En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Arctique : l'Europe doit prendre ses responsabilités

Tiraillée entre des possibilités économiques grandioses et des risques environnementaux démesurés, l'Union européenne doit adopter une position claire sur l'Arctique.

Biodiversité  |    |  Cyrielle Chazal Actu-Environnement.com

La "légitimité géographique" de l'Union européenne sur l'Arctique ne fait pas de doute, explique le sénateur écologiste André Gattolin (Hauts-de-Seine) lors de la présentation de son rapport "Arctique : préoccupations européennes pour un enjeu global", jeudi 10 juillet. En effet, le Danemark (Groenland), la Finlande et la Suède, membres de l'Union européenne, sont traversés par le cercle polaire (66° nord) et appartiennent ainsi à ce que l'on nomme la "région arctique". C'est aussi le cas de la Norvège et de l'Islande, membres de l'Espace économique européen (EEE).

L'Union européenne doit réparer les erreurs du passé

Dans ses conclusions du 12 mai, le Conseil de l'Union européenne a demandé à la Commission de lui soumettre, avant la fin 2015, "des propositions sur la poursuite du développement d'une politique intégrée et cohérente pour la région arctique", relaye le rapport sénatorial. L'objectif est de passer d'une approche européenne "embryonnaire" à une véritable politique "intégrée", explique André Gattolin.

Mais l'Union doit "réparer les erreurs du passé", avertit le rapport. Le député incite ainsi à "surmonter le traumatisme causé par l'interdiction du commerce des produits du phoque", décidée par l'Union européenne en 2009. En interdisant les produits dérivés du phoque sur son territoire, "pour des raisons éthiques liées au bien-être de l'animal", l'Union "a contribué à considérablement réduire l'activité de la chasse et les ressources des populations autochtones". Or, au Canada, 600.000 personnes (locaux et inuites) dépendent de la chasse au phoque, explique l'étude.

En outre, la résolution du 9 octobre 2008 du Parlement "a considérablement dégradé l'image (…) de l'Union elle-même auprès des Etats et des populations de l'Arctique", ajoute le document sénatorial. Cette résolution visait à sanctuariser l'Arctique, à la manière de l'Antarctique qui a le statut de "réserve naturelle consacrée à la paix et à la science". En effet, "à la différence de l'Antarctique, l'Arctique n'est pas un continent sans habitants, mais un océan entouré de continents et peuplé de quatre millions d'habitants", clarifie le rapport.

Une politique intégrée, mais laquelle ?

André Gattolin pointe les "dangers de l'exploitation en mer et le risque de marée noire". Mais quelle sera la politique européenne "intégrée" et "cohérente" sur l'exploitation d'hydrocarbures en Arctique ?

Le sénateur évoque les "coûts d'exploitation off-shore bien trop élevés" et donc dissuasifs, ainsi que les sociétés pétrolières "conscientes" du risque pour l'environnement et, par conséquent, pour leur image. "Du pétrole sur le Groenland, ce serait un désastre. Une fuite causerait trop de dommages à l'image à la compagnie", avait déclaré le président de Total, dont les propos sont cités en exemple du "recul provisoire" des sociétés pétrolières en Arctique. De toute évidence, ces garanties n'en sont pas. En témoignent les projets de forage du pétrolier Shell en Arctique, dénoncés par une campagne de Greenpeace.

Pourtant, la question est cruciale. "Aujourd'hui, pour beaucoup d'experts, il serait tout à fait impossible de lutter contre une marée noire en milieu polaire", alerte le rapport. Or, une marée noire est statistiquement inévitable. En effet, selon l'agence américaine Minerals Management Service, "les blocs de concessions situés dans l'océan Arctique ou à proximité de l'Alaska ont une chance sur cinq d'être à l'origine d'une marée noire au cours de leur durée d'exploitation", précise l'étude.

Ainsi, ces possibilités économiques doivent faire l'objet d'une position claire de la France, qui prépare actuellement sa feuille de route pour l'Arctique, et surtout de l'Union européenne. L'arbitrage entre opportunités et risques reste donc ouvert, et c'est à se demander si cette "légitimité européenne" sur l'Arctique résulte d'un droit économique plutôt que d'un devoir écologique.

Réactions3 réactions à cet article

 

Il me semble pourtant que l'embargo exempte "les produits commercialisés par les Inuits et les autres communautés aborigènes qui pratiquent une chasse traditionnelle nécessaire à la subsistance des communautés"...

GeorgiaL | 15 juillet 2014 à 23h11
 
Signaler un contenu inapproprié
 

C'est fou ce que la proximité du rendez-vous climat de 2O15 en France fait bouger tout un aéropage politique à la fois convaincu de l'impossibilité de mettre les nations d'accord pour mettre en place une suite à Kyoto, et persuadé que les vertus gauloises hexagonales parviendront à résoudre cette quadrature du cercle.Où est la sincérité dans le fait de s'intéresser soudainement à l'Arctique ? Un profond désir de participer à la recherche scientifique liée au changement climatique et aux bouleversements écologiques en train de se produire ? J'en doute lorsque dans le même temps on semble si désireux de s'inscrire en bonne position face à la disparition de la banquise afin soit de bétonner la région, soit de lui coller puisque c'est inévitable une marée noire de plus, ou encore d'aller y trouver un débouché supplémentaire pour les industries d'armement. Pauvres ours polaires !

Yande | 23 juillet 2014 à 19h15
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Yande, préparons nous, en vue du "sommet climat 2015" à entendre, lire ou voir un nombre inédit d'âneries en provenance des représentants de notre malheureux pays.
Le français va encore passer pour un va-de-la-gueule et, pour les gens qui voyagent, il va falloir s'habituer au ridicule... C'est un peu lassant, au point que, à l'étranger, je me fais souvent passer pour belge tellement j'ai honte (je le fais en ce moment en Italie).

Albatros | 30 juillet 2014 à 11h42
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager