Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Les annonces relatives aux passoires doivent mentionner «Logement à consommation énergétique excessive »

Bâtiment  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com

Depuis le 1er janvier 2022, en France métropolitaine, les annonces immobilières de mise en vente ou de location de logements classés en F ou G du diagnostic de performance énergétique (DPE) doivent porter l'indication « logement à consommation énergétique excessive ». Un arrêté, publié le 29 décembre au Journal officiel, précise cette nouvelle mention qui doit pointer les logements dits « passoires thermiques ».

Pour rappel, la loi Climat du 22 août 2021 définit respectivement les logements classés F et G comme « très peu performants » et « extrêmement peu performants ». Selon les critères du nouveau DPE, réformé en juillet 2021, les seuils des logements classés G sont fixés à plus de 420 kWh/m2/an de consommation énergétique primaire et plus de 100 kg CO2/m2/an d'émissions de carbone. Ceux classés F ont une consommation énergétique primaire de plus de 330 kWh/m²/an et plus de 70 kg CO2/m2/an d'émissions de carbone.

En métropole, la loi Climat prévoit de ne plus autoriser à la location, à partir de 2025, tous les logements classés G, considérés comme indécents, puis, à partir de 2028, ceux classés F.

Depuis le 1er janvier 2022, les annonces immobilières de logements (vente ou location), quelle que soit la classe énergétique, doivent aussi indiquer le montant des dépenses théoriques annuelles de l'ensemble des usages énergétiques.

Réactions3 réactions à cet article

 

Difficile d'améliorer une ferme de fin XVIIIème, mieux vaut la raser.
Pourtant c'est notre patrimoine.
Beaucoup chauffent au bois, avec des stères et des stères, ce qui n'arrange pas la santé. Mais le bois est local et bon marché.
Selon les cas, les travaux d'isolation sont jouables, mais ce n'est pas simple et l'amélioration est relative.
A la vérité, dans bien des demeures en campagne, la température en hiver est à 12°, les gens y sont habitués.
Ils font un petit feu ou utilisent un petit chaufage électrique pour se réchauffer le soir, et dorment bien emmitouflés la nuit, comme autrefois. Au réveil, c'est vivifiant.
Leur maison sera vendue en tant que "passoire" !

28plouki | 05 janvier 2022 à 19h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est bien çà le problème. Ici, en Alsace, au nom des passoires thermiques, on est en train de détruire des maisons et corps de ferme qui ont plus de 100 ans et dont l'épaisseur des murs n'a vraiment rien à envier à ceux des hideux cubes blancs sans toit qui les remplacent, et dont je doute d'une longévité aussi longue....

nimb | 06 janvier 2022 à 21h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Eh oui... Près de chez moi, Perche, mes voisins ont de superbes vieux bâtiments qui pourraient servir de base à des habitations, sans doute 18ème siècle. J'ai mal au coeur à l'idée de la destruction.
Pour ma part c'est fin 18ème en partie. L'installation électrique est témoin de l'histoire de l'électricité.L'isolation faite est assez onéreuse, mais l'isolation complète serait chère. En échange de quoi le coût en chauffage est important (propane).
Pour être clair, j'ai l'impression que les professionnels ne sont pas outillés pour proposer la réhabilitation de ces anciens bâtiments.
J'ai refait une grange dont les poutres ont au moins 300 ans, cela prend un peu plus de temps mais en utilisant des matériaux synthétiques genre mastics on peut bien isoler sans détruire. C'est juste une question de technique et de savoir-faire (écologique ?).

28plouki | 07 janvier 2022 à 10h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

AM 3000 : préleveur d'air / diagnostic fibres d'amiante et particules SDEC