En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Le mauvais départ du petit éolien en France

Cadre réglementaire inadapté, absence de tarif d'achat et mauvaise image sont autant d'entraves au développement du petit éolien. Quant au soutien offert par certaines collectivités locales, il est souvent limité à des annonces et reste bien timide.

Energie  |    |  Philippe ColletActu-Environnement.com
   
Le mauvais départ du petit éolien en France
   

Mi-décembre 2011, Amorce, une association représentant des collectivités et des acteurs des déchets, a rendu public une étude réalisée conjointement avec le réseau Collectivités locales éoliennes (Cléo) et intitulée "Petit éolien : état des lieux & Enquête sur le rôle des collectivités dans le développement de la filière".

"La filière du petit éolien peine encore à se développer en France", déplore en préambule l'étude qui pointe les "principaux freins : l'amalgame fait avec le grand éolien, un cadre juridique adapté qui fait défaut et l'absence de soutien financier via un tarif d'achat dédié par exemple". Le document fait le point sur une filière en cours de structuration.

2.500 machines installées en trois ans

Qu'entend-t-on par petit éolien ? Il s'agit de machines d'une puissance inférieure à 36 kilowatts (kW) et dont le mât ne dépasse généralement pas une trentaine de mètres de haut, rappelle le rapport. Ces éoliennes utilisent soit une technologie avec un axe horizontal, une technique proche de l'éolien de grande taille, soit une technologie avec un axe verticale, c'est-à-dire des machines avec un rotor perpendiculaire au sol.

Après une première phase de développement répondant aux besoins des habitations non desservies par le réseau électrique, le petit éolien concerne maintenant des installations raccordées au réseau permettant de vendre le surplus. C'est notamment le cas des éoliennes les plus petites destinées à être installées sur un bâtiment en ville.

"En juillet 2009, 360 demandes de raccordement de petites éoliennes au réseau électrique français étaient en cours", indique le rapport, ajoutant que "l'Association française des professionnels du petit éolien (AFPPE) estime que plus de 2.500 installations ont été réalisées en France ces 3 dernières années".

Lourdeur règlementaire et absence de tarif d'achat

Actuellement, la réglementation varie selon plusieurs critères. De manière générale, les éoliennes dont le mât ne dépasse pas les 12 m de haut peuvent être installées sans permis de construire. Celles dont la hauteur du mât est comprise entre 12 et 50 m font l'objet d'une procédure plus complexe incluant, une demande de permis de construire et une notice d'impact. Une procédure qui peut être alourdie avec la présentation d'une étude d'impact et l'organisation d'une enquête publique si le projet est soumis à autorisation.

Quant au tarif d'achat de l'électricité, il est déterminé par l'arrêté du 17 novembre 2008 qui fixe les tarifs pour l'ensemble des projets éoliens situés dans une Zone de développement éolien (ZDE) et dont l'intégralité de la production est injectée sur le réseau. Un tarif qui ne distingue pas les projets selon la taille des machines.

Hors ZDE, le producteur peut vendre l'électricité de gré à gré à un responsable d'équilibre agréé par Réseau de transport d'électricité (RTE). Le tarif offert par ces contrats "est généralement compris entre 4 c€ et 8 c€ HT / kWh", contre 8,2 c€ HT / kWh pour les dix premières années des installations bénéficiant du tarif ZDE. Enfin, dernière option, le fournisseur peut, sous certaines conditions, acheter la production d'un particulier au même prix que l'électricité qu'il lui vend.

"Quelle que soit l'option choisie, ces tarifs ne permettent pas au petit éolien d'être rentable", déplore Amorce qui estime que "la meilleure option est encore d'auto consommer sur place le maximum de l'énergie produite".

De fait, "le marché français n'existe pas encore", indique le rapport, précisant que "la filière emploierait aujourd'hui environ 600 personnes". Cependant, "si un [tarif d'achat] venait à être mis en place, la filière pourrait se développer et créer 15.000 emplois en 5 ans".

Timide soutien des collectivités locales

Dans ce contexte, Amorce et Cléo se sont intéressés au soutien apporté par les collectivités locales en évaluant les stratégies de "cinq collectivités parmi les plus avancées sur le sujet", à savoir les régions Rhône-Alpes et Languedoc Roussillon, le Syndicat départemental d'énergie et d'équipement de la Vendée (SyDEV), Nantes métropole et la Communauté de communes du Pays de Romans.

Les deux régions ont mis en place des dispositifs de soutien (soumis à condition) et un suivi spécifique. En Languedoc Roussillon, trois aspects ressortent du bilan des quatre premières années d'application du dispositif : une majorité des éoliennes installées ont une puissance inférieure à 2 kW et une hauteur inférieure à 12 m, la Région constate un engouement pour les éoliennes de moins d'1 kW sur le bâti et la qualité des prestations fait apparaître une grande hétérogénéité. Quant au Rhône-Alpes, l'appel à projets lancé de fin 2007 à fin 2009 a permis de sélectionner dix projets, sur la cinquantaine de dossiers reçus.

La communauté de commune Nantes métropole a intégré le petit éolien dans le gisement d'énergies renouvelables défini dans son plan climat-énergie territorial et "a engagé une réflexion pour l'éolien de bâtiment mais n'a pas encore de projet en cours". Constat similaire en Vendée, où le SyDEV a réalisé un état des lieux en 2009 et "deux ans après, le syndicat n'a pour l'instant pas lancé d'action concrète mais ne l'exclue pas à moyen et long terme". Enfin, la Communauté de communes du Pays de Romans, "la communauté de communes accueille quelques petites éoliennes sur son territoire", installées par des particuliers ou des agriculteurs, mais "elle n'a pas de projet en propre".

Réactions25 réactions à cet article

 

Autre point absent dans la réglementation pour permettre le développement des petites éoliennes domestiques :
la nouvelle réglementation thermique 2012 prend en compte la production d'énergie à domicile par le particulier, quand celle-ci est produite par des panneaux photovoltaïques, une micro-génératrice gaz ... et c'est tout.
Autant dire qu'installer une petite éolienne chez soi ne présente aucun intérêt dans le cadre réglementaire actuel, vu le faible tarif de rachat de l'énergie produite, et la non prise en compte dans la RT2012 (ce qui pourrait compenser un surcoût à venir du bâti).

Bien joué les lobbystes, leçon à prendre pour les défenseurs du petit éolien.$

Windisgame | 19 décembre 2011 à 11h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Normal que l’éolien comme le solaire ne décolle pas, le lobby nucléaire fait tout pour casser toutes énergies renouvelables (-gratuite)
alors qu'elles sont déjà rentables et pas chères.
Le Japon vit actuellement avec 9 centrales nucléaires sur 54, est il détrui ?, l'Autriche, l'Italie n'ont pas de centrales, pays du tiers monde ?

50 années de mensonge avec un état fasciste, nous a t-on demandé notre avis par référendum sur le nucléaire, JAMAIS...

rebel79 | 19 décembre 2011 à 13h20
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Outre un cadre législatif contraignant et l'absence de tarif d'achat incitatif, le marché du petit éolien se développe lentement mais surement autour d'acteurs sérieux qui proposent des études de vent et des machines européennes ou américaines.

En 2010 au Royaume-Uni, 2853 machines ont été installées pour une puissance totale de 14,23MW (£30 millions). Les estimations pour de 2011 prédisent un marché de £70 millions (source BWEA).
La même année aux USA, 7811 machines installées pour une puissance de 25,6MW ($139 millions) (source AWEA).

Ces marchés bénéficient d'un contrat d'achat intéressant et surtout de nouvelles machines qui "révolutionnent" le marché avec des productions 2 à 3 fois supérieurs au machines existantes.
Je parle notamment des éoliennes Irlandaises CF Green Energy qui vont de 6kW à 100kW. CF Group a investi 14M € pour développer cette gamme. Par exemple la 6kW produit 17000kW/h par an à 5m/s. Comparez avec les éoliennes existantes. Retour sur investissement de 5 ans en UK.

Ce type de machine incitera certainement les pouvoirs publics à développer le petit et moyen éolien.

Eole 92 | 20 décembre 2011 à 12h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour,
Article très intéressant, bien qu’il me semble que certains points méritent des compléments d’informations:

- La ZDE n’est pas une fin en soit!
Les ZDE existent, mais en pratique , aucun particulier n’est en ZDE. Elles ont été conçues pour répondre aux attentes des opérateurs du grand éolien, et sont toujours à l’écart des zones d’habitations.
Ceci dit , ce qui fait l’intérêt du petit éolien , c’est le fait de pouvoir consommer sa propre production. Ainsi chaque kWh produit vient se déduire de votre facture. Le retour sur investissement se fait donc au rythme de 0,11€/kWh produit, là ou les opérateurs d’énergie vous rachètent le kWh pour 0,09€ au mieux. La meilleure rentabilité s’obtient donc avec l’autoconsommation, et l’absence de contrat de rachat n’est pas un problème.
Nous recommanderons simplement de choisir une éolienne légèrement sous-dimensionnée par rapport à votre besoin réel afin d’éviter d’avoir une production excédentaire qui ne serait pas valorisée.

Le petit éolien reste un investissement significatif pour un ménage, mais avec les hausses à venir du prix de l’électricité (minimum 5% an nous annonce EDF… si on ne sort pas du nucléaire !) c’est un moyen pertinent de réduire sa facture et son empreinte écologique.

Professionel du petit Eolien | 20 décembre 2011 à 17h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le marché mondial des petites éoliennes est très clairsemé, il existe une multitude de produits avec des qualités, rendements, esthétiques d'intégration et surtout prix les plus divers. Si le marché ne décolle pas c'est aussi parce qu'il est difficile de trouver à prix raisonnable des éoliennes de qualités et esthétiquement intégrables. Une liste pour donner une idée du nombre : http://www.allsmallwindturbines.com/ et exemple d'intégration en toiture en Grande Bretagne bien que le rendement en pâti : http://www.ridgeblade.com/news.htm ou une américaine avec un assez bon rapport qualité prix qui commence à être bien diffusée : http://www.prnewswire.com/news-releases/honeywell-wind-turbine-by-windtronics-now-available-for-purchase-120359644.html ou encore des concepts qui associent éolien+solaire : http://www.ecofriend.com/entry/aard-concept-energy-generator-produces-solar-and-wind-energy/

Energie+ | 21 décembre 2011 à 16h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est un professionnel du petit éolien , qui vous dis que l'autoconsommation c'et du pipo !.Il aurait fallu ajouter avec des batteries !Quelle galère au vingt une siècle ,c'est pas sérieux ça .Aprés cela consiste à prendre la production quand il y à du vent pour faire fonctionner aléatoirement vos lampes ou veilles de vos appareils.Une éolienne tourne rarement à sa puissance nominale , par exemple 2 kW /h, mais plutôt à 4 à 500 W avec un vent constant de 5.5 m/s ce qui n'arrive pas tous les jours.
S'il y a d'autres solutions de rentabilités , merci de nous les annoncer .

Un professionnel de l'éolien !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Ballo | 21 décembre 2011 à 16h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour, il est effectivement nécessaire de rappeler que la consommation de la production du petit éolien sur place nécessite de mettre en oeuvre des moyens de stockage de l'énergie pour délivrer de l'électricité de "qualité" (puissance disponible constante) et mobilisable quand on en a vraiment besoin.
Le coût induit par la mise en oeuvre de batteries fait exploser la facture et le délai de retour sur investissement (si tant est qu'il existe avec les coûts de maintenance et durée de vie de l'installation !)
C'est ballo...

vincent | 22 décembre 2011 à 09h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ Vincent:

Si l'éolienne a été choisie avec une production adaptée à votre typologie de consommation, les batteries ne sont absolument pas nécessaire , hors cas particulier du site isolé.

Cordialement,

Professionel du petit Eolien | 22 décembre 2011 à 10h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Si l'éolienne a été choisie avec une production adaptée à votre typologie de consommation, les batteries ne sont absolument pas nécessaire , hors cas particulier du site isolé.?????????

Il faut m'expliquer ce que veut dire la phrase cité ci-dessus et mon avis absolument rien .Il est quasi impossible de se servir de l'application longtemps vantée par les commerciaux du petit éolien, c-à-d (au fil du vent ) prendre la production de l'éolienne et s'en servir pour alimenter l'habitation : Eolienne ,inverter DC-AC sans passer par le réseau ,sans batteries, cela veut dire avoir un réseau séparé , donc vous branchez une lampe de 60 W , vous attendez le vent mais vous avez intérêt qu'il soit constant car la lampe risque d'avoir des baisses de luminosité . Alors imaginer quand il faille alimenter un téléviseur et être tributaire du vent pendant un match de foot !!! .
Non le petit éolien aurait été une "bonne solution " avec les conditions qui ont été adoptés pour le photovoltaïque , mais pour le moment ça n'est pas le cas . Nous attendons du ministère de l'énergie , une ouverture pour une solution ( éolien collectif à partir de 250 kW ) mais cela et une autre histoire.

Un pro de l'éolien .

ballo | 22 décembre 2011 à 11h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

80à 90% de la conso énergétique des logements,est liée au chauffage,Utiliserl'énergie issue du petit éolien afin de chauffer un volume d'eau réinjecté dans le circuit de chauffage,parait intérressant, dans ce cas,plus besoin de batteries.

Zorba | 22 décembre 2011 à 11h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ Ballo :

Pourquoi voulez vous un réseau séparé ?
Je ne suis pas votre raisonnement.

En pratique , on injecte directement sur le réseau de la maison. Quand la maison consomme 100 et que l'éolienne produit 50, vous consommez 50 de l'éolienne + 50 de EDF. (Et vous divisez donc votre facture par 2).
ça fonctionne parfaitement.

Ce qu'il faut éviter c'est le cas de figure ou l'éolienne produit 80 quand la maison consomme 50, car là vous envoyez 30 à perte chez EDF... Si votre installateur est sérieux il vous aura proposé l'éolienne adaptée afin de se trouver aussi rarement que possible dans ce cas de figure.

Cordialement,

Timothée GROS
Noveol

Professionel du petit Eolien | 22 décembre 2011 à 12h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Nous entrons dans le vif du sujet qui prête à confusion et qui fait partie de l'arnaque du petit éolien depuis 2005.
Je m'explique : ce que vous dites dans votre dernier mail , c'est la solution injection sur le réseau avec l'aide de l'onduleur avec une VDE 0126 , j'ai quand même essayé cette pratique dès les années 2006 ( sûrement un des premiers en France ), et comme je l'ai dèjà expliqué ce principe qui n'apporte rien si ce n'est à donner à ERDF quelques goûtes d'électricité gratuite , l'exemple de la tempête de 2009 ou mon éolienne de 1 kW avait fourni en 9 heures de temps 435 kWh ce qui et très bien dans les conditions exceptionnelles du moment , le problème majeur de cette application , c'est que dans cet espace temps je n'ai consommé que 7 kW/h ( mon relevé facture ERDF en faisant foi et n'ai jamais été soustrait des 435 kWh versé au réseau) le restant est passé chez notre cher EDF gratuitement bien sur .Il aurait fallu dans le meilleurs des cas , que je sache combien de temps aller durer la tempête , calculer la production de celle-ci pour enfin prévoir d'allumer les matériels nécessaire pour arriver à consommer les 435 kWh , cela équivaut à pécher des crevettes avec un filet pour le thon.
Pour être moi même un des pionnier dans le petit éolien, j'ai laissé de coté ce type de machines, pour passer depuis 2007 au moyen éolien , et je confirme bien que vous êtes dans l'erreur jusqu'à preuve du contraire , et que vous devriez prendre des cours général sur l'électricité

ballo | 22 décembre 2011 à 14h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ Ballo:

Il doit y avoir une erreur de votre part... 435kWh en 9h , c'est strictement impossible avec une éolienne de 1kW... Ni même avec une 10kW d'ailleurs... Et ce quelque soit la force du vent.
une éolienne qui fournit 1kW de puissance nominale produira grand maximum 1,5kW... Donc en 9h, vous produirez grand maxi 13,5kWh... (et encore , là je suis hyper optimiste).

Statistiquement le

13,5kWh, c'est 1,35€... Donc si je dois donner cette somme à EDF une fois par an pendant la tempête annuelle: la belle affaire !

PS: les kW/h n'existent pas. On parle soit de kW (puissance) soit de kWh (énergie produite).

Professionel du petit Eolien | 22 décembre 2011 à 15h08
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Effectivement il y avait une erreur sur la production de cette éolienne , c'était 48 kWh( par heure) de production exceptionnelle , sachant q'un ménage avec chauffage électrique consomme environ 35 kWh /jour .
Il serait temps que vous révisiez au moins les classiques : le kW c'est bien une puissance , et le kWh et bien la production faite par l'éolienne( surtout dans le cas de revente gros éolien et dans ce cas précis , regardez au bas de votre facture ERDF si ce n'est pas des kWh qui sont facturés. Il serait bien que vous puissiez produire sur ce forum un document d'un de vos clients qui attestent que vous diviser par deux (et je suis généreux), sa consommation avec votre procédé injection réseau , cela mettrait fin à la discussion et vous auriez plein de clients, , car a un moment donné il faut arrêter de dire des inepties ou alors apporter des preuves .
J'attends avec impatience votre réponse !
Ps/ une éolienne à axe horizontal de 2 kW dans le meilleurs des cas va produire 3500 kWh soit 1750 h de production annuelle sur 8760 h que compte une année , si vous récupérer 15% de cette production avec votre procédé ce sera le bout du monde soit, 57.50 €( Donc si je dois donner cette somme à EDF une fois par an pendant la tempête annuelle: la belle affaire !)vous avez tout compris !!!!!!!!!!!!!

Ballo | 22 décembre 2011 à 16h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il y a toujours un problème dans votre raisonnement... Une éolienne de 1kW nominal est incapable de produire 48kWh que ce soit par heure ou pendant 9 heures de tempête.

Sinon, vous me dites:

"une éolienne à axe horizontal de 2 kW dans le meilleurs des cas va produire 3500 kWh " : Oui, c'est l'ordre de grandeur. Il s'agit même d'une hypothèse optimiste.

Vous dites aussi: "si vous récupérer 15% de cette production avec votre procédé ce sera le bout du monde" .
Là je ne suis pas d'accord. Si ma conso électrique est de 10000kWh annuel et que mon éolienne en produit 3500, je vais utiliser entre 90 et 100% de cette énergie produite.
Le tout est de ne pas choisir une éolienne sur-dimensionnée par rapport au besoin.

Professionel du petit Eolien | 22 décembre 2011 à 16h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Vous jouez avec les mots!!!!!!
Si ma conso électrique est de 10000 kWh annuel et que mon éolienne en produit 3500, je vais utiliser entre 90 et 100% de cette énergie produite.
Voila ma question / comment allez vous utiliser 100% de cette énergie produite ? Merci de répondre à la question,et d' envoyer des preuves tangibles et non pas des suppositions.

ballo | 22 décembre 2011 à 17h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Merci d'essayer de rester aussi calme dans vos propos et vos points d'exclamations que je le suis dans les miens.

Si vous consommez 10000kWh, cela veut dire que vous consommez probabelemnt en moyenne:
- 250kWh de Avril à Octobre
- 1650 kWh de Novembre à Mars (Chauffage électrique en route)

Votre éolienne produit 3500kWh sur une année, dont environ les 2/3 en hiver en raison de la saisonnalité des vents forts:
- 210 kWh par mois de Avril à Octobre
- 400kWh par mois de Novembre à Mars

Comme vous le voyez le risque d'excédent de production est nul en hiver (Car le chauffage électrique tourne en permanence), et il est faible en été même si cela peut occasionellement arriver.

Nos clients satisfaits pourront vous le confirmer!
Par ailleurs si vraiment on est dans un cas de figure ou on a risque fréquent d'excédent de production, nous proposons l'installation d'un contrôleur de surplus qui permet de déclencher la mise en route d'un chauffe-eau électrique (la mise en route du chauffage de la piscine) plutot que d'envoyer des excédents à EDF. Stocker de l'eau chaude est en effet bien plus facile et moins couteux que l'utilisation de batterie.

Professionel du petit Eolien | 22 décembre 2011 à 17h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Personne n'évoque le problème suivant: une éolienne simple (avec un mât de 12 m au plus) çà coûte beaucoup, beaucoup trop cher pour ce que c'est ! Pourquoi ? tout simplement parce que c'est produit en (très) petites séries...J'attends avec impatience le jour où ce prix sera divisé par 3 grâce à de grandes séries... comme les voitures... Industriels du micro éolien,unissez vous et faites du lobying auprès de NKM, pour développer ce secteur d'avenir !

django 53 | 23 décembre 2011 à 12h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ professionnel du petit éolien

ce que je recherche, c'est le plus d'autonomie possible. Je n'y connais pas grand chose : Mais à vous lire, pouvez vous me confirmer que l'on peut faire du petit éolien juste pour sa propre consommation, à la fois électrique et d'eau chaude ? S'il y a du surplus est-on obligé de la revendre (Peut-on se passer de REDF) ? si oui où part le surplus énergie... Les contraintes (périmètres de site classé) sont-elles rédhibitoires ? De votre expérience, avez vous déjà vous Peut-on mettre cela sur une toiture ardoise d'une haute maison de 3 niveaux et demi ? Merci

la vie en vert | 27 décembre 2011 à 15h17
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@ La vie en vert:

Je confirme que l'on peut faire du petit éolien pour sa propre conso, et s'est même le mode de fonctionnement que je recommande vu l'absence de tarif de rachat incitatif.

En cas de surplus, l'excedent est envoyé chez EDF qui vous le reprend gratuitement.
Il est également possible d'installer un contrôleur de surplus qui va déclencher un appareil électrique , comme un chauffe-eau ou un convecteur afin de consommer l'excédent de production plutot que de l'envoyer à EDF à perte.

En site classé, tout dépend du bon vouloir de l'archi des batiments de France... C'est là qu'avoir une éolienne au design étudié peut faciliter l'acceptation du dossier par rapport à l'installation d'un "ventilateur".

D'une manière générale les installations en toiture de batiment existant sont à étudier avec la plus grande prudence: les efforts sur le batiment sont important, il est indispensable de faire intervenir un bureau d'étude structure qui indiquera les renforts à prévoir sur le batiment. Bien souvent tout celà coûte plus cher que d'installer un mat juste à coté de la maison.

Professionel du petit Eolien | 02 janvier 2012 à 10h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

bonjour Timothé Gros,

je cherche des infos sur "les contrôleurs de surplus" pour justement contrôler l'énergie de l'éol ( en faire ce que je veux sans en remettre dans le réseau gratos à séolis puisque je ne suis pas en zdf ).
pouvez-vous m'orienter, merci
vive noveol

mig79600 | 15 février 2012 à 15h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 

J'ai lu tous les commentaires.
Moi, j'ai un petit éolien depuis 2009 que je ne peux pas faire tourner. Investissement en l'air mais rentrée d'argent dans la poche de la Société.
Nuisances sonores et installé à une moyenne de 26m de nos voisins (trop près) et en plus dépasse les 12m réglementaire(mât vendu pour 11m). Défaut de conseil et Abus de confiance.
Je suis en procédure contre la société que je ne nommerai pas mais que certains reconnaîtront sûrement (beaucoup de problèmes en France).
Conclusion : Le Monde du Petit Eolien ne peut être crédible à cause de certaines sociétés. C'est vraiment dommage!

vanette | 03 octobre 2012 à 22h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ce que vous décrivez est malheureusement d'une triste banalité et applicable à tous les secteurs d'activités: Il y a des margoulins de partout !
Un tel projet nécessite des conseils (ex: points espace info-énergie,...) la consultation de plusieurs professionnels (devis comparatifs) et éventuellement la visite d'installations déjà en fonctionnement. Peut-être qu'avec quelques précautions, vous auriez pu éviter cette mauvaise expérience...
Etant donné que les erreurs semblent grossières, pourquoi ne pas assigner la société en justice ? (si elle existe toujours bien sûr !)

vincent | 04 octobre 2012 à 11h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le site petit eolien présente de nombreux modèles d'éoliennes et une recherche multicritéres techniques avec une liste de pros. Il faut faire changer les mentalités et intéresser un maximum de monde sur le sujet.
Y croire, un jour nous n'aurons plus le choix et toutes les énergies devront être utilisées au mieux ! Le lobby du petit éolien (ça existe ?)n'a sûrement pas les moyens des autres énergies..... C'est comme ça malheureusement en France.

Julien | 01 novembre 2012 à 23h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Depuis 1 an et demi nous avons signé pour une installation de petite éolienne à 12m, sur une tour, malheureusement nous sommes tombés sur une sté pas correcte et aujourd'hui nous attendons toujours la fin des travaux avec d'autres installateurs.
Il faut du courage, merci de me lire

brucldn79 | 16 mars 2014 à 09h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…