Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Amiante : condamnation historique au procès d'Eternit

Risques  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com

C'est un procès record qui vient de se clore en Italie. Le tribunal de Turin a condamné à 16 ans de prison l'ex-dirigeant et un administrateur du groupe Eternit, spécialisé dans la fabrication de matériaux de construction en amiante-ciment. Le milliardaire suisse Stephan Schmidheiny, 65 ans, et le baron belge Jean-Louis de Cartier de Marchienne, 90 ans, ont été considérés responsables "d'avoir provoqué une catastrophe sanitaire et environnementale permanente et enfreint les règles de la sécurité au travail".

Exposées à l'amiante, près de 3.000 personnes sont mortes en Italie, ouvriers ou habitants de villes où Eternit Italie avait des usines. Les dédommagements à verser aux 6.000 parties civiles devraient se monter au total à plusieurs dizaines de millions d'euros.

Ce premier procès de l'amiante au pénal trouve un écho en France où des plaintes du même type on été déposées, plaintes qui pour l'instant n'ont pas débouché sur une procédure. Pour Europe Écologie Les Verts le procès italien a été possible grâce à l'indépendance du Parquet : "en Italie la justice a suivi son cours avec efficacité grâce au travail d'un Procureur indépendant, Raffaele Guariniello, alors qu'en France où le Parquet dépend directement du pouvoir exécutif et se trouve soumis aux instructions directes de la Chancellerie, ce dossier n'a pas cessé de voir son instruction ralentie, pour ne pas dire obstruée", a déclaré Pascel Durand, porte-parole du parti.

Du coté d'Agir pour l'environnement, le résultat de ce procès est "encourageant" mais l'association estime que le délai entre les faits incriminés et le jugement est choquant : "pourquoi a-t-il fallu attendre 40 ans pour l'amiante italienne, et pourquoi le cas des usines françaises du groupe Eternit n'est-il toujours pas jugé ?", s'interroge-t-elle.

Réactions2 réactions à cet article

 

la justice est à mon humble avis un peu trop rapide dans ce cas là, je pense qu'il eut fallu juger les protagonistes post mortem.Franchement cette justice à deux vitesses est grotesque, d'un coté la comparution immédiate pour les pauvres, de l'autre la non-comparution pour les riches et gens de pouvoir.En plus qui paye la facture pour se débarrasser des produits savamment dispersés sur les toitures et d'ailleurs un peu partout:réponse.....Le contribuable et ou le particulier.Révoltant
Evidemment lorsque une de nos centrale nucléaire aura vomis son poison irradiant pour des millénaires, faudra pas compter sur qui ou quoi que ce soit, encore moins sur "la justice".Doit t'on encore l'appeler comme çà d'ailleurs.

technocrate137 | 14 février 2012 à 17h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 

nous sommes locataires d'un local dont le toit est en plaques fibro Eternit
quelle est la part de responsabilité du propriétaire en cas de maladie? le propriétaire doit le clos et le couvert est il tenu de préciser dans le bail ce matériau ? qui peut faire une analyse ? etc....

plasticdirect@orange.fr | 13 novembre 2014 à 09h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

AM 3000 : préleveur d'air / diagnostic fibres d'amiante et particules SDEC