En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

"Effacement électrique : avec un signal prix à long terme, l'industrie investira pour devenir plus compétitive"

La France veut déployer 5 GW d'effacement pour moduler la demande électrique mais peine à mobiliser les capacités. En cause : de fortes contraintes techniques et un signal prix peu incitatif, selon Ana Prutean, chargée de l'effacement chez BHC ENERGY.

Interview  |  Energie  |    |  Sophie Fabrégat Actu-Environnement.com
Nous avons détecté une activité anormale depuis votre adresse IP 18.207.249.15
L'accès aux articles a été verrouillé
Pour levez cette limitation, merci de nous contacter par email ou par téléphone :+ 33 (0)1 45 86 92 26.
   
"Effacement électrique : avec un signal prix à long terme, l'industrie investira pour devenir plus compétitive"
Ana Prutean
Chef de projet Marchés et Flexibilité chez BHC ENERGY
   

Actu-Environnement : L'édition 2018 de l'appel d'offres effacement a mobilisé moins de la moitié des capacités attendues. Comment l'expliquez-vous ?

Ana Prutean : Effectivement, il y a eu moins d'acteurs mais aussi moins de volumes retenus que l'année précédente. L'appel d'offres effacement a été institué en 2010 par la loi Nome, afin de rémunérer les effacements industriels jusqu'à la création du marché de capacité. Après l'entrée en vigueur du marché de capacité, l'appel d'offres a changé de contexte règlementaire en étant introduit dans le Code de l'Energie.

Les autorités administratives peuvent recourir à la procédure d'appel d'offres lorsque les capacités d'effacement ne répondent pas aux objectifs de la programmation pluriannuelle de l'énergie. Ce mécanisme représente une subvention aux effacements non matures pour une période de quatre ans pour les effacements industriels et six ans pour des effacements diffus. Les lauréats reçoivent donc une prime qui vient s'ajouter à la rémunération qu'ils obtiennent sur le marché de capacité.

Suite à ce changement de contexte règlementaire et des forts objectifs fixés par la PPE (5 MW en 2018) nous nous attendions à un assouplissement des règles,...

La suite de cet article est réservée à nos abonnés

Abonnez-vous pour un accès illimité 9? par mois

Déjà abonné ? Identifiez-vous pour consulter l'article

Mot de passe oublié ?

Partager