En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Finistère : le permis de construire de 8 éoliennes annulé pour non-respect de la loi Littoral

Energie  |    |  Sophie Fabrégat Actu-Environnement.com

La Cour administrative d'appel de Nantes, dans un arrêt du 28 janvier 2011, a annulé le permis de construire de huit éoliennes sur le territoire de la commune de Plouvien au motif que celui-ci avait été délivré en méconnaissance des dispositions de la loi Littoral. Ce permis de construire avait été accordé par le préfet du Finistère en octobre 2004.

Considérant que Plouvien est une ''commune littorale'', le juge a indiqué que toute ''extension de l'urbanisation doit se réaliser soit en continuité avec les agglomérations et villages existants, soit en hameaux nouveaux intégrés à l'environnement", selon la loi littoral et précisé que ces huit éoliennes devaient ''être regardées comme une extension de l'urbanisation''. Or, celles-ci "ne se situent pas en continuité d'une agglomération ou d'un village existant''.

À la suite de cet arrêt, l'association requérante a annoncé son intention d'introduire une action en "trouble anormal de voisinage" pour solliciter le démontage des éoliennes.

Réactions15 réactions à cet article

 

Bravo aux associations qui défendent l'environnement. C'est difficile, face à des promoteurs de plus en plus virulents, mais essentiel pour la protection de notre pays.
Oui aux économies d'énergie, non à la spéculation sur du vent !

eole | 09 février 2011 à 08h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bravo à l'association Les Abers. Nos cotes, ainsi que l'ensemble du patrimoine paysager de la France doivent être protégés de l'implantation anarchique de ces "moulinettes" disgracieuses et coûteuses.

Tireman | 09 février 2011 à 09h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bravo à l'association Les Abers
Eole a tout à fait raison : OUI AUX ECONOMIES D'ENERGIE, NON A LA SPECULATION SUR DU VENT !

Alésia | 09 février 2011 à 14h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

encore des batons dans les pales des éoliennes! certaines associations feraient mieux de s'occuper de choses bien plus grave en matiére d'environnement.Le monde avance et la france stagne comme d'habitude.

lionel | 10 février 2011 à 09h26
 
Signaler un contenu inapproprié
 

De Lionel : "Le monde avance et la France stagne comme d'habitude."
La Chine, première puissance éolienne mondiale en 2010, mais aussi, La Chine premier émetteur mondial de CO2.
L'une ne va hélas pas sans l'autre...
La France, mauvais élève de l'Europe en éolien, mais aussi meilleur élève de la classe mondiale en rapport production d'énergie / émission de CO²... (Rapport canadien du 28 octobre 2010)
Une stagnation comme celle-ci, on en redemande!

Tireman | 10 février 2011 à 10h09
 
Signaler un contenu inapproprié
 

A Tireman : il manque beacoup d'éléments dans votre analyse, et je pense que vous le savez bien. 3 phrases pour faire le lien entre CO2, éolien et nucléaire est trop court.

guillaume | 10 février 2011 à 11h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 

À Guillaume.
J'ai déjà dans le passé publié sur ce site, de nombreuses analyses qui démontrent que l'éolien n'est que du vent !
Sachant que les éoliennes ne fonctionnent que 25% du temps du fait du caractère purement aléatoire de leur énergie motrice, elles ont impérativement besoin d'une énergie qui compense immédiatement leurs carences. L'hydraulique étant déjà utilisé à 100%, seules des centrales muent par le fuel, le gaz ou le charbon sont assez réactives, d'où le CO².
L'option choisie par la France du nucléaire lui permet d'avoir le meilleur rapport énergie/émission de CO², contrairement par exemple à l'Allemagne, qui sous la pression des khmers vert, ont choisis le tout éolien.
Un bref calcul axé sur la consommation en électricité de la France en 2008 m'avait permis de démontrer que si elle avait dut être assurée par les seules éoliennes, le territoire nationale en aurait été couvert à raison de 4 à 11 à l'hectare, selon la puissance des génératrices. Incluez à cela les centrales thermiques nécessaires pour pallier à leurs carences...
Les efforts devraient plutôt être axés sur le géothermique haute énergie, et surtout sur les économies d'énergie !
Jusqu'à preuve du contraire, les éoliennes sont surtout une excellente source de revenus pour leurs promoteurs.

Tireman | 10 février 2011 à 13h03
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Tireman "implantation anarchique de ces "moulinettes" disgracieuses et coûteuses"
lionel: "La France, mauvais élève de l'Europe en éolien, mais aussi meilleur élève de la classe mondiale en rapport production d'énergie / émission de CO²"
Ceci grace au nucleaire: production d'energie avec le plus faible taux d'emission de CO2.
OUI a plus de nucleaire
Ah ben non j'avais oublie j'en veux pas car c'est disgracieux aussi et en plus ca produit des dechets radioactifs!
Il est temps que les ecolo regarde les choses en grand.
il est vrai que les eoliennes sont peut etre un phemomene de mode mais il est temps de passer au renouvellable.
peut etre un future avec des turbines a marees?

Baz | 10 février 2011 à 13h39
 
Signaler un contenu inapproprié
 

A Baz, rendons à César ...
"La France, mauvais élève de l'Europe en éolien, mais aussi meilleur élève de la classe mondiale en rapport production d'énergie / émission de CO²", ce n'est pas de Lionel, mais de moi, enfin, d'un rapport canadien ! Rires !!!
Les turbines à marée ? Voulez-vous évoquer L’usine marémotrice de la Rance, ou bien les Hydroliennes ?
Certes, les hydroliennes, bénéficiant des avancées technique en fait de matériaux qui permettent de lutter contre la corrosion et l'effet "encroutant" de certains animaux marins, est une option très raisonnable.
- Plus petite que les éoliennes à puissance égale
- Les courants marins sont réguliers et prévisibles, et ont un potentiel important.
Pour en revenir au nucléaire, avec la régénération, le problème des déchets est en passe d'être résolu, de plus les futures centrales seront très probablement des centrales à fusion nucléaire, et non plus à fission. Double avantage, plus de déchets, et indépendance énergétique.
Il reste aussi la filière de la géothermie haute pression telle que la centrale de Soultz-la-forêt.
Baz ... Breton ? Beau pays !!!

Tireman | 10 février 2011 à 15h18
 
Signaler un contenu inapproprié
 

A Baz.
J’oubliais, et c’est incontournable, il faut impérativement revoir notre approche de l’énergie dans la manière de la consommer.
Cela sera de la responsabilité de ceux qui nous « gouvernent », mais aussi de notre responsabilité citoyenne. (Je parle ici de citoyens du monde !)
Rien ne nous appartient dans ce monde, nous sommes seulement de passage.

Tireman | 10 février 2011 à 15h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 

A Tireman:
Je suis tout a fait d'accord que la consommation d'energie est une responsabilite.
Je parlais en effet des hydroliennes (ou tidal stream turbine) qui pour un champ produisant la meme capacite que les eoliennes aurait une surface 80 fois plus petite (les ecolos auront surement aussi qlq ch a dire sur le derangement de l'ecosysteme marin par cette technologie).
Je ne suis pas breton et n'ai rien contre les eoliennes si ce n'est que je partage l'avis quelles sont couteuses par rapport a leur rendemment.
Cela dit, les amelioration techniques obtenues grace l'experience permettront surement de les rendre plus efficaces (meme chose pour les hydroliennes).
Je suis plutot d'un pays montagneux alors avoir quelque chose qui depasse de l'horizon comme une eolienne ca m'apaise...

Baz | 10 février 2011 à 16h44
 
Signaler un contenu inapproprié
 

A Baz,
J’habite aussi un pays de (petites) montagnes, l’Auvergne pour être précis. Jusqu’en février 2009, je n’avais aucune connaissance sur le sujet des éoliennes. Puis un jour, en me rendant sur le plateau du Cézallier, j’ai pris un coup de poing en pleine poire. Une soixantaine d’éoliennes, en groupe de 10 à trente mats avaient été plantés sur le plateau…
Un paysage qui était remarquablement beau, sauvage ... Un paysage maintenant bouleversé.
Bien des gentianes et autres plantes diverses ont été détruites ... Ce coin sauvage ne le sera plus ...
Pourquoi ?
A cause d’une arnaque, celui de l’écologie du fric et d’une soi-disant énergie renouvelable.
Ayant eu le très douteux "privilège" de voir "l'harmonie discutable" de ces modernes moulins à vent au beau milieu de quelques autres sanctuaires naturels, je suis devenu ce que Monsieur Benoît Praderie de "Planète éolienne", et les associations pro-éoliens appellent un "impérialiste paysager". Impérialiste paysager, j’en assume le terme avec fierté.

Tireman | 10 février 2011 à 18h30
 
Signaler un contenu inapproprié
 

A Tireman
Desole de faire partager aujourd'hui mon pessimisme, mais pour moi l'homme sur-exploite aujourd'hui la planete. Je suis evidement un amoureux de la nature a la recherche de coin sauvages mais la realite est la. Les coins sauvages sont voues a disparaitre que ce soit pour un champ d'eolienne, une route, une nouvelle remontee mecanique, le resultat est le meme. Le developpement est lie a la croissance de la population. Il est facile de se plaindre localement de la disparition d'une zone sauvage ou de la construction d'un site de traitement de dechets ou que sais-je, mais globalement le besoin est la.
Je ne suis pas convaincu que le moins/mieux consommer, meme s'il est totalement necessaire, suffise a stopper la creation de nouvelle production d'electricite ou de traitement des dechets

Baz | 11 février 2011 à 10h34
 
Signaler un contenu inapproprié
 

A Baz.
Dois-je entendre que vous êtes résigné à accepter le bétonnage de nos contrés ?
Vous écrivez : « Le développement est lie a la croissance de la population. ».
Curieusement, vous me remettez en mémoire cette déclaration que je me permets de vous soumettre :
« Notre société devient une société de consommation effrénée. C'est un cercle vicieux que je compare au cancer... Devrions-nous éliminer la souffrance, les maladies? L'idée est belle, mais peut-être pas profitable à long terme. Notre peur des maladies ne doit pas mettre en danger le futur de notre espèce. C'est une chose terrible à dire. Mais pour stabiliser la population mondiale, nous devons éliminer 350.000 personnes par jour. C'est une chose horrible à dire, mais ne rien dire l'est encore plus. » (Jacques-Yves Cousteau durant une interview publiée par le Courrier de l'Unesco, novembre 1991)
Cette déclaration qui peut paraître monstrueuse émane d'un des personnages préférés des français. Elle est le contrepoint sans fart de la Bible, qui a dit "croissez et multipliez".
Le commandant posait (maladroitement il est vrai) un véritable problème, celui de la surpopulation mondiale.
Cousteau soutenait que 300 millions de personnes vivant avec la consommation énergétique des États-Unis d'Amérique suffiraient à mettre sous peu la Terre à genoux...
Mais, qui donc est prêt à l’entendre ?

Tireman | 11 février 2011 à 16h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 

J'ai juste envie de vous dire d'arrêter de vous braquer contre le CO2. Il est indispensable à la vie sur terre. Par ailleurs le principal gaz à effet de serre autour de ce bon vieux globe est toujours la vapeur d'eau...

jajouille | 22 février 2011 à 10h57
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager