Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

RE 2020 : Barbara Pompili ne reviendra pas sur l'exclusion du gaz

Bâtiment  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com
RE 2020 :  Barbara Pompili ne reviendra pas sur l'exclusion du gaz

Ce vendredi 22 janvier, la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili a présenté lors d'une conférence de presse ses priorités pour 2021. La ministre a été questionnée sur les derniers arbitrages rendus en novembre dernier concernant la place du gaz dans la prochaine réglementation environnementale (RE 2020) des bâtiments neufs. La RE 2020 doit s'appliquer à l'été 2021 mais des voix s'élèvent notamment de la filière construction qui demande son report à mars 2022.

Et parmi les griefs figure l'exclusion des solutions de gaz des maisons individuelles neuves dès juillet 2021 et à partir de 2024 dans les logements collectifs neufs. Les annonces qui ont été faites sur la RE 2020 « seront suivies d'effets et sur lesquelles on ne reviendra pas », a confirmé Barbara Pompili. « On a fait le choix de ne pas favoriser le gaz comme cela a été le cas pendant longtemps parce que le gaz est une énergie qui émet des gaz à effet de serre », a-t-elle expliqué.

Toutefois, la ministre n'exclut pas « des ajustements pour faciliter ou enlever quelques obstacles qui nous seraient remontés par le biais des consultations en cours actuellement. (..) Mais sur ce point, nous sommes très clairs et nous garderons la ligne qui a été annoncée ».

Le décret sur la cinquième période des CEE publié ce premier trimestre

Par ailleurs, Barbara Pompili a précisé la publication du décret fixant la cinquième période des certificats d'économies d'énergie (CEE) « dans les semaines qui viennent ». La Direction générale de l'énergie et du climat (DGEC) avait concerté les parties prenantes (fournisseurs d'énergie, délégataires, etc.), de juillet à septembre 2020, pour définir les modalités de cette prochaine période et le niveau de la future obligation prévue du 1er janvier 2022 au 31 décembre 2025. « Les derniers arbitrages sont en train de se faire », a indiqué la ministre et le décret pourrait être publié ce premier trimestre 2021.

Réactions15 réactions à cet article

 

Supprimer le gaz dans le chauffage des bâtiments suppose que la seule solution pour les chauffer est la "Pompe à chaleur" ! Or il se trouve qu'elle fonctionne à l'électricité, et que Madame Pompili veut supprimer 50% des centrales nucléaires, alors comment cela pourra-t-il se faire? Nous sommes dans une utopie inconsidérée et irresponsable!

Mike | 25 janvier 2021 à 10h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Il y a d'autres solutions que la pompe à chaleur, même si celle-ci est à utiliser tant que c'est possible. Le bilan carbone entre le gaz et la pompe à chaleur est en faveur de la seconde solution malgré la consommation d'électricité. Il faut à chaque fois faire le bilan global au lieu d'opposer par blocs les solutions. Indépendamment du fait que EDF-Dalkia y bénéficie d'un monopole qui tient en otage les usagers, la biomasse par exemple chauffe la quasi-totalité des immeubles de Tours à partir d'une seule installation. Ajoutons-y la géothermie là où c'est possible, l'utilisation intelligente des chauffe-eau/chauffages solaires, etc., il y a toujours une solution adaptée. Ne soyons pas mono-maniaques et ne jetons pas à chaque fois le bébé avec l'eau du bain.

petite bête | 25 janvier 2021 à 10h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le sabordage sans apporter de solution viable est la spécialité des environnementalistes a n'importe quel prix.
Tout miser sur l’électricité avec la voiture électrique et les pompes a chaleurs dont la plupart sont des arnaques (échangeur air dans les régions ou il fait - 10) est une folie d'autant que la France ne maîtrise plus la filière nucléaire.
Après Hulot, Pompili était le pire que nous puissions avoir.

ouragan | 25 janvier 2021 à 10h55
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Exact M. Mike. Sachant que l'on n'a pas de centrales nucléaires nouvelles( perte de savoir faire !! ) pour augmenter de façon significative,en GW donc, la puissance électrique "installée et pilotable", et qu'il faut se séparer de quelques vieux réacteurs nucléaires, et des dernières centrales à charbon et qu'en même temps l'arrivée de la 5G, et des voitures électriques Vont augmenter les demandes d'énergie électrique, on se demande comment on va éviter le black out ces prochaines années. art. des prévisions alarmistes de France stratégie 2030 (ou avant) ! Le déficit en GW sera croissant. Mme Pompili se rend t elle compte que l'on devra importer de l'électricité d'Allemagne (3 fois plus chère) dont origine est charbon(lignite). Pollutions importées !! On est passé des années " trop de réacteurs nucléaires " avec installations de radiateurs élec. dans les maisons neuves, immeubles, puis les particuliers ont "rectifié" pour installer chauffage au fioul, ou mieux le chauffage gaz qui est le moins émetteur de polluants . A ce jour les réseaux chaleur trouvent plus avantageux d'utiliser le gaz que le bois .. Reste 9 jours d'enquête publique sur projet centrale Cordemais écocombust : projet avec combustible [ 80% pellets ( à partir déchets bois ) à 80 % + 20% charbon ] "innovant et écologique" qui donnent rendement 33 % -36 éléments rédhibitoires- avec les fumées polluantes du bois en plus... car EPR Flamanville pas prêt avant 2024, 2026 ?

J Cl M 44 | 25 janvier 2021 à 11h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Encore une lourde erreur de stratégie, le gaz et l'énergie qui émet le moins de particules qui pollue le moins dans ces rejets et son acheminement et surtout qui a le meilleur rendement
De plus avec la méthanisation des déchets verts et autres effluents, permettrait de produire sur place

scalectric4 | 25 janvier 2021 à 11h48
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ben la solution pompe à chaleur semble sympatique, fournir 2,5 kw de chaleur alors que le moteur consomme 800 watts, c'est pas mal, de plus une régulation réellement bien faite.
Des machines individuelles tellement vendues par millions qu'elles sont fiables et peu chères ~250/350€.
Mais c'est oublier que les pompes à chaleur sont réversibles et serviront de climatiseurs, portes et fenêtres ouvertes tant qu'à faire et le bénéfice écologique s'évaporera.
Il serait plus utile de récupérer toute énergie s'évacuant du bâtiment, vmc, égouts, et de se servir de forages si possible.
Donc des pompes à chaleur hors de prix, eau/eau centralisées d'un entretien rédhibitoire mais pour la bonne cause.

pemmore | 25 janvier 2021 à 11h52
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Mesure parfaitement débile et dénuée de tout fondement économique, climatique et sociétal.
Il est impossible de se passer de gaz naturel pour le chauffage des logements individuels comme collectifs.
Mme Pompili ne vit pas sur la même planète que nous, comme nombre de militants écolos.
Une solution serait de décarboner complètement le réseau de gaz naturel mais comment ? Si Mme Pompili a la "solution", qu'elle nous la donne (YAKA n'est pas une solution).
Courage aux gens qui produisent et à ceux qui galèrent pour se chauffer.

Albatros | 25 janvier 2021 à 12h31
 
Signaler un contenu inapproprié
 

@Mike avec des énergies renouvelables électriques bien sûr ! mais les parcs éoliens plus personne en veut sur son territoire (à chaque nouveau projet un collectif se monte et le projet est abandonné) et les fermes photovoltaïques, ça éblouit, dénature le paysage et consomme du foncier donc là aussi les collectifs montent au créneau. Bref, stop au nucléaire, stop au charbon, stop à l'éolien, stop au photovoltaïque, stop au gaz, ah oui il reste le bois !

Lili64 | 25 janvier 2021 à 12h35
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Entre incompétence et paradoxe , je ne sais plus que penser de ces fonctionnaires que l'on rémunère pour sortir autant de conneries à la minute! En effet la France développe le biogaz et le gaz de synthèse produit avec de la biomasse. C'est une excellente diversification et une substitution au méthane d'origine fossile, sachant que ce gaz produit en France sera acheminé par les structures existantes de distribution ( réseau de transport et de distribution)Le gaz ainsi produit serait un complément et un possible délestage pour la production de pointe et l'ultra pointe d'électricité quand les ENR feront la sieste et que "la bonne, la femme de maison) de madame Pompili repassera ses vêtements. Elle ferait mieux de supprimer ( et ou de diminuer) le chauffage électrique qui représente autant de consommation que tout le chauffage électrique des autre pays de l'Europe! Et en période de froid on importe de l'électricité fabriqué au charbon "achetée plein capot" pour satisfaire à une erreur stratégique que l'on admet pas! Cette dame doit avoir beaucoup de diplômes mais pas beaucoup de bon sens ni d'intelligence, à moins qu'elle ne soit rémunérée indirectement par les entreprises qui ont intérêt
au développement de l'électrique!

Gaby | 25 janvier 2021 à 13h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Cette brave dame a peut être peur que avec le gaz on reparle de cogénération et que si on généralise la cogénération, on ne contrôlera plus grand-chose.
On peut pas vendre le gaz à des prix délirants, les réserves mondiales sont quasiment illimitées, les taxes sur l'électricité sont invraisemblables, jusqu'à mettre de la tva sur les taxes, et la un simple moteur à air chaud dit stirling qui profite des pertes pour vous fournir 2 kw d'électricité qui ne doivent rien à personne.
Si tout le monde devient indépendant en mixant les ressources, mini éolien, solaire, qui payera la destruction des centrales atomiques?, et le financement des EPR!
Le projet de mme pompili est parfaitement structuré vers un encore plus grand contrôle de la population.

pemmore | 25 janvier 2021 à 21h46
 
Signaler un contenu inapproprié
 

à propos du repassage des vêtements et autres textiles il y a bien longtemps que j ai supprimé cette activité chronophage et inutile . ne pourrait on promouvoir une mode du "froissé"? je ne sais quel serait l'impact de cette décision

MNM | 26 janvier 2021 à 10h32
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le repassage, activité inutile, chronophage, énergivore... et très chiante. Lavage à outrance, cuisinage à outrance, nettoyage à outrance, etc.
On pourrait s'attaquer au syndrome de la ménagère maniaque, crée de toute pièce par cette société, on ferait des économies d'énergie, en plus de libérer certaines ou certains de leur aliénation mentale.

Bidule | 30 janvier 2021 à 08h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 

oui mais le gouvernement et ses sbires ne parlent que de services et font la promotion des femmes de ménage et de lessive et de repassage ... et par dessus le marché les salaires perçu sont en grande partie déductible des impôts !!! un scandale sauf pour les personnes handicapées et ou la vieillesse avec son délabrement.

Gaby | 01 février 2021 à 21h41
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Le sujet, c'était bien l'exclusion du gaz, dont la provenance est d'origine essentiellement fossile, dans les logements neufs ? Et maintenant n en est au repassage, en attendant un autre raton laveur. On me dira que tout est dans tout, soit. Et surtout le n'importe quoi avec plein de points d'exclamation pour faire plus véritable.

petite bête | 02 février 2021 à 10h40
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Ah, j'oubliais : il y a aussi les flatulences des bovins. Un de ces jours on va nous dire qu'il vaut mieux les enfermer, genre "ferme des mille vaches" pour pouvoir récupérer les gaz, alors qu'en plein air ils pollueraient. Il y en a qui ne manquent pas d'air...

petite bête | 02 février 2021 à 15h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Reef Premium, référentiel technique et réglementaire du bâtiment en ligne CSTB