En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Solaire et photovoltaïque : 2 appels à manifestations d'intérêt pour des produits compétitifs et écoconçus

Energie  |    |  Sophie Fabrégat Actu-Environnement.com

Les ministères en charge de l'écologie, de la recherche et de l'énergie et le commissariat général à l'investissement ont lancé le 11 janvier deux appels à manifestations d'intérêt (AMI) pour le solaire et le photovoltaïque. ''Ces appels à manifestations d'intérêt sont destinés à faire émerger des projets permettant de réduire les coûts, améliorer le rendement et diminuer l'impact environnemental des systèmes énergétiques basés sur la ressource solaire'', précise le communiqué de presse. L'objectif est clairement de faire émerger des technologies susceptibles de prendre ''des parts de marché à l'export'' et d'intégrer la question environnementale tout au long de leur cycle de vie. ''Le montant définitif consacré à chacun de ces appels à manifestations d'intérêt sera décidé en fonction de l'excellence des projets présentés. La date limite de dépôt des dossiers est fixée au 2 mai 2011'', indique le communiqué.

L'AMI solaire concerne des démonstrateurs de recherche, des démonstrateurs préindustriels et des plateformes technologiques qui contribuent ''à minimiser le coût de l'énergie délivrée (électricité et/ou chaleur) ou de la puissance garantie, et ceci dans une gamme de puissance allant de quelques kW à une dizaine de MW'', que ce soit pour le solaire thermodynamique, le solaire thermique et le solaire photovoltaïque à concentration. ''Une attention particulière devra être accordée aux bilans environnementaux (notamment la réduction globale des émissions de gaz à effet de serre) et économiques des projets proposés'', précise l'appel à manifestation.

L'AMI photovoltaïque vise en priorité une réduction des coûts des produits ou systèmes installés.''Les technologies de cellules photovoltaïques développées ou mises en œuvre dans les démonstrateurs devront être compatibles, sur le plan de la maturité technique et industrielle,  avec une application de production électrique au sein d'un système (réseau électrique, bâtiment, etc.) à court terme. Les proposants devront démontrer leur capacité à prendre une part significative de la chaîne de valeur grâce aux procédés proposés''. Les problématiques économique et environnementale devront faire l'objet d'une attention particulière : réduction globale des temps de retour énergétiques et des émissions de gaz à effet de serre, disponibilité, stabilité et toxicité des matières et produits utilisés notamment.
L'AMI fixe des ''références en terme de pertinence économique à l'horizon 2020'' : coûts de modules photovoltaïques ''sortie d'usine'' inférieurs à 0,5 €/W, coûts système en toiture résidentielle installés chez le client inférieurs à 2 €/W, coûts système au sol installés inférieurs à 1,5 €/W et enfin fourniture de courant électrique au client final respectant les contraintes de sécurité et continuité d'alimentation, et dont le coût est inférieur à 150 €/MWh en zone moyennement ensoleillée.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager