En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Centrales solaires au sol et ombrières : 107 nouveaux projets lauréats

Cent sept projets de centrales solaires au sol et d'ombières de parking photovoltaïques ont été sélectionnés par le ministère de la Transition écologique. Répartis sur tout le territoire, les projets représentent un volume total de 858 MWc.

Energie  |    |  Rachida Boughriet Actu-Environnement.com

Ce lundi 5 août, la ministre de la Transition écologique Elisabeth Borne a désigné 107 nouveaux projets lauréats dans le cadre de l'appel d'offres pour les centrales solaires au sol photovoltaïques. Les projets retenus représentent une capacité totale de 858 mégawatts crête (MWc). Il s'agit de la sixième période de cet appel d'offres, lancé en 2016, visant au total 3.000 MW de centrales solaires au sol d'ici fin 2019.

Les 107 nouveaux projets (centrales au sol et ombrières de parking) "sont équivalents à près de 10 % de la capacité de production installée aujourd'hui de solaire photovoltaïque", a souligné Elisabeth Borne dans un communiqué.

Un prix moyen de 64 €/MWh

Ces lauréats disposeront d'un prix garanti de l'électricité de 64 euros par mégawattheure (€/MWh) en moyenne. Soit une hausse d'environ 2 % par rapport à la période précédente. Ce prix moyen est différent selon la famille de projets. Pour les grandes centrales de plus de 5 MWc, il est de 59,5 €/MWh. Il atteint 67,5 €/MWh pour les installations de puissance comprise entre 500 kWc et 5 MWc, et 88,3 €/MWh pour les installations sur ombrières de parking.

Parmi les lauréats, 58 % des projets se sont engagés à impliquer des citoyens et des collectivités en recourant à l'investissement ou au financement participatif. "Ces projets verront leur prime majorée", a indiqué le ministère.

Les projets retenus sont répartis "sur l'ensemble du territoire aussi bien au nord qu'au sud du pays", a ajouté le ministère. 44 % des projets sont situées en dehors des quatre régions du sud de la France. En outre, l'installation sur des terrains dégradés (par exemple une friche industrielle, une ancienne carrière ou un ancien aérodrome) "a pu bénéficier de bonus".

Réactions1 réaction à cet article

 

On va dans le bon sens si ces centrales au sol n'impactent aucune terre arable, ce qui n'est pas précisé. Tous les parkings devraient être couverts, de même que les bâtiments industriels et pourquoi pas les bords d'autoroutes ? Il serait temps aussi d'imposer à toute nouvelle construction l'installation de panneaux photovoltaïques. Vu que pour ces nouvelles construction on commence par couper les arbres, ça ne devrait pas poser de problème et permettrait d'alimenter les climatiseurs. En somme, bon point mais peut encore beaucoup mieux faire.

la souris verte | 09 août 2019 à 11h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager