Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Cruiser : les Régions dénoncent l'autorisation accordée par le ministère de l'Agriculture

Agroécologie  |    |  Philippe Collet  |  Actu-Environnement.com

Mercredi 22 juin 2011, l'Association des Régions de France (ARF) a dénoncé l'autorisation de mise sur le marché (AMM) accordée par le ministère de l'Agriculture à un nouvel insecticide Cruiser de Syngenta, baptisé "OSR" et utilisé pour le traitement des semences de colza.

"Alors que le taux de mortalité des abeilles est estimé à 30% par an par le Centre national de développement apicole, le ministère de l'Agriculture […] vient de renouveler l'autorisation du Cruiser pour l'année 2011", déplore l'ARF qui juge que "cette décision expose la filière apicole et l'ensemble des pollinisateurs à un grand risque."

Grenelle et stratégie nationale de la biodiversité

Pour l'ARF, cette décision "va complètement à l'encontre de la stratégie nationale de la biodiversité (SNB)" et "le Gouvernement cède une fois de plus aux lobbies et ce en totale contradiction avec les engagements du Grenelle." Il s'agit là d'une "aberration", estiment l'association.

La semaine dernière, l'Union nationale de l'apiculture française (Unaf) révélait et dénonçait l'octroi par le ministère de l'Agriculture d'une AMM au nouvel insecticide de Syngenta baptisé "OSR". Le 16 février, le Conseil d'Etat avait annulé les AMM délivrées en 2008 et 2009 au Cruiser. Il doit statuer dans les prochains mois sur l'annulation de l'AMM du Cruiser 350 délivrée pour les années 2010 et 2011.

Réactions7 réactions à cet article

 

ÉCOEURANT !!!

albator | 24 juin 2011 à 10h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bravo les empoisonneurs c'est vous qui gouvernez j’espère que vos descendants crèveront avec les miens victimes de vos saloperies ..pour nous cela ne changera rien on est déja plus coté à l'argus
Vous pourrez jouer du pipeau avec vos grenelles mais laisser faire une telle dérive...PAUVRE FRANCE

FIRMIN DES MONTAGNES | 24 juin 2011 à 18h07
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est décourageant, mais il ne faut pas baisser les bras. Lentement, nous arrivons à convaincre quelques personnes de l'utilité de manger Bio. Le gouvernement ne peut, ou ne veut rien faire, pour contrer les empoisonneurs. Il faut convaincre les consommateurs (difficile), car la révolution peut se faire à partir de nos assiettes. Le Président de la République, qu'il soit de droite, de gauche ou du centre n'a "aucun poids" face auc consommateurs, et le Ministre de l'agriculture encore moins. Il faut que des personnes faisant partie d'associations pour le Bio aillent dans les écoles, éduquer, expliquer, convaincre... d'abord les enfants des bienfaits d'une alimentation Bio. (leur parler des abeilles qui perdent le sens de l'orientation ou qui meurent lentement sous les pesticides, des oiseaux qui s'empoisonnent avec les mollucicides, les poissons des rivières qui n'arrivent plus à respirer à cause de la pollution de l'eau, tombent malades et meurent, les beaux papillons s'éteignent, les vers de terre, les fourmis..... tout disparait avec les épandages par voies terrestres, aériennes..etc...).Les enfants convaincront certains parents d'abandonner une nourriture qui nuit à la santé de tous.

bienvivrebio | 25 juin 2011 à 15h06
 
Signaler un contenu inapproprié
 

les hommes ne se sont jamais autant protégés, les hommes n'ont jamais autant protégé leur animaux; les vétos font fortune à soigner les chiens, les chats et bientot les rats ??? On marche sur la tête...Il est donc bien normal de soigner les plantes. L'Ecophyto 2018 doit nous conduire à réduire de 50% nos usages de pesticides; bravo mais à conditions de développer la lutte intégrée et raisonnée. Nous devons soigner les plantes pour qu'elles produisent c'est nécessaire et indispensable mais nous devons accompagner et imposer aux producteurs davantage d'observations. les traitements systématiques doivent être réduits à des situations particulieres...Nous devons éviter LA FACILITE ET LE CLE EN MAIN ...Je ne suis pas certains que toutes les surfaces de colza subissent des attaques de parasites au delà des seuils de nuisibilité si nous respectons certaines régles culturales et de rotation...Ce n'est pas parce que le prix du colza est élevé que nous devons déboucher sur la presque "monoculture" du colza...

BERTRAND | 25 juin 2011 à 19h22
 
Signaler un contenu inapproprié
 

moi non plus je ne suis plus cotée à l'Argus, a-t-on pensé une seule fois aux abeilles dont dépend une grande partie de notre production, fera-t-on comme les chinois obligés de fertiliser à la main !!!. Elus décideurs penchez-vous sur le phénomène de guttation et vous comprendez le danger des semences enrobées de Cruizer et voyez les dégâts des OGM (phénomène de résistance des "mauvaises" herbes et une couche de Mosanto, pour faire bonne mesure)
Les Régions seront-elles assez puissantes pour résister au lobby de la FNSEA qui ne pense qu'à ça....introduire des OGM en France
CONSOMMATEURS c'est vous qui avez le pouvoir de ne pas accepter la malbouffe !

Nicole | 25 juin 2011 à 19h50
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Consommateur, consommatrice !!! A toi d'agir !!! Citoyen !! Citoyenne !!! aux armes !!

Caroline | 27 juin 2011 à 09h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

J'habite dans les Yvelines, dans une zone rurale, à 40km de Paris. Mon jardin accueillait les autres années les abeilles de passage. Cela fait plusieurs semaines que je n'en ai pas vu une seule ! Quelques pauvres petits bourdons, sans doute plus résistants que les abeilles viennent butiner les fleurs et les lavandes. Je suis triste et inquiet.
Etudiant, j'ai pratiqué de l'autofécondation de plantes pour la recherche agronomique, pistil sur étamines, une par une. Je peux vous assurer que c'est un travail de romain (ou de chinois)

tetris | 08 juillet 2011 à 13h59
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Qualification OPQIBI : étude de la biodiversité et des écosystèmes OPQIBI