En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Les maires ne sont pas compétents pour réglementer les antennes relais

Coup de tonnerre dans le dossier sensible des antennes relais. Par trois décisions du 26 octobre 2011, le Conseil d'Etat juge que la réglementation de leur implantation relève des seules autorités de l'Etat et non du maire.

Risques  |    |  Laurent RadissonActu-Environnement.com

Le Conseil d'Etat a rendu, le 26 octobre, trois décisions portant sur la légalité des arrêtés des maires de Saint-Denis (93), Pennes-Mirabeau (13) et Bordeaux qui réglementaient l'implantation des antennes de téléphonie mobile sur le territoire de leur commune sur le fondement de leur compétence de police générale, au nom du principe de précaution.

Police spéciale relevant de l'Etat

 
Le contenu des arrêtés attaqués Le maire de Saint-Denis avait interdit, de manière temporaire dans l'attente d'une charte opérateurs/communauté de communes, l'installation d'antennes relais dans un rayon de 100 mètres autour des crèches, des établissements scolaires ou recevant des mineurs, et des résidences de personnes âgées. Le premier édile de Pennes-Mirabeau (13), quant à lui, avait interdit l'implantation des antennes dans un rayon de 300 mètres autour des habitations et établissements recevant du public (ERP) et soumis leur installation à une demande préalable à la commune.
La Ville de Bordeaux, enfin, avait décidé de soumettre tout projet d'implantation d'antenne à une procédure préalable, d'interdire toute implantation à moins de 100 mètres de lieux recevant régulièrement des enfants de moins de 12 ans ainsi que toute modification des réglages "aboutissant à une augmentation significative".
 
Pour la Haute juridiction administrative, "le maire ne saurait adopter, sur le territoire de sa commune, une réglementation relative à l'implantation des antennes relais de téléphonie mobile et destinée à protéger le public contre les effets des ondes émises par ces antennes, sans porter atteinte aux pouvoirs de police spéciale conférés aux autorités de l'Etat".

En bref, la réglementation de l'implantation des antennes relais relève d'une police administrative spéciale confiée à l'Etat et non de la police générale du maire. Le Conseil d'Etat juge en effet que le législateur a organisé de manière complète une police spéciale des communications électroniques à travers le Code des postes et des communications électroniques.

Par conséquent, seules les autorités de l'Etat, ministre chargé des communications électroniques, ARCEP et ANFR, ont la compétence pour déterminer les modalités d'implantations des stations radioélectriques sur l'ensemble du territoire ainsi que les mesures de protection du public contre les effets des ondes électromagnétiques. Pour cela, elles peuvent s'appuyer sur une expertise non disponible au niveau local, relève le Conseil d'Etat.

Le principe de précaution encadré

Par ces trois décisions, le Conseil d'Etat encadre aussi le principe de précaution consacré par l'article 5 de la Charte de l'environnement.

"S'il est applicable à toute autorité publique dans ses domaines d'attributions, il ne saurait avoir ni pour objet ni pour effet de permettre à une autorité publique d'excéder son champ de compétence et d'intervenir en dehors de ses domaines d'attributions", indique le Conseil.

Aussi, même dans l'hypothèse où les valeurs limites d'exposition du public aux champs électromagnétiques fixées par décret ne prendraient pas suffisamment en compte les exigences posées par ce principe, les maires ne seraient pas pour autant habilités à adopter leur propre réglementation.

Ces décisions du Conseil d'Etat ne portent toutefois que sur la question de l'autorité compétente pour édicter une réglementation générale des implantations d'antennes relais. Les maires conservent la possibilité de prendre des arrêtés individuels de police municipale, en cas d'urgence notamment, portant sur une antenne relais déterminée et au regard de circonstances locales exceptionnelles.

Pas de remise en cause du rôle des maires selon Eric Besson

Pour Eric Besson, ministre de l'Industrie, "cette décision ne réduit en aucun cas le rôle du maire, qui reste un acteur incontournable du déploiement des réseaux mobiles, dans le cadre d'un partenariat avec les opérateurs". Il rappelle à cette occasion que des expérimentations ont été organisées dans 28 villes pilotes afin d'identifier de nouvelles procédures de concertation pour accompagner les projets d'implantation d'antennes relais et d'évaluer la faisabilité d'un abaissement de l'exposition aux radiofréquences. "Ces travaux se poursuivent aujourd'hui au sein d'un comité technique, auquel participent des représentants des maires", ajoute le ministre.

"Au-delà de cette décision, les opérateurs souhaitent poursuivre le dialogue avec les élus et les citoyens", a déclaré à l'AFP Jean-Marie Danjou, directeur général délégué au collège mobile de la Fédération française des opérateurs (FFT).

Ces décisions vont intéresser également la Ville de Paris qui a annoncé le 17 octobre la suspension de toute nouvelle installation d'antennes relais sur les bâtiments lui appartenant après avoir rompu les négociations avec les opérateurs sur le renouvellement de la charte de téléphonie mobile signée en 2003. "Nous ne nous sentons pas concernés" par la décision du Conseil d'Etat, a toutefois déclaré Mao Péninou, adjoint (PS) chargé de la qualité des services publics municipaux, dans une déclaration à l'AFP. La FFT, de son côté, a fait part de sa volonté de poursuivre la négociation dans la capitale. "Nous sommes dans un esprit d'apaisement", a déclaré Jean-Marie Danjou.

Pour les associations, qui avaient appelé Paris à "tenir bon face à l'intransigeance des opérateurs", il ne s'agit pas d'une bonne nouvelle. Ces décisions pourraient venir conforter leur sentiment d'assister à un enterrement du Grenelle des ondes, sentiment manifesté à l'occasion de la publication, le 30 août dernier, des résultats des mesures d'exposition aux ondes électromagnétiques par le comité opérationnel "radiofréquences".

"Plus que jamais, c'est donc à l'Etat de prendre ses responsabilités et de mettre en place une réglementation nationale respectueuse de la santé publique des riverains d'antennes-relais", réagit l'association Priartem dans un communiqué où elle dénonce les intérêts et le pouvoir "des lobbys de la téléphonie mobile".

Réactions5 réactions à cet article

 

Pour la Haute juridiction administrative, "le maire ne saurait adopter, sur le territoire de sa commune, une réglementation relative à l'implantation des antennes relais de téléphonie mobile et destinée à protéger le public contre les effets des ondes émises par ces antennes, sans porter atteinte aux pouvoirs de police spéciale conférés aux autorités de l'Etat".
Par conséquent, seules les autorités de l'Etat, ministre chargé des communications électroniques, ARCEP et ANFR, ont la compétence pour déterminer les modalités d'implantations des stations radioélectriques sur l'ensemble du territoire ainsi que les mesures de protection du public contre les effets des ondes électromagnétiques. Pour cela, elles peuvent s'appuyer sur une expertise non disponible au niveau local, relève le Conseil d'Etat.
Hé oui.... comme cela les maires doivent s’appuyer sur des expertises non disponibles, en clair on nous prend pour des billes et on peut sans problème subir les effets des ondes et on a le droit de ne rien dire puisque les experts le disent et le démontrent sur leurs expertises non disponibles.

MARTINO | 28 octobre 2011 à 12h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 

le conseil d'etat se tire une balle dans le pieds puisque le rapporteur a dirigé un defi de la coupe de l'america financé par bouygues telecom il ya une dizaine d'année ..comme le signale le canard enchainé .

comme l'histoire nous l"a apprit il faut faire confiance aux seuls services de l'etat comme pour l'amiante , le sang contaminé ou les medicaments on n'a affaire qu"a des gens impartiaux et non liées aux parties en cause.

avant d'écrire cela le conseil d'etat devrait s'assurer que les organisme qu'il cite ne dissimulent aucun risque !!

batokisombre | 30 octobre 2011 à 12h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Enfin une bonne nouvelle dans ce monde de oufs (paranoïaques, hystériques, hallucinés...)

Laurent Berthod | 31 octobre 2011 à 11h24
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Assez curieusement, on ne dit rien dans cette procédure et dans les réactions qu'elle engendre, sur la possibilité de réguler l'implantation des antennes au titre de l'urbanisme (pouvoir du Maire et/ou, en secteurs protégés de l'Etat/ABF).
A coté de l'aspect sanitaire, même si la réalité d'un impact éventuel est encore l'objet de polémiques scientifiques ou de manque d'expertises, l’aspect esthétique/paysage urbain ou rural serait pourtant à traiter également avec sérieux.

ardoisy | 03 novembre 2011 à 14h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

quelles valeurs juridiques ont ces arrets du conseils d'etat puisque

1°) dissimulant des effets des ondes électromagnétiques les risques en découlant pour la santé la limite de 3V/m permettant de s'en proteger et les principale exigence de la loi du 12 ° de l'article L32 du code des postes et communications electroniques ( tromperie)

2°) attribuant faussement des pouvoir magiques de protection de tous risques connus aux limites protegeant du seul risque thermique (41 a 61V/m) du decret 2002-775 ce qui lui permet d'affirmer mensongèrement que les obligations de la loi seraient respectée par la simple verification de ces limites par l'ANFR
ceci est une mascarade puisque l'ICNIRP à l'origine de ces limites dément formelleement le conseil d'etat dans son guide en ecrivant qu'elle ne permettent pas de protéger des risques lié a la compatibilité électromagnetique qui font partie des principlales exigences de la loi que le conseil d'etat a aussi dissimulé par une extraordinaire coincidence .

Le conseil d'etat est completement manipulé a moins que sa volonté de tromper soit délibéré car ces actes se retrouvent dans les motivations de tous les arrets du conseil d'etat favorables aux operateurs.

usagedefo | 08 novembre 2011 à 16h37
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…