En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Antennes-relais : une nouvelle proposition de loi veut introduire le principe ALARA

Risques  |    |  Laurent Radisson  |  Actu-Environnement.com

Le député Jean-David Ciot (SRC – Bouches-du-Rhône) a déposé le 24 avril 2013 une nouvelle proposition de loi visant à réguler l'installation des antennes-relais de téléphonie mobile. Une autre proposition, émanant de députés de l'opposition et portant sur la même question, avait été déposée le 6 février dernier.

"Cette proposition de loi se propose (…) de renforcer le cadre juridique régissant l'installation des antennes-relais, sans pour autant affaiblir la dynamique de développement de la téléphonie mobile", explique le député dans l'exposé des motifs.

Il s'agit, en premier lieu, de réduire l'exposition des populations par la mise en place du principe ALARA, celui-là même qui a fait capoter le 31 janvier dernier la proposition de loi écologiste sur les ondes électromagnétiques. La mise en œuvre de ce principe doit tendre vers "les plus faibles volumes d'émission possibles, sans que cela n'altère la qualité de la couverture". En complément, des mesures spécifiques de protection seront prises en faveur des enfants de moins de 6 ans, précise le député.

Promouvoir une forme de gouvernance participative

La proposition vise également à renforcer l'information des populations sur la localisation des antennes-relais et sur les volumes d'émissions. "Il s'agit de promouvoir une forme de gouvernance participative, par la création de commissions d'information et de suivi ouvertes aux associations", prévoit l'exposé des motifs. Le député entend également donner aux maires ou aux présidents d'intercommunalité la possibilité de "surseoir à l'implantation d'un équipement". Le Conseil d'Etat avait jugé en octobre 2011 que les maires n'étaient pas compétents pour réglementer les antennes relais.

La proposition de loi prévoit enfin de "mutualiser les équipements pour protéger les populations des habitats collectifs". Du fait d'une implantation plus facile sur les habitations à loyer modéré (HLM), "les populations les plus démunies sont les plus exposées aux rayonnements électromagnétiques", explique en effet le député.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager