En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les Amis de la Terre International publie un rapport sur les performances des cultures génétiquement modifiées

À travers une analyse des performances des cultures d'OGM au cours des dix dernières années dans plusieurs pays producteurs, l'association Les Amis de la Terre met en évidence l'inutilité de telles cultures.

Agroécologie  |    |  Florence Roussel Actu-Environnement.com
Créés, à l'origine, réduire les coûts, les impacts de l'agriculture sur l'environnement et pour apporter une solution au problème de famine dans le monde et pour, les premiers organismes génétiquement modifiés (OGM) ont vu le jour dans les années 1980. La première plantation significative d'OGM a eu lieu aux États-Unis en 1996. Depuis l'Argentine, le Canada, le Brésil, la Chine et l'Inde sont les pays les plus producteurs. Aujourd'hui, la superficie mondiale consacrée aux OGM atteint environ 90 millions d'hectares partagés entre quatre grandes cultures : le maïs, le soja, le coton et le colza. Le but des modifications effectuées sur ces plantes est soit d'apporter une résistance aux herbicides, soit une résistance à certains insectes soit les deux caractères à la fois.

En réponse au lobbying puissant des firmes agro-industrielles qui commercialisent les semences génétiquement modifiées en mettant en avant les avantages économiques, environnementaux et sociaux de la culture d'OGM, l'association Les Amis de la Terre a souhaité analyser les performances de ces cultures au regard des 10 années d'existence de ces produits. Dans son rapport intitulé « Qui tire profit des cultures GM ? Analyse des performances des cultures GM dans le monde (1996 et 2006) », l'association explique qu'aucun OGM actuellement sur le marché ne bénéficie aux consommateurs, que ce soit en termes de prix ou de qualité. Comme l'indique Nnimmo Bassey des Amis de la Terre Afrique au Nigéria, les OGM n'ont apporté aucune solution à la faim et à la pauvreté en Afrique et ailleurs. La grande majorité des OGM cultivés actuellement sont utilisés comme aliments pour le bétail à prix élevé afin de fournir les populations des pays riches en viande.

Pour prouver ses allégations, l'association se base sur plusieurs études scientifiques et certains rapports notamment du ministère de l'agriculture nord-américains (USDA) qui auraient conclu que le rendement des cultures GM est inférieur ou, au mieux, équivalent, à celui des variétés non GM. Ce fut le cas d'ailleurs au Brésil et au Paraguay où la production de soja a connu une crise due à des rendements inférieurs aux attentes. Résultats, les cultivateurs ont beaucoup de mal à maintenir leurs moyens de subsistance. La société Monsanto qui commercialise le soja OGM incriminé a été obligée de réduire le montant des royalties qu'elle demande aux producteurs pour chaque kilo de soja produit. De même, le Ministère de l'environnement au Paraguay a trouvé des pertes plus importantes sur les cultures OGM que sur des variétés conventionnelles montrant ainsi que les OGM sont plus sensibles à la sécheresse. En Chine, c'est le coton résistant aux herbicides qui se montre moins avantageux que prévu. Dans son rapport, l'association cite une étude récente de l'Université de Cornell, qui a montré qu'en 2004 le revenu net des cultivateurs de coton Bt avait été très inférieur à celui des cultivateurs de coton non Bt. Ce résultat serait attribuable à l'apparition de ravageurs secondaires tels que les mirides, et à la nécessité d'appliquer de 15 à 20 fois plus de pesticides pour les tuer.
Ce même coton a très vite été abandonné en Indonésie par les producteurs qui se sont sentis lésés en constatant les mauvaises performances du coton Bt. Ils ont durement critiqué l'entreprise Monsanto pour ses fausses promesses, en particulier au vu du prix exorbitant des semences avec comme conséquence l'abandon de la commercialisation de coton Bt dans le pays.

Les Amis de la Terre expliquent également que les OGM n'entraînent pas la réduction de l'utilisation des pesticides. Aux États-Unis, trois principaux produits GM auraient provoqué une augmentation de l'usage de pesticides de 55.000 tonnes depuis 1996, avec une très forte augmentation du volume d'herbicides appliqués au soja, au coton et au maïs résistants aux herbicides. Le constat est similaire au Brésil : une étude menée par l'Instituto Brasileiro do Meio Ambiente e dos Recursos Naturais Renováveis (IBAMA), l'institution brésilienne pour la défense de l'environnement, montre que l'introduction du soja GM a fait augmenter l'utilisation de produits agrochimiques dans le pays. D'après cette étude, la consommation de glyphosate y a augmenté de 95 % entre 2000 et 2004. Pendant la même période, la consommation de tous les autres herbicides pris ensemble semble avoir augmenté de 29,8 %.
Donc pour l'association Les Amis de la Terre le résultat est clair : du moment qu'aucune étude détaillée n'analyse les performances des produits GM dans tous les pays qui les commercialisent, les avantages présumés de ces produits restent discutables. Pour l'association les OGM ne profitent pour l'instant qu'aux entreprises qui commercialisent les semences.

Concernant l'Europe, l'association semble confiante : bien que les surfaces plantées de produits transgéniques aient augmenté quelque peu, les perspectives à long terme ne sont pas alléchantes pour les semences de Monsanto. L'absence de marchés, les interdictions au plan national et les preuves de dommages écologiques garantissent que l'un des plus gros marchés du monde restera fermé à l'industrie biotechnologique.
En revanche elle reste prudente sur le sujet des biocarburants : pour l'instant, aucune variété approuvée de maïs ni aucun autre produit agricole transgénique n'ont été spécifiquement modifiés pour la production de biocarburants mais certaines entreprises sont en train de développer de nouveaux produits GM spécialement conçus pour ce marché.

La sortie du rapport des Amis de la Terre coïncide avec celui de l'ISAAA (International Service for the Acquisition of Agri-biotech Applications), organisation financée par l'industrie biotechnologique qui s'est donné comme mission la lutte contre la pauvreté et la promotion d'une agriculture soutenable par le développement des plantes génétiquement modifiées.

Réactions4 réactions à cet article

 
Bon sens paysan et intérêt bien compris...

Ces 30 millions de paysans qui cultivent des PGM sont tous des idiots naïfs? Certains d'entre eux probablement… Mais s'ils ont été trompés par des promesses abusives, ou s'ils n'ont pas su mettre en œuvre les techniques de productions adéquates, il savent, ils sauront et ils peuvent toujours revenir à la culture des variétés non modifiées! Même les farmers du Middle West américain ne sauraient pas faire leurs comptes?

Qu'une plante résistante à certains insectes ne résiste pas à d'autres prédateurs, c'est évident. Un produit ou une technique ne peut résoudre tous les problèmes, partout…

Que la famine persiste dans certains pays africains ne vient pas de la culture de PGM, fort peu développée en Afrique, mais plutôt des guerres et mauvaises gouvernances!

Si la consommation de produits phytopharmaceutiques a augmenté au Brésil, c'est que l'agriculture brésilienne connaît globalement une période de prospérité, que les superficies cultivées ont fortement augmenté! Il y a probablement eu, dans certaines régions, des erreurs: des terres peu fertiles ont été défrichées, il faudra des années avant d'en maîtriser la culture par des amendements ou autres techniques…

"pour l’association Les Amis de la Terre le résultat est clair : du moment qu’aucune étude détaillée n’analyse les performances des produits GM dans tous les pays qui les commercialisent, les avantages présumés de ces produits restent discutables." OK: discutables, au cas par cas. Pas condamnables globalement!

Cultilandes
 
Signaler un contenu inapproprié
 
ISAAA

J'ai lu entièrement le rapport des Amis de la Terre. C'est une telle litanie de catastrophes et de soit-disant évidences que les OGM ne fonctionnent pas que cela en devient complètement ridicule et fait perdre toute cérdibilité aux auteurs.
Comment expliquer que les cultures OGM ont vu leur surface augmenter de 13% en 2006 pour dépasser 100 millions d'hectares dans le monde (conf de presse ISAAA du 18 janvier)? Les agriculteurs du monde sont-ils tellement bêtes qu'ils cultivent des variétés qui ne leur apportent que des ennuis? Et cela depuis plus de 10 ans!

Yves F., Lyon

Anonyme | 20 janvier 2007 à 16h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Bon sens paysan et intérêt bien compris...

Je souhaite rebondir sur certaines affirmations...

Je connais bien le milieu agricole, français, africain, américain... Il faut noter que la majorité des agriculteurs aujourd'hui sont subventionnés pour pouvoir vivre de leurs productions et agissent en conséquence. Effectivement, s'il ne s'agit que de "faire les comptes", alors économiquement parlant, les fermiers, souvent plus investisseurs que paysans peuvent s'en sortir... Mais les incontestables impacts sur l'environnement (croisement entre les plantes cultivées et sauvages d'une même famille, développement de résistances à long terme, allergènes pr ne citer que ceux là) et sur l'indépendance économique de ces "fermiers", ne peut être considérée comme reluisante ! Malheureusement, il sera très difficile de faire marche arrière une fois que (la fameuse) biodiversité, richesse naturelle, est attaquée... Et les sols... On ne peut pas croire qu'un sol détruit, stérilisé par un traitement violent peut être réparé, remis en fonction simplement ! Economiquement parlant, quel pays pourra alors faire appels aux spécialiste dans ce domaine? Les cultures monospécifiques sont une catastrophe pour l'équilibre naturel, pour l'environnement, et a pour conséquence un enrichissement souvent unilatéral des firmes phyto. Est-il nécessaire de rappeller que la pression économique excercée sur les pays "en développement" et producteurs "du sud" ne fait que s'accroitre avec les propriétés intellectuelles existantes sur les ogm et le fait que les ogm sont pour la plupart, stériles?... Effectivement, guerres et mauvaises gouvernances sont également résponsable d'un sous-développement de ces pays, mais ce ss-développement est entretenu depuis des siècles au niveau international, par nous, pays "développés"...
Effectivement, je crois plus au développement local qu'aux retombées positives du commerce international... Les intérêt des ogm sont pour moi avérés: intérêt purement économiques. La fin des famines et des pesticides vendue par Monsanto &co. passera par un abandon de certaines mains mises et déséquiibres mondiaux. Mais à défaut d'utiliser correctement nos cerveaux, une fois de plus, notre bonne vieille terre va encore en pâtir!.
A bon entendeur...

max | 05 février 2007 à 09h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Histoire de cerveau

Eh oui! Les agriculteurs (céréaliers, éleveurs de bovins notamment) dépendent des subventions, mais aussi, vous ne le dites pas, de leurs clients directs commerçants et industriels, et in fine des consommateurs!

"les fermiers, souvent plus investisseurs que paysans". Les paysans ne sont pas les paysans dont vous rêvez…


"un sol détruit, stérilisé par un traitement violent" Si vous avez voyagé de par le monde, vous avez pu traverser des régions qui jadis étaient prospères et sont devenues désertiques ou quasi. Dans le pourtour méditerranéen, la culture des céréales et de la vigne depuis les temps romains, bien avant l'utilisation des engrais chimiques, des pesticides et même de la mécanisation, a appauvri les sols! Pour avoir moi-même cultivé de la terre qui avait porté de la vigne désherbée mécaniquement et à la main, avec deux labours par an et traitée par mes aïeux à la bouillie bordelaise, tant recommandée en "bio", j'ai pu constater les dégâts de l'érosion et des apports de cuivre des méthodes ancestrales! Les techniques modernes, bien utilisées, sont un progrès.

"La fin des famines et des pesticides vendue par Monsanto &co" Je dois mal utiliser mon cerveau car je ne vois pas le lien entre les deux!
Quel est le chiffre d'affaires de Monsanto au Darfour?

A vous qui utilisez correctement votre beau cerveau!

Cultilandes | 06 février 2007 à 00h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…