En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les fabricants d'ampoules veulent éliminer les moins performantes d'ici à 2015

Les fabricants d'ampoules ont proposé d'éliminer progressivement les lampes domestiques les moins performantes d'ici 2015 en Europe. Si la Commission salue l'initiative, Greenpeace International estime que l'élimination pourrait se faire en 2,5 ans.

Energie  |    |  Carine SeghierActu-Environnement.com
Le 5 juin 2007, les fabricants d'ampoules en Europe ont proposé d'éliminer progressivement du marché européen les lampes domestiques les moins performantes d'ici 2015. Cette initiative permettrait de réduire de 60 % les émissions de CO2 (soit 23 mégatonnes par an) générées par l'éclairage domestique et d'économiser 7 milliards d'euros ou 63.000 GWh d'électricité par an, selon les fabricants d'ampoules.
Les fabricants apparaissent d'autant plus motivés qu'outre l'opération de communication environnementale, les retombées financières d'une telle substitution seront considérables. En effet, le renouvellement des quelque 2 milliards d'ampoules à incandescence utilisées en Europe, par des ampoules économes beaucoup plus onéreuses, représente une manne très attractive.

De son côté, Andris Piebalgs, membre de la Commission Européenne chargé de l'énergie s'est félicité de cet engagement qui constitue selon lui, une contribution très positive de l'industrie à l'objectif fixé par le Conseil européen en mars, à savoir bien s'éclairer sans gaspiller d'énergie.
Cette initiative résulte en effet de la présentation par la Commission européenne de son plan d'action en matière d'efficacité énergétique adopté par la Commission le 19 octobre 2006 qui prévoit des mesures prioritaires dans le domaine de l'efficacité énergétique. Parmi celles-ci figurent des actions visant à rendre plus performants les appareils consommateurs d'énergie, les bâtiments, les transports et la production, le transport et la distribution d'énergie. Le plan propose également de nouvelles normes contraignantes en matière d'efficacité énergétique, la promotion de services énergétiques, des mécanismes de financement spécifiques à l'appui de produits plus économes en énergie. Le plan d'action propose notamment des normes plus strictes en matière de performance énergétique pour plusieurs groupes de produits parmi lesquels figurent les éclairages des rues, des bureaux et des maisons.
L'objectif : réduire de 20 % la consommation d'énergie primaire d'ici 2020. Selon la commission, si cet objectif est atteint, le coût direct de la consommation européenne d'énergie pourrait être réduit annuellement de plus de 100 milliards d'euros d'ici 2020 et permettrait en outre d'éviter le rejet d'environ 780 millions de tonnes de CO2 chaque année.
Dans ce cadre, la Commission se rassemblera le 22 juin prochain pour discuter des mesures envisagées concernant l'éclairage public. Elle lancera également à la fin du mois une analyse économique et environnementale sur l'éclairage domestique.
La prochaine étape du plan d'action en matière d'efficacité énergétique sera l'analyse des plans d'action nationaux dans ce domaine, que tous les États membres doivent présenter avant le 1er juillet, conformément aux dispositions de la directive sur la promotion de l'efficacité énergétique au niveau de la consommation finale ainsi que des services énergétiques. Ce texte fixe des objectifs indicatifs en matière d'efficacité énergétique à l'intention des États membres, qui doivent présenter des plans d'action nationaux assortis de mesures rationnelles pour parvenir à des économies d'énergie annuelles moyennes de 1 % sur les 9 prochaines années.

Du côté des associations, et même si la capacité de production pourrait à priori le justifier, Greenpeace International juge l'échéance de 2015 trop lointaine. En effet, selon Sharon Becker, à l'instar de téléphone portable avec appareil photo ou de iPod, le marché sait très bien répondre rapidement à la demande quand les produits deviennent à la mode.
Dans le cas des ampoules basse-consommation, la technologie n'est pas nouvelle, et l'association estime qu'il serait donc facile de procéder au remplacement en seulement deux ans et demi…

Réactions4 réactions à cet article

 
Bilan objectif de ces solutions

Quand un bilan objectif des atouts et des inconvénients des lampes fluo compacts sera-t-il réalisé ?

Soit, ces lampes sont plus économiques, mais pas dans les proportions annoncées, c'est-à-dire une consommation cinq fois moindre. Cette différence est obtenue en comparant les plus médiocres des lampes classiques avec les plus performants des tubes fluorescents, les tubes droit de 60 ou 120 cm, ceux qu'il faudrait privilégier, mais ils ne sont pas beaux !
Les lampes halogènes classiques (voir Wikipédia où cela est bien expliqué), présente une efficacité 30 % supérieure aux lampes ordinaires (les tout premiers prix).
Les fluo-compacts, parce que leur tube est plié en deux trois voire quatre fois, perdre une bonne partie de leur efficacité.
C'est pour cela que lorsque l'on remplace une lampe classique, mais de technologie récente (et peu couteuse) par un tube fluo compact de 20 W, l'on constate une évidente baisse d'efficacité lumineuse.

D'autre part, comme la section du tube qui habituellement fait 20 à 40 mm de diamètre, est très réduite, il est fait appel à des solutions technicochimiques pas toujours très clean, le composant mercure revient souvent ! L'on savait que les tubes fluorescents classiques comportaient des composants chimiques dangereux et même toxiques à l'intérieur de leur enveloppe, quelle est donc la composition de ces tubes fluo compacts que les industriels sont enchantés de nous livrer ?

Autre élément non négligeable, si la durée de vie de ces tubes est supérieure, à contrôler impérativement vu leur coût, leur efficacité lumineuse n'est pas constante. Je suis photographe et j'utilise depuis longtemps ce genre d'éclairage, sous forme de tubes linéaires, et je peux vous affirmer qu'il est indispensable d'en changer avant qu'ils ne cessent de fonctionner.

Un bilan objectif me semble donc indispensable, avec mesure de l'efficacité lumineuse, de la permanence de celle-ci et du bilan écologique au niveau de la fabrication et du recyclage de ces solutions écologiques qui devraient être rapidement périmées et remplacée par d'autres sources lumineuses vraiment plus écologiques.

Jluk | 07 juin 2007 à 20h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Ampoules gratuites

A quand la distribution gratuite de 10 ampoules "économes" par foyer ?

verigoud | 14 juin 2007 à 11h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Bilan objectif de ces solutions

Et oui elles contiennent du mercure, il suffit de lire derrière l'emballage où l'on peut lire le sigle chimique du mercure que tout le monde ne connait pas!!!
Il n'est pas non plus indiqué qu'il faut vaut mieux qu'elles restent allumée 2 heures d'affilées pour parvenir à leur durée de vie indiquée. Je connais quelqu'un qui ne comprenait pas pourquoi ses ampoules ne tenaient pas la durée de vie préconisée et en plus les mettaient à la poubelle. Là aussi il n'est pas mentionné clairement et surtout lisiblement qu'il ne faut pas les mettre à la poubelle.

eliz | 21 juin 2007 à 22h14
 
Signaler un contenu inapproprié
 
lampes types led

Pourquoi ne developpons nous pas l'utilisation des led ?
Le confort lumineux est moindre mais la consommation d'énergie est imcomparablement basse par-rapport à tout les autres types d'éclairage...

zitoun | 25 juin 2007 à 17h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…