Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

L'Anses mobilisée sur de nouveaux perturbateurs endocriniens

Risques  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com

Le ministère de l'Ecologie confie à l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) l'expertise de quatre nouveaux perturbateurs endocriniens. Il s'agit de substances faisant l'objet d'une suspicion d'effet reprotoxique : l'homosalate utilisé comme filtre UV dans les produits cosmétiques et produits d'hygiène, le triclocarban, utilisé comme conservateur dans des détergents et des peintures, le tinsulphaten, utilisé en traitement de surface des métaux, et le dicyclopentadiene, utilisé très largement pour la fabrication de différentes substances chimiques.

Dans le cadre de la stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens l'Anses est chargée de mener des expertises sur 15 substances sur la période 2014-2016. Ces expertises sur les dangers des substances (perturbateurs endocriniens avérés, présumés ou suspectés) et de leurs risques potentiels (exposition de l'environnement, de la population générale ou de populations vulnérables) doit déboucher sur une analyse des meilleures options réglementaires de gestion des risques, soit via Reach (autorisation, restriction, évaluation de la substance) soit via une autre législation existante au niveau européen.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

XRF Vanta™ : analyseur pour l’étude de sol et la remédiation Olympus France