En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Aires marines protégées : les pêcheries bénéficieraient indirectement de la création de réserves

La création d'aires protégées profiterait aux pêcheurs qui bénéficieraient de l'accroissement de la biomasse à l'extérieur de la zone. Telle est la principale conclusion du projet Amphore conduit sur quatre AMP.

Biodiversité  |    |  Philippe Collet  |  Actu-Environnement.com

Le 10 février 2012, s'est tenu le séminaire de clôture du projet Aires marines protégées et gestion halieutique par optimisation des ressources et des écosystèmes (Amphore), dont l'un des principaux objectifs était d'évaluer l'efficacité réelle des Aires marines protégées (AMP) à des fins de gestion des pêcheries. Il a été mené entre 2008 et 2012 dans le cadre du programme Biodiversité de l'Agence nationale de la recherche (ANR).

Quatre AMP ont été évaluées : Le parc national de Port Cros (Var), le parc marin des Bouches de Bonifacio (Corse-du-Sud), l'AMP de Bambung (Sénégal) et le parc national du Banc d'Arguin (Mauritanie).

Mesurer l'impact hors AMP

De nombreux impacts positifs pour la ressource halieutique sont mis en avant par les promoteurs des AMP. A l'intérieur de l'Aire, l'efficacité maximale devrait être constatée sur les espèces cibles de la pêche et sur les prédateurs. A l'extérieur, un effet de débordement, c'est à dire un mouvement des adultes vers les zones adjacentes, est escompté. Celui-ci étant lié au renforcement des migrations entre la zone protégée et l'extérieur, il est localisé au voisinage immédiat. De plus, il est associé à la dispersion larvaire attendue du fait de l'augmentation du recrutement des adultes en âge de procréer, de la protection des zones frayères et de la protection des nourriceries. Reste que si ces effets, potentiellement positifs pour les pêcheurs à l'extérieure de l'AMP, sont globalement connus, il n'est pas certain qu'ils compensent l'impact négatif associé aux restrictions de pêche dans les Aires.

"L'objectif était d'étudier ce qui se passe pour les activité de pêche à l'extérieure des AMP", explique Raymond Laë, chercheur à l'Institut de recherche pour le développement (IRD) et coordinateur du projet Amphore. "Dans cette démarche, l'AMP est considéré comme un investissement réalisé par la société et qui bénéficie à certains acteurs", rappelle Jean Boncoeur, professeur au Centre de droit et d'économie de la mer (Cedem), ajoutant que les impacts positifs ne se limite pas à la pêche aux frontières de l'Aire, mais aussi aux activités récréatives et plus généralement sur le développement économique local.

Pour cela, les AMP retenues présentent des profils très différents en matière de surface protégée (de 7 km2, pour l'AMP de Bambung, à 6.000 km2, pour le Banc d'Arguin), de climat (climat tempéré pour les AMP françaises et tropical pour les AMP africaines) et de biodiversité (d'un niveau moyen, pour les Bouches de Bonifacio, à élevé pour les trois autres). De même la nature des activités de pêches autorisées dans les AMP est très variée. Si aucune pêche professionnelle n'est autorisée dans l'AMP de Bambung, l'activité professionnelle est qualifiée de faible à modérée pour les trois autres.

Sélectionner les zones de pêche

"Finalement, il n'y a pas de miracle à attendre", estime Didier Gascuel, chercheur au pôle halieutique de l'Agrocampus Ouest, précisant que "ce que l'on ne peut pas pêcher dans la zone se retrouve plus ou moins à l'extérieur". Il semble donc, au regard des résultats de l'étude Amphore, que la protection d'un périmètre donné ait bel et bien un effet source qui permet de renforcer la ressource halieutique à l'extérieur. Les modèles écosystèmiques ont mis en avant ce type d'effet, en particulier pour le parc marin des Bouches de Bonifacio et l'AMP de Bambung.

Par contre, pour Port Cros, les chercheurs n'ont pas pu mesurer un impact sur la pêche hors AMP. Cependant, un effet bénéfique sur les ressources halieutiques a été constaté dans la zone protégée, en particulier s'agissant des espèces emblématiques telles que le mérou, et le développement des activités récréatives est important. Pour les chercheurs, l'absence d'impact hors AMP pourrait s'expliquer par l'ancienneté de l'AMP, puisque les impacts humains sont d'ores et déjà stabilisés à un niveau bas qui ne permet pas de comparer avec l'écosystème dégradé qui prévalait avant la création de l'Aire. "Aujourd'hui, Port Cros peut être considéré comme étant à l'état vierge car l'activité de pêche y est très marginale depuis longtemps", avance Didier Gascuel. Effectivement, la zone est constituée en parc marin depuis 1963.

Pour Didier Gascuel, "d'un point de vue des ressources halieutiques, si l'on pouvait contrôler strictement les prises on n'aurait plus besoin de créer des zones protégées". Finalement, pour les chercheurs, la décision de créer une zone protégée revient à sélectionner les zones où la pêche est autorisée ou non, l'effet source compensant globalement l'interdiction de pêche dans l'AMP. Cependant, "des réserves de petite taille ont des effets insignifiants", prévient Didier Gascuel. L'efficacité du Banc d'Arguin, avec ses 6.000 km2 protégés sur les quelques 33.000 km2 du plateau continental mauritanien, milite pour de grandes étendues. En effet, 15 à 20% de l'ensemble des captures de pêche hors AMP bénéficieraient directement ou indirectement de la création de l'AMP. Un niveau qui s'élèverait à environ 50% pour les poissons côtiers.

Réactions1 réaction à cet article

 

Bonjour,
Intéressé par votre article "les pêcheries bénéficieraient indirectement de la création de réserves" veuillez me faire suivre par e-mail toutes les réactions à cette article ainsi que toute information sur le sujet.
Par avance merci.

Je n'ai pas de peudo | 21 février 2012 à 07h53
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager