifications permettant de ne plus "jouer" avec les antibiotiques car nous avions "perdus" l'efficacité de nombres d'entre eux.
Que voyons-nous aujourd'hui? Une commission européenne démunit de toute mémoire et de toute logique. A-t-elle vraiment une valeur pour nous citoyen du monde ?

Bochenevert | 01 août 2010 à 10h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…