Robots
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

Arrêt des centrales à charbon : mise en place d'un accompagnement des salariés

Energie  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
Arrêt des centrales à charbon : mise en place d'un accompagnement des salariés

À l'occasion du Conseil des ministres du mercredi 29 juillet, le Gouvernement a présenté une ordonnance, publiée ce jeudi 30 juillet, afin d'accompagner les salariés concernés par la fermeture des centrales à charbon. Quatre sites sont visés : Le Havre (Seine-Maritime), Saint-Avold (Moselle), Cordemais (Loire-Atlantique) et Gardanne (Bouche-du-Rhône).Toutes ces installations seront arrêtées en 2022. Le Gouvernement y voit un moyen de réduire les émissions de gaz à effet de serre du secteur électrique : « Les quatre centrales à charbon en activité en France produisent 1,18 % de la consommation nationale d'électricité, mais génèrent environ 10 millions de tonnes de CO2, soit près de 30 % des émissions de gaz à effet de serre du secteur électrique. »

L'ordonnance vise à la fois les salariés des entreprises exploitant ces centrales, mais aussi les personnels portuaires directement touchés par l'arrêt de cette activité et les salariés des entreprises sous-traitantes. Elle prévoit un accompagnement renforcé qui leur garantit leur revenu le temps nécessaire à leur transition professionnelle.

Réactions1 réaction à cet article

 

A Cordemais, 44, la rénovation de la centrale (350 M€) devait prolonger la centrale jusqu'à 2035 ! Et voila le projet écocombust qui va brûler ; 20 % charbon, 80 % déchets bois puis 100% en 2024 sur ce site seveso seuil haut. 1er AP 9/7/2019, le second 10/9/2020 prolonge l'expérimentation jusqu' à 30/6/2021. Mais comment a t il été possible de passer outre le débat public, l'étude d'impact, l'enquête publique ? M. Hulot s'était opposé au projet devant les députés le 29/7/2017 - mauvais rendement, problèmes environnementaux - , un garant pour le CNDP n'a pu être trouvé tellement le projet est mauvais, et même début 2020 le projet écocombust a été retoqué à 80% par l'Etat. C'est plus qu'une expérimentation avec une installation de 50 MW qui brûle des déchets bois ! les Valeurs Limites d ' Emission dépassent largement ce que l'on demande dans les MDT pour installations de plus de 50MW ! VLE : 30mg/m3 en poussières, 400 mg/m3 en NOx ! Un simple Arrêté Préfectoral 10/9/2020 pour pouvoir brûler un mauvais combustible sans filtrer davantage les fumées ! https://www.georisques.gouv.fr/risques/installations/donnees/details/0063.01217?url=region=52&departement=44&commune=44045#/ On ne comprend pas l'Etat qui a investit 350 M€ en 2015 à pertes car Cordemais fait des expérimentations hasardeuses écocombust pour tout arrêter en 2026. Mais qui dirige à Cordemais ? L'Etat décidait en janvier de donner 275 M€ à la région pour compenser la fermeture totale du site en 2026
jc25mercier.free.fr

J Cl M 44 | 21 septembre 2020 à 22h23
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager