En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Risque inondation : le tribunal administratif annule le plan de prévention de La Faute-sur-Mer

Risques  |    |  Philippe Collet Actu-Environnement.com

Le tribunal administratif de Nantes a annulé jeudi 29 janvier le plan de prévention des risques d'inondation (PPRI) de La Faute-sur-Mer (Vendée), rapporte l'AFP.

Le tribunal administratif a prononcé "l'annulation totale du PPRI de La Faute", alors qu'"à l'audience publique, le rapporteur public avait conclu à l'annulation partielle du plan", a expliqué l'avocat des plaignants, maître Emmanuel Vital-Durand, évoquant un jugement "audacieux et objectif".

Les zones rouges pointées du doigt

Les PPRI de la Faute-sur-Mer et de l'Aiguillon, les deux communes les plus durement touchées par la tempête Xynthia en février 2010, avaient été adoptés mi 2012.

L'association pour la défense des propriétaires fautais (ADPF) avait saisi la justice administrative, contestant la délimitation des zones devenues inconstructibles à La Faute-sur-mer. Selon l'association, le zonage n'était pas pertinent, rendant inconstructible des terrains qui n'avaient pas été inondés en 2010 et maintenant en zone constructible des terrains submergés lors du passage de Xynthia. Selon l'avocat de l'ADPF, "l'élaboration du PPRI avait été précipitée, émotionnelle et le travail a été mal fait".

"Ce PPRI était très sévère. Il y avait des zones qui étaient passées du jour au lendemain en zone rouge, et donc ne valaient plus un centime, une catastrophe pour plein de gens", considère pour sa part le président de l'association à l'origine du recours, Serge Claveau, précisant "[ne pas être] contre les zones rouges, ni le PPRI".

Pour rappel, en décembre le tribunal correctionnel des Sables d'Olonne a condamné l'ancien maire de la station balnéaire, René Marratier, et son ex-adjointe à l'urbanisme, Françoise Babin, à respectivement quatre et deux ans de prison ferme pour homicides involontaires. Le procès en appel débutera le 16 novembre à Poitiers.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager