Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Grenelle de l'environnement, et après ? La FNH appelle à une mutation profonde de la société

La Fondation Nicolas Hulot a publié une analyse du Grenelle de l'environnement dans laquelle elle revient sur les avancées et les ratés du processus tout en appelant à aller plus loin pour enfin engager la société sur la voie de la durabilité.

Gouvernance  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
   
Grenelle de l'environnement, et après ? La FNH appelle à une mutation profonde de la société
   
Alors que le projet de loi Grenelle 2 attend d'être définitivement adopté en commission mixte paritaire au Parlement, la Fondation Nicolas Hulot a publié son analyse sur le processus du Grenelle et les engagements qui en écoulent. L'association reconnaît le caractère positif, innovant et la réussite du dispositif de ''gouvernance à cinq'' qui a conduit aux 268 engagements adoptés en octobre 2007 : ''Jamais auparavant, les questions environnementales n'avaient été aussi présentes, dans les discours et les actes aussi bien des politiques, des collectivités territoriales que des acteurs économiques et sociaux et des citoyens'', commente Cécile Ostria, Directrice générale d'FNH.

L'association regrette toutefois le rythme de réflexion imposé et ''l'urgence quasi permanente'' qui a prévalu pendant les travaux. L'association estime par ailleurs que les arbitrages réalisés par le gouvernement n'ont pas été expliqués et la concertation pas toujours respectée. ''Le dossier taxe carbone est en cela symbolique. Suite à la censure du Conseil Constitutionnel, les acteurs ont été appelés à réagir sur un livre blanc pour construire une réponse technique avant le 1er avril. La décision d'abandon de la taxe carbone annoncée par le gouvernement au lendemain des régionales a fait fi du processus de concertation en cours'', remarque FNH.

L'association reste toutefois convaincue de l'intérêt d'une gouvernance multiple et appelle à réformer les institutions et les procédures de décisions dans ce sens en débutant par le Conseil Economiques et Social devenu récemment le Conseil Economiques, social et environnementales (CESE). Pour l'instant le CESE n'en a que le nom puisque le projet de loi réformant sa composition n'est pas définitivement adopté.

Des avancées fragiles et insuffisantes

Sur le fond, le bilan reste mitigé. FNH se satisfait des engagements obtenus en matière de normes énergétiques sur le bâtiment, de soutien au développement des énergies renouvelables, de réduction de moitié de l'utilisation des pesticides d'ici 10 ans ou de trame verte et bleue. Selon elle, ces avancées ont remis à niveau la France par rapport à ces voisins européens, mais pour le reste les mesures restent insuffisantes : ''nous n'avons pas franchi le cap du passage d'une économie quantitative à une économie qualitative. L'exemple le plus évident est celui de la fiscalité écologique, avec l'abandon ou le report des mesures visant à taxer les pollutions et la surexploitation des ressources naturelles'', estime Cécile Ostria. Même regret pour le secteur agricole : ''s'il est proposé aux acteurs d'amorcer une mutation, certaines hésitations montrent un refus d'assumer le choix d'une autre agriculture, moins riche en intrants et plus riche en emplois''.

Un manque de cohérence évident

FNH constate surtout l'extrême fragilité des progrès accomplis au regard du scepticisme gagnant et de la résurgence des discours opposant compétitivité économique, emploi et préservation de l'environnement. ''Notre pays ne dispose pas encore d'une véritable vision intégrée de l'ensemble des politiques publiques structurée par les enjeux du développement durable'', estime FNH.
Un manque de cohérence et d'anticipation surtout visible en matière d'emploi et d'orientation économique. Il faut envisager les secteurs appelés à se transformer profondément voire à disparaître. Plus nous tarderons à organiser la décroissance des flux de matière et d'énergie, à accompagner la transition et la reconversion des secteurs intensifs en matière, plus les drames sociaux seront grands quand les ressources viendront à manquer, prévient l'association.
Pour l'instant, rien de tel ne semble se mettre en place. Pour preuve : la tenue simultanée en octobre 2009, des Etats généraux de l'industrie par le ministère de l'Economie et le lancement de groupes de travail sur les métiers de la croissance verte par le ministère de développement durable : ''ces processus se sont déroulés en même temps mais aucun lien n'a été fait entre les deux malgré les convergences évidentes ! N'y a-t-il pas là une énorme perte d'énergie, de temps et d'efficacité que ce soit pour les agents de l'Etat impliqués ou pour les acteurs mobilisés ?'', s'interroge FNH.

Pour l'association il est donc évident que le Grenelle ''n'est pas une fin en soi'' mais doit constituer ''une transition, une étape dans la construction d'une politique d'avenir''.

Réactions2 réactions à cet article

 
Mutation profonde de la société

Bonjour,

Je suis d'accord avec ce qui est dit dans l'article mais le changement de comportement a toujours été le point clef du développement durable. Il faut changer les modes de consommation et stopper la logique de "fin d'espèce" qui a pour conséquence les problèmes actuels. Les ressources vont décrescendo, et le grenelle ne s'attaque qu'aux problèmes les plus immédiats. C'est un premier pas vers, je l'espère vers "la construction d'une politique d'avenir" pour reprendre les termes de la FNH. Il est important de précéder ces mesures pour favoriser ce changement de mentalité et faciliter la transition.

QuelleEnergie.fr | 01 juin 2010 à 12h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Du grenelle il reste un beau discours...

Le Grenelle n'a aboutit sur rien d'ambitieux, il a juste permis de remettre à niveau la France par rapport à ces voisins européens, mais pour le reste les mesures restent insuffisantes !
Le seul intérêt pour moi est qu'il a permis de faire discuter ensemble et de créer de nouveaux liens entre associations, syndicats...

steph73 | 05 juin 2010 à 11h16
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager