Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Des ampoules radioactives sans risque pour la santé

Risques  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com

Certaines ampoules actuellement sur le marché contiennent une faible quantité de substances radioactives : krypton 85, thorium 232. Mais elles ne présentent pas de risques pour la santé selon l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN).

Ces ampoules sont principalement à usage professionnel : éclairage d'espaces commerciaux ou industriels, mise en lumière de monuments, panneaux publicitaires, éclairage scénique, lampes pour la reprographie ou la lithographie… A l'exception des lampes au xénon qui équipent les phares de certaines voitures. "Toutefois, il a été jugé préférable de les considérer dans leur ensemble comme des biens de consommation", précise le gendarme du nucléaire.

Depuis 2002, le code la santé publique interdit tout ajout intentionnel de radionucléides naturels ou artificiels dans les biens de consommation, rappelle l'ASN. Des dérogations peuvent toutefois être accordées "si ces ajouts sont justifiés par les avantages qu'ils procurent au regard des risques sanitaires qu'ils peuvent présenter". Dans ce cadre, les fabricants des ampoules concernées (Philips, GE Lighting France, Osram, Ushio, Sylvania, Dr Fischer) ont déposé des dossiers de demande de dérogation auprès du ministre du Travail en vue de poursuivre leur fabrication. L'ASN est en charge de l'instruction de ces demandes.

Les premiers éléments de cette instruction font ressortir que "les doses reçues par le public, en situation normale et en situation incidentelle, sont très faibles". L'ASN en conclut qu'il n'existe pas "de risque sanitaire qui la conduirait à demander, de manière préventive, l'arrêt de la commercialisation de ces lampes et le retrait des lampes installées".

Réactions3 réactions à cet article

 

Pas de risque sanitaire direct, c'est plausible, mais qu'en est-il des risques d'activation des matériaux mis en contact de ces gaz ? Et que deviennent ces gaz radioactifs lorsque les lampes se retrouvent en fin de vie ? Le gaz a-t-il alors perdu toute radioactivité ou bien faut-il penser à une filière de récupération puis dépollution ?
Y aurait-il moyen d'accéder au rapport de l'ASN cité dans cet article pour en savoir plus ?

Steph | 20 avril 2012 à 10h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 

http://www.asn.fr/index.php/S-informer/Actualites/2012/Presence-de-radionucleides-dans-les-ampoules-pas-de-risque-sanitaire-pour-l-ASN

" Ces substances, dont l’ajout est fréquent depuis plusieurs années, ont pour fonction d’augmenter l’intensité lumineuse ou de faciliter l’allumage des ampoules. "

philippeb81 | 20 avril 2012 à 10h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

!!!! quid surtout du retraitement en fin de vie ou de la casse dans les bureaux, ou magasins ?? voir dans les maisons car j'ai des doutes sur le fait que ce soit exclusivement réservé aux pros

enr37 | 20 avril 2012 à 13h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Portique de détection de la radioactivité dans les déchets - GammaScan®eV4 BERTHOLD FRANCE SAS