Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Amiante : les victimes relancent le procès pénal

Près de 2 000 victimes de l'amiante déposent, ce jeudi 25 novembre, une citation directe auprès du tribunal judiciaire de Paris. Objectif ? Établir les responsabilités pénales alors que les plaintes déposées depuis 1996 ont toutes été étouffées.

Risques  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com
Amiante : les victimes relancent le procès pénal

« Que voulez-vous de plus, vous avez déjà été indemnisés ? » C'est la phrase reçue dans le plexus par Pierre Pluta, président de l'Association des victimes de l'amiante (AVA) alors qu'il bataillait pour faire reconnaître la responsabilité pénale des complices du plus grand scandale sanitaire qu'ait connu la France. Un scandale qui fait toujours 3 000 victimes par an et pourrait causer, au final, entre 120 000 et 180 000 décès dans l'Hexagone.

Labyrinthe de procédures

« Ce n'est pas une vengeance, on ne demande pas la tête de qui que ce soit, mais nous cherchons à comprendre comment ce scandale a pu arriver et à en tirer les leçons », explique M. Pluta, alors que 1 900 victimes de l'amiante regroupées par l'AVA déposent, ce jeudi 25 novembre, une citation directe auprès du tribunal judiciaire de Paris. Cette nouvelle procédure, destinée à contourner l'inertie de la justice, avait été annoncée, il y a bientôt trois ans. Mais la crise de la Covid est passée par là et a retardé le travail de recherche de preuves mené par une dizaine de membres de l'association. Cette procédure permet, en effet, de saisir directement une juridiction pénale sans passer par la phase d'instruction, mais nécessite, en contrepartie, de produire ces indispensables preuves.

Les précédentes actions judiciaires, lancées dès 1996 mais de manière éclatée, se sont révélées être un puits sans fonds. « C'est un labyrinthe de procédures dans lesquelles les victimes se sont perdues », constate Antoine Vey, qui en défend de nouvelles dans cette procédure alternative.

 
Des cartons entiers de pièces n'ont jamais été traités, soit par manque de moyens, soit par manque de volonté.  
Antoine Vey, avocat des victimes
 
« Je n'ai jamais vu quelque chose d'équivalent : des cartons entiers de pièces n'ont jamais été traités, soit par manque de moyens, soit pas manque de volonté », révèle le pénaliste. Il faut dire que les oppositions à un procès pénal étaient nombreuses. « Le Parquet ne voulait pas aller sur des responsabilités nationales », témoigne Michel Parigot, président du comité anti-amiante Jussieu. Ainsi, « quand on a demandé des regroupements d'affaires, ça a été accepté pour Éternit, petite entreprise, mais refusé pour Éverite qui appartenait au groupe Saint-Gobain », témoigne celui qui est aussi le vice-président de l'AVA.

Lobbying remarquable

Dans le collimateur des victimes ? Le Comité permanent amiante (CPA), « une structure informelle constituée en 1982, un lieu vide, censé être une structure de concertation, réunissant des représentants d'organisations syndicales, de l'Administration, des scientifiques et des industriels », explique M. Parigot.

Le travail de lobbying de cette structure « a été fait de façon remarquable », témoigne cette figure historique du combat contre l'amiante. « Étant conscients que l'interdiction de l'amiante allait tôt ou tard survenir, l'objectif n'était pas de l'empêcher, mais de la retarder le plus possible pour continuer à faire des bénéfices le plus longtemps possible », s'indigne l'universitaire. Le comité est ainsi parvenu à faire admettre l'existence d'un seuil d'innocuité ou à faire échec au projet de directive européenne d'interdiction de la fibre tueuse. « Nous disposons d'un document par lequel le CPA se félicite d'avoir obtenu un moratoire sur une prise de décision en la matière », révèle Antoine Vey. Et ce, alors que les dangers de l'amiante étaient connus depuis le début du XXe siècle et démontrés scientifiquement depuis le début des années 1960.

« Il y a eu trois grosses opérations mondiales de lobbying au XXe siècle : le pétrole, le tabac et l'amiante. Mais l'amiante est la plus ancienne et peut-être la plus sophistiquée », résume Michel Parigot. « Et dans les années 1980, c'est la France qui a mené la barque avec le Canada au niveau mondial », pointe le chercheur.

Quatorze personnes citées

Concrètement, la citation directe vise quatorze personnes physiques identifiées comme ayant agi à différents niveaux dans le cadre du CPA. L'association de victimes a réuni les documents en vue de caractériser une série d'infractions : homicides et blessures involontaires, non-assistance à personne en danger, complicité d'administration de substances nuisibles, complicité de tromperie aggravée, association de malfaiteurs.

« Il est assez difficile de cerner les responsabilités de chacun », admet Me Vey, même si des rapports parlementaires permettent d'apporter un éclairage. « Le dossier de l'amiante présente une spécificité dans le sens où il est très difficile à construire, avec des éléments probants détruits ou occultés. L'audience aura une grande importance en termes probatoire », explique l'avocat. Mais plus que la condamnation de tel ou tel, qui arrivera trop tard et sur des prévenus trop âgés, c'est avant tout un débat « contradictoire, public et transparent » que recherchent ici les victimes.

Mais encore faut-il que la justice soit plus diligente que dans les procédures précédentes et que le choix de la citation directe fasse mouche. « Nous espérons recevoir une considération de l'appareil judiciaire, réclame Antoine Vey. Elle fait défaut depuis trente ans aux victimes. » L'avocat mise sur la crise sanitaire, qui a permis une certaine prise de conscience sur ces sujets, mais aussi sur la nouvelle voie judiciaire empruntée qui met en avant de nouvelles victimes, mais aussi de nouvelles preuves du scandale. Objectif : une audience sur le fond en 2023.

Réactions1 réaction à cet article

 

Pas brillant pour l'Etat français qui a autorisé l'emploi de l'amiante en toute connaissance de cause. J'ai travaillé à la bibliothèque de Chimie -Recherche de Jussieu (tour 34 à l'époque) dans les années 82/83/84 puis en 2000/2001; il y avait un petit meuble en bois clair d'un mètre de haut ,avec des tiroirs, caché tout au fond dans un coin de la bibliothèque, qui contenait des centaines et des centaines de fiches cartonnées et chacune mentionnait les références d'un article de presse ou de brevet sur l'amiante...ceci partout dans le monde. Tout ce qui concernait l'amiante et ses dangers y était répertorié. Donc tout le monde des décideurs savait.

gaïa94 | 28 novembre 2021 à 13h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Filtres HQE à plateaux pour piscines publiques CIFEC