En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Qui va freiner la course au pôle Nord ?

L'Arctique fait aujourd'hui l'objet d'importantes convoitises. Les conséquences du réchauffement climatique ouvrent le débat sur ses ressources énergétiques, les nouvelles routes maritimes et plus largement la protection de ce territoire.

Gouvernance  |    |  Sophie FabrégatActu-Environnement.com
Qui va freiner la course au pôle Nord ?
Alors que le sort du continent polaire Antarctique semble avoir été réglé depuis 1959 avec la signature du traité de Washington (établissant l'Antarctique comme territoire réservé aux activités pacifiques), la question de la gouvernance de l'océan glacial de l'Arctique se pose plus que jamais.
Longtemps protégé par son éloignement géographique et son bouclier de glace, ce territoire maritime attise les convoitises depuis l'accélération de la fonte de la banquise. En effet, la fonte des glaces ouvre la voie à de nouvelles activités : nouvelles routes maritimes, extraction de ressources minérales, stocks halieutiques… Les intérêts commerciaux s'intensifient.
Ces dernières années, les cinq grandes nations arctiques ont eu tendance à faire de cette mer de glace leur chasse gardée en se reposant sur la convention des Nations Unies sur le droit de la mer. D'autres pays, ainsi que les associations de protection de l'environnement, plaident au contraire pour une gouvernance mondiale de cette région : la fonte des glaces aura un impact mondial sur le niveau des océans et nécessiterait un régime international de protection.
''Les menaces sont proches. Le changement climatique menace la biodiversité et les populations Inuits. Les questions du pétrole, de la pêche… se posent également. Cela nécessite une diplomatie très technique. Or, le conseil de l'Arctique a entamé depuis quelques temps une phase de repli sur soi'', note Michel Rocard, lors d'une audition par l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et techniques (OPECST) le 9 février dernier. L'ancien Premier ministre, nommé ambassadeur de France en charge des négociations internationales sur les pôles en 2009, connait bien ces questions. Il a défendu, en 1991, avec son homologue australien, le Protocole de Madrid sur la protection de l'environnement en Antarctique, menant à l'interdiction de l'exploitation minérale de ce territoire.

Protéger les populations polaires

Les pôles sont les régions les plus touchées par le changement climatique, en particulier l'Arctique. La fonte des glaces, qui s'est accélérée ces dernières années, menace populations humaines et animales. L'ours polaire, dont le territoire se morcelle et les proies s'amenuisent, devient le symbole du risque qui pèse sur la biodiversité de l'Arctique.
Mais la menace pèse aussi sur les hommes. Les Inuits, et plus largement l'ensemble des habitants de l'Arctique (4 millions de personnes), sont touchés par le dégel du permafrost et doivent s'adapter à un territoire en profonde mutation (déplacements…). Leur survie alimentaire, mais aussi culturelle est en jeu.

Des ressources qui attisent les appétits

L'Arctique est une région riche en hydrocarbures. Dans cette zone, un potentiel de 20 milliards de barils de pétrole et 8.000 milliards de m3 de gaz a déjà été découvert. Les réserves totales sont estimées 200 milliards de barils de brut et à 80.000 milliards de mètres cube de gaz (la consommation actuelle d'hydrocarbures est de 30 milliards de barils de pétrole et 3.000 milliards de m3 de gaz par an).
Cette zone recèle également des minerais (or, rubis, diamants, zinc…). Autant dire que la bataille est rude pour savoir à qui appartiennent ces ressources.

Autre enjeu : depuis 2008, la fonte des glaces a ouvert de nouvelles voies maritimes en Arctique, entre le Japon, la Russie, l'Europe et l'Amérique du Nord. Ces nouvelles routes Nord-Ouest et Nord-Est représentent un risque pour cette région si le trafic devait se densifier. Mais Michel Rocard minimise ce risque. Selon lui, la forte présence d'icebergs dans la zone nécessite l'utilisation de bateaux à coque renforcée et les compagnies d'assurances surtaxent les bateaux s'y risquant. De plus, l'absence d'équipages de secours renforce les risques en cas d'accidents.

Vers une gouvernance mondiale ?

Selon la convention des Nations unies sur le droit de la mer signée en 1982, les eaux arctiques sont la propriété des pays riverains (dans une limite des 200 miles nautiques en bordure de la cote) : Russie, Canada, Etats-Unis (Alaska), Norvège et Danemark. D'autres zones font partie des eaux internationales, aucun pays ne peut donc y exercer son autorité.
Cependant, cette convention, entrée en vigueur en 1994, offre le droit d'étendre le plateau continental jusqu'à 350 miles marins si l'État riverain prouve la continuité du plateau au-delà des 200 miles de base. Cette demande doit intervenir dans les dix ans suivant la ratification de la convention (avant 2009 pour la Russie, 2013 pour le Canada, 2014 pour le Danemark).
Cette course à la souveraineté des eaux arctiques a mené en août 2007 à une action symbolique de la part de la Russie : une équipe de scientifiques russes a planté à 4.621 mètres de profondeur un drapeau russe, dans une zone convoitée, la dorsale de Lomonosov, riche en pétrole. Une manière de revendiquer ce territoire et d'attiser les tensions entre pays riverains.

Dans ce contexte, nombreux sont ceux qui souhaitent un traité de l'Arctique. Les pays riverains refusent cette ''ingérence'' et le conseil de l'Arctique (dont les membres permanents sont le Canada, le Danemark -Groenland et îles Féroé-, Etats-Unis, Finlande, Islande, Norvège, Suède et Russie) opère un ''repli sur soi'', selon les mots de l'ancien premier ministre. Les pays riverains multiplieraient les réunions à cinq.
Face à l'enjeu, l'ONG Cercle polaire a lancé un ''Appel des pôles'', signé par 100 personnalités issues de 40 pays pour demander une meilleure gouvernance des régions polaires.

Réactions5 réactions à cet article

 
c'est rassurant tout ça

Bonjour à tous!
En gros, on va profiter que la glace fonde pour encore prélever les ressources naturelles comme le pétrole et le gaz mais on a pas encore compris qu'il faudrait arrêter le massacre et se mettre aux énergies renouvelables. Pauvre ours polaire...pauvre planète...va falloir éviter d'aller dans le mur si on veut montrer à nos enfants comme notre terre est magnifique mais les politiques et l'argent gouvernent le monde...Comment arriver à croire en un meilleur avenir????ras le bol de l'hypocrisie des gouvernements!!!!

djé | 11 février 2010 à 09h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 
sombre avenir pour l'Artique

Le plus vite ,les glaces fonderont,le plus vite cela
alimentera les convoitises dont les bureaux de recherches sont prêtes à lancer les projets! Qu'ils
se laissent aussi inspirer par le film OCEANS et les
appels au secours des protecteurs de l'Environnement
qui risquent de crier dans le désert! Merci

arthur | 11 février 2010 à 11h43
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Rédction, SVP

Serait-il possible de corriger la belle erreur qui s'est glissée dans l'article lorsqu'il est écrit "la fonte des glaces (de la région arctique) aura un impact mondial sur le niveau des océans".. ce qui est absolument faux, la glace arctique reposant directement sur l'eau (cf Archimède)
Merci

Roma | 11 février 2010 à 14h19
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Re:Rédction, SVP

Il faut distinguer deux sortes de glaces : les banquises (glaces de mer) et les glaces continentales (calotte de l'Antarctique et du Groenland). Si la fonte des premières n'a effectivement pas d'influence sur le niveau des océans, la fonte des glaciers terrestres en a bien une...

Sophie Fabrégat | 11 février 2010 à 16h10
 
Signaler un contenu inapproprié
 
Servir l'intérêt général

Les 2 pôles sont à protéger car c'est important pour l'équilibre du climat et la protection de la biodiversité(espèces et écosystèmes).Une gouvernance écologique mondiale, constituée de scientifiques ayant des compétences pour prendre des mesures obligatoires est indispensable, afin de préserver un écosystème fragile(interdire la chasse aux phoques,interdire d'exploiter le pétrole,interdire de prendre la route du grand nord, interdire de prélever les poissons...).Il n'est plus question d'impact, mais de dépendance des Humains, vis à vis des écosystèmes. Les détruire rendraient la planète inhospitalière, donc inhabitable pour les générations suivantes...

Océane | 12 février 2010 à 18h02
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- disposant d'un porte-monnaie éléctronique
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partagez sur…