Robots
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Eolien : FEE appelle à une refonte du marché de l'énergie

Energie  |    |  Philippe Collet  |  Actu-Environnement.com

Alors que mercredi 9 avril la Commission européenne a annoncé la fin progressive des tarifs d'achat pour les projets éoliens d'une puissance supérieure à 3 mégawatts (MW), France Energie Eolienne (FEE) réclame "une refonte générale des règles du marché de l'énergie". Si FEE ne précise pas les modalités concrètes de cette refonte générale, il souligne que le marché électrique "a été conçu pour équilibrer de façon instantanée l'offre et la demande électriques pour des énergies fossiles, mais il est mal adapté à l'éolien, au solaire ou au nucléaire".

Le syndicat professionnel de l'industrie éolienne estime que les nouvelles lignes directrices relatives à la protection de l'environnement et à l'énergie, qui visent à intégrer les énergies renouvelables au marché, "risquent dès maintenant de déstabiliser les investisseurs susceptibles de s'engager - ou pas - sur l'éolien, alors que l'on constate un rebond du secteur". Par ailleurs, l'abandon du tarif d'achat français entraînera, estime FEE, "une hausse des coûts et une réduction du volume des énergies renouvelables".

Les appels d'offres inadaptés au contexte français

Par ailleurs, FEE s'oppose au recours systématique aux appels d'offres à partir de 2017, comme prévu par les lignes directrices européennes. Or, "la Commission européenne a accepté de laisser aux pays membres le choix du calendrier des réformes", explique le syndicat qui juge que "les nouvelles dispositions de la Commission européenne ne semblent pas adaptées au marché : le pays présente en effet un faible taux de pénétration d'éolien et de solaire, et le marché de l'énergie y est concentré et peu liquide". Et de rappeler que "l'appel d'offres éolien Eole 2005 fut un échec".

Réactions3 réactions à cet article

 

« ...il souligne que le marché électrique "a été conçu pour équilibrer de façon instantanée l'offre et la demande électriques pour des énergies fossiles, mais il est mal adapté à l'éolien, au solaire ou au nucléaire" » ?

De qui ces gens se moquent-ils ?

Wackes Seppi | 10 avril 2014 à 23h33
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Bonjour à tous. Cet article m'interpelle sur un point. Vous citez.
Le marché électrique "a été conçu pour équilibrer de façon instantanée l'offre et la demande électrique pour des énergies fossiles, mais il est mal adapté à l'éolien, au solaire ou au nucléaire".
Je ne partage pas cet avis, peut-être ai-je tors. Mon avis est qu'arrêter une éolienne ne coûte rient pas . l'énergie verte ne coûte rient à stopper, mais une centrale nucléaire non au contraire. Regardé les éoliennes. Il y a du vent et elles ne tournent pas toutes pourquoi? Était donné que l'injection du courant sur les lignes Edf par le nucléaire coûte aussi cher à produire qu'à stopper, il est facile de comprendre que les financiers ne soient pas de cet avis. Tout est histoire de bénéfice

patogaz | 12 avril 2014 à 13h51
 
Signaler un contenu inapproprié
 

M./Mme Patogaz a écrit le samedi 12 avril 2014 à 13h51 :

« ...Tout est histoire de bénéfice »

Ben oui ! Et c'est encore heureux pour les consommateurs et contribuables.

S'il est économiquement plus avantageux d'arrêter une éolienne que d'arrêter une centrale nucléaire – en fait, la ralentir, l'éolienne étant plus que marginale dans la production d'électricité – c'est que, forcément, arrêter l'éolienne se répercute favorablement sur le prix payé par l'utilisateur. Il n'y a pas, là, que le seul intérêt du financier...

France Energie Eolienne (FEE) prétend que « le marché électrique "a été conçu pour équilibrer de façon instantanée l'offre et la demande électriques pour des énergies fossiles, mais il est mal adapté à l'éolien, au solaire ou au nucléaire". » La réalité est que le marché électrique a été conçu pour équilibrer l'offre et la demande d'électricité – de quelque origine qu'elle soit.

Wackes Seppi | 14 avril 2014 à 16h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager