En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Areva reconnaît des anomalies dans la fabrication d'équipements nucléaires

Risques  |    |  Laurent Radisson Actu-Environnement.com

La société Areva reconnaît, ce vendredi 29 avril, des anomalies dans le suivi de fabrication d'équipements dans son usine du Creusot (Saône-et-Loire).

Ces anomalies ont été mises en lumière dans le cadre d'un audit qualité lancé fin 2015 dans l'ensemble des sites de fabrication de l'entreprise. Ces anomalies sont en cours de caractérisation, indique la société, qui précise avoir mis en place un comité technique en lien avec EDF. Un processus d'information et d'échange associant l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) est mis en œuvre, ajoute l'entreprise.

Aucune mise en cause de l'intégrité mécanique des pièces n'est établie à ce stade, assure le communiqué. "L'audit mené indique que ces anomalies relèvent d'actions du passé. L'organisation et les modes de fonctionnement actuellement en vigueur au Creusot ne permettent plus aujourd'hui ce type d'anomalies", affirme en outre Areva, qui annonce un nouveau point d'avancement d'ici fin mai.

C'est à l'usine du Creusot qu'a été fabriquée la cuve du réacteur nucléaire de nouvelle génération (EPR) en construction à Flamanville (Manche), objet d'une anomalie révélée en avril 2015. Areva et EDF mènent actuellement des tests sur la composition de l'acier de la cuve afin de prouver qu'elle peut fonctionner malgré les défauts identifiés. Ces tests doivent se poursuivre jusqu'à la fin 2016. Si ces tests se révèlent satisfaisants, l'ASN pourrait autoriser la cuve dans le cadre d'une procédure d'autorisation dérogatoire.

Réactions1 réaction à cet article

 

Bonjour,
Je note que nous n'avons pas ici de cri d'orfraie des opposants aux éoliennes, qui dénoncent régulièrement les supposées atteintes à l'environnement et coûts, qu'ils disent importants, de ces énergies nouvelles pour le contribuable.
Pourtant, cette situation en mériterait cent fois plus, des cris d'orfraie, ou au moins du scepticisme inquiet. Des coûts en milliards, payés par le contribuable (3 milliards dernièrement promis à EDF par l’État), alliés à un risque non caractérisé portant sur une cuve de réacteur nucléaire...
Et là, rien, le silence.
?!!?

krakatoe | 02 mai 2016 à 14h27
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Laurent Radisson

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager