En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

L'appropriation des objectifs de développement durable progresse doucement mais sûrement

Les ODD constituent une nouvelle grille de lecture pour l'action de l'Etat, des collectivités et des entreprises. Certains acteurs s'y mettent. La France veut en faire un outil d'aide à la décision comme elle va le démontrer au forum onusien de New York.

Gouvernance  |    |  Florence RousselActu-Environnement.com
L'appropriation des objectifs de développement durable progresse doucement mais sûrement

Ce mardi 17 juillet, la secrétaire d'Etat Brune Poirson présente un point d'avancement des travaux français en matière d'ODD au Forum politique de haut niveau à New York. Cette année, 6 des 17 ODD sont à l'honneur dont cinq à résonance environnementale : gestion durable de l'eau, énergie propre à un coût abordable, villes durables, consommation et production responsable, et biodiversité. "On ne pouvait pas venir les mains vides", explique Laurence Monnoyer-smith, déléguée interministérielle au développement durable. Si cette fois, la France n'est pas soumise à l'exercice de la revue nationale, elle a voulu quand même présenter un bilan "pour montrer que la France s'est emparée politiquement du sujet". Surtout que le Gouvernement est en train de préparer sa stratégie nationale. Emmanuel Macron viendra la présenter au forum l'année prochaine.

98 indicateurs pour avancer

Ces objectifs de développement durable ont été adoptés en septembre 2015 par 193 pays. Ils prennent la relève des objectifs du millénaire pour le développement (OMD) et doivent être atteints d'ici 2030. Cet agenda 2030 doit permettre d'orienter les politiques publiques et de prioriser l'action des Etats.

Pour suivre l'avancement, les statisticiens de l'ONU ont mis au point 282 indicateurs dont les pays peuvent s'inspirer. En France, l'Insee en a retenu 66, adaptés au niveau de vie du pays, et en a créé 32 spécifiques. Trois ans après l'adoption des ODD, la France constate qu'un tiers de ces indicateurs sont déjà renseignés, un tiers sont à compléter mais pour le tiers restant, tout est à faire, comme par exemple en matière sanitaire.

La France est en retard sur l'eau et la biodiversité

Même si ces indicateurs, qui font office de thermomètre, ne sont pas encore tous prêts, ce bilan intermédiaire donne déjà une idée des progrès qu'il reste à faire sur les cinq ODD "environnementaux" étudiés cette année. "En matière de gestion durable de l'eau, on a un enjeu sur les territoires ultramarins, et aussi envers les populations vulnérables", constate Laurence Monnoyer-smith. Si la France a atteint en grande partie les standards de la gestion de l'eau, 650.000 personnes ne sont toujours pas raccordées au réseau d'eau potable.

En matière de biodiversité, la France a une approche différente de l'ONU. Elle promeut la multifonctionnalité de ses espaces non artificialisés où il faut concilier fonctions économique, environnementale et sociale. Compte tenu de ce décalage, la trajectoire de la France est fragile sur certains points. "La superficie des aires protégées augmente mais des points faibles rendent la situation critique. Les milieux naturels sont sous pression. Les espèces exotiques envahissantes menacent. En métropole, les trois quarts des habitats d'intérêt communautaire sont en état défavorable. Prairies, zones humides, milieux littoraux sont les plus touchés. Une espèce sur cinq est menacée en métropole", peut-on lire dans le rapport.

L'appropriation sur le terrain reste limitée

Ce retard, la France veut le combler grâce à sa stratégie ODD attendue pour 2019. Cette dernière constituera un "message politique" en fixant les priorités de l'Etat. La lutte contre le changement climatique y figurera au même titre que l'éducation par exemple. L'Etat y voit une manière de mobiliser les acteurs non étatiques.

Dans son rapport 2018 dédié à l'appropriation des acteurs, le Comité 21 estime que "petit à petit les ODD vont infuser au sein des organisations pour généraliser l'Agenda 2030 comme le nouveau cadre pertinent pour repenser et mettre en œuvre les politiques développement durable des organisations. Mais, nous n'y sommes pas encore !", prévient le coordonateur du bilan.

Côté entreprises, le Comité 21 constate "l'amorce d'une intégration naissante", à l'image du Groupe La Poste qui a revisité son analyse de matérialité au prisme des ODD, ou encore le groupe Rémy Cointreau qui fait des ODD une des variables de la rémunération de ses dirigeants. "Les ODD sont un outil de conduite des politiques publiques qui parle au niveau mondial, c'est un grand avantage, explique Laurence Monnoyer-smith. Certaines entreprises l'ont bien compris. C'est un langage commun". Mais cela reste encore très largement cantonné aux plus grandes entreprises. Les PME/PMI restant encore imperméables à ces ODD.

Côté collectivités, le Comité 21 regrette un faible investissement des réseaux d'élus sur la question. "Trois ans après la réforme territoriale, l'utilisation de cette feuille de route universelle reste faible en dehors de quelques politiques de coopérations décentralisées", commente-t-il. A l'instar des entreprises, quelques collectivités pilotes défrichent la territorialisation des ODD. Le Conseil départemental de la Gironde a été la première, et d'autres comme les villes de Mérignac, Besançon, le Conseil départemental du Var ou le Conseil régional de Nouvelle Aquitaine s'appuient sur l'Agenda 2030 pour réaliser leur rapport annuel développement durable. La ville de Niort souhaite par ailleurs aller plus loin et faire de l'agenda 2030 le fil conducteur de ses politiques publiques.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question au journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…