En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Amiante : ce 1er juillet, la valeur limite d'exposition professionnelle est divisée par dix

Risques  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com

Depuis ce 1er juillet 2015, la valeur limite d'exposition professionnelle (VLEP) est de 10 fibres d'amiante par litre d'air inhalé sur huit heures de travail, contre 100 fibres par litre auparavant, selon le décret du 4 mai 2012.

Cette substance fibreuse cancérogène, interdite en France depuis 1997, reste présente dans de nombreux bâtiments (isolants …) et équipements (bitume, mastic, plaquettes de frein…).

L'employeur doit contrôler cette VLEP pour l'ensemble des travailleurs exposés, en faisant appel à un organisme accrédité. L'empoussièrement est mesuré selon la méthode de microscopie électronique à transmission analytique (META) qui permet d'identifier et de comptabiliser les fibres fines d'amiante.

Un nouveau décret, paru ce 1er juillet au Journal officiel, définit trois niveaux d'empoussièrement servant à évaluer les risques d'exposition des travailleurs. Le premier niveau d'empoussièrement correspond à la valeur inférieure à 100 fibres par litre. Pour le second, la valeur est supérieure ou égale à 100 fibres par litre et inférieure à 6.000 fibres par litre. Le troisième niveau correspond à la valeur supérieure ou égale à 6.000 fibres par litre et inférieure à 25.000 fibres par litre. Ces trois niveaux sous-tendent la graduation des moyens de prévention collectifs (MPC) et des équipements de protection individuelle (EPI) à mettre en œuvre.

L'exposition à l'amiante est responsable d'environ la moitié des décès dus à des cancers contractés au travail, d'après l'Organisation mondiale de la santé (OMS). "Le poids des cancers pour les sites liés à l'amiante de façon certaine (poumon, mésothéliome, larynx, ovaire) est estimé entre environ 2.200 et 5.400 cas par an en France", selon l'Institut national de veille sanitaire (InvS). L'amiante pourrait tuer entre 68.000 et 100.000 personnes d'ici à 2050 en France, d'après le Haut Conseil de la santé publique (HCSP).

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…