En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Hydrogène par électrolyse : l'Ademe s'allie à Areva

Energie  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com
Environnement & Technique N°338 Cet article a été publié dans Environnement & Technique n°338
[ Plus d'info sur ce numéro | S'abonner à la revue - Se connecter à l'espace abonné ]

Le groupe nucléaire Areva et l'Ademe ont annoncé vendredi 23 mai la création de la coentreprise "Areva H2-Gen" dédiée à la production d'hydrogène par électrolyse de l'eau, visant le marché du stockage des énergies renouvelables afin d'alimenter en hydrogène les stations-service pour les véhicules à pile à combustible ou les réseaux de gaz naturel (Power-to-Gas).

La société, basée en France, utilisera la technologie dite "PEM" (Proton Exchange Membrane) pour fabriquer des électrolyseurs par membrane à échange de protons, permettant la production d'hydrogène à partir d'eau et d'électricité. "L'électrolyse PEM est une solution pertinente car le marché du stockage d'énergie à base d'hydrogène croît rapidement (…). Elle répond notamment aux attentes des clients qui cherchent à optimiser l'utilisation des sources d'énergies renouvelables locales", a déclaré Luc Oursel, président du directoire d'Areva.

La coentreprise sera détenue à parts égales par Areva, l'Ademe ainsi que Smart Energies, société française qui investit dans la production d'énergies renouvelables via sa filiale CETH2.

La prise de participation de l'Ademe, qui intervient pour le compte de l'Etat, dans le cadre du programme des Investissements d'avenir, servira à financer le développement et la commercialisation d'électrolyseurs "de plus forte puissance".

Réactions2 réactions à cet article

 

Il faut noter que les piles a combustibles qui emploient de l'Hydrogène sont réversibles dans certains cas. Dans la technique citée le même appareil devrait pouvoir servir dans les deux sens. Evidemment le rendement global d'une telle chaine de conversion sera assez calamiteux par rapport au stockage hydroélectrique qui vient d'être définitivement abandonné au profit de "La continuité écologique des cours d'eau" (sic)

ami9327 | 25 mai 2014 à 00h01
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Enfin une piste d'avenir possible (à quel prix?). C'est par là qu'il aurait fallu commencer avant de subventionner par milliards le développement inconsidéré des énergies intermittentes. Il reste à obtenir un dimensionnement à la hauteur des enjeux effectifs. Je proposerai l'arrêt total des subventions à l'éolien et au photovoltaïque dans l'attente du développement (à accélérer au maximum) de cette filière. L'objectif de l'abaissement du coût de l'énergie doit figurer au cahier des charges et déclaré incontournable.
Chaque citoyen va pouvoir produire son électricité la stocker et l'utiliser selon ses besoins sans pollution sans payer de TVA, de CSPE de CTA (Contribution Tarifaire d'Acheminement qui est en fait une cotisation pour la retraite des gaziers et des électriciens prélevée sur vos factures). Encore faudra t il pouvoir payer ce rêve. J'espère que c'est l'objectif de ce projet (Un doute cependant AREVA: une danseuse de luxe)

ITC78 | 26 mai 2014 à 10h47
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager