Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Boues radioactives dans le Limousin : l'Etat est assigné en justice

Déchets  |    |  Rachida Boughriet  |  Actu-Environnement.com

L'association Sources et Rivières du Limousin qui a déjà porté plainte en mai 2011 contre Areva, pour stockage illégal de boues radioactives dans la commune de Compreignac (Haute-Vienne), conteste un arrêté préfectoral et assigne l'Etat en justice.

Nouvelle plainte contre Areva

En juin dernier suite à la plainte de l'association, la préfecture de Haute-Vienne mettait Areva en demeure de retirer plusieurs tonnes de déchets d'uranium issus du curage de l'étang de Rode avant le 1er septembre. Or, selon Sources et Rivières, le groupe nucléaire n'a pas respecté l'échéance de la mise en demeure. L'association a de nouveau porté plainte contre Areva devant le parquet du Limousin. Sources et Rivière juge également ''illégal'' le nouvel arrêté délivré la préfecture autorisant le groupe nucléaire à stocker ces boues sur un nouveau site voisin, à Bellezane. ''Areva a trouvé la solution : déplacer le problème avec l'accord de l'administration '', a fustigé l'association dans un communiqué. ''Alors qu'une telle installation nécessite normalement plus d'un an d'instruction, une étude d'impact, une enquête publique et une enquête administrative, cette autorisation est apparue en plein été sur le site internet de la Préfecture'', dénonce-t-elle. L'association a déposé mardi 13 septembre un recours devant le tribunal administratif de Limoges.

Source et Rivières a aussi dénoncé "le comportement de l'Etat qui cherche à couvrir les incompétences de la société Areva". L'association a engagé ''une action en responsabilité de l'Etat dans la conduite de ce dossier''.

De son côté, la préfecture de Haute-Vienne estime que l'association ''met en cause, à tort, l'Etat''. Le préfet ''a fixé par arrêté du 19 août les prescriptions d'aménagement et d'exploitation que ce stockage (vers Bellezane, ndlr) doit respecter pour assurer la protection de l'environnement et des personnes'', a précisé la préfecture mardi dans un communiqué. Elle explique que "le transfert des déchets a commencé le 22 août. Compte tenu de la quantité de sédiments à transporter et pour que cette opération soit menée dans les meilleures conditions,le préfet a accordé, à la demande de l'exploitant, un délai supplémentaire jusqu'au 1er octobre 2011. L'opération continuera à se dérouler sous le strict contrôle de l'Inspection des installations classées", a-t-elle déclaré. D'après l'association, "à peine 50% des résidus incriminés'' auraient été déplacés par Areva de Compreignac à Bellezane.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Rachida Boughriet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

BioDECONDITIONNEUR™ de rebuts alimentaires emballés Paddle Depacker MAVITEC Green Energy