En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. En savoir plusFermer
Actu-Environnement

La France cesse de financer "immédiatement" les centrales à charbon sans stockage de CO2

Energie  |    |  Sophie Fabrégat  |  Actu-Environnement.com

C'était une annonce très attendue. Le Premier ministre Manuel Valls a profité de l'ouverture de l'évènement "La France s'engage pour le climat, en avant la COP 21", ce jeudi 10 septembre à l'Elysée, pour déclarer que la France stoppait immédiatement les crédits à l'export pour tous les nouveaux projets de centrales au charbon non dotées d'un dispositif de captage et de stockage de CO2 (CSC).

Cette décision a été immédiatement saluée par les ONG, qui attendaient depuis plusieurs mois la concrétisation des annonces du gouvernement sur ce sujet. "La France, future présidente de la grande Conférence de Paris sur le climat, envoie ainsi un signal clair à la communauté internationale à trois mois de l'ouverture de la Conférence. Nous poursuivrons notre travail dans les autres pays pour qu'ils suivent l'exemple de la France sur ce dossier", réagit le réseau action climat (RAC) dans un communiqué. L'ONG rappelle que, le 17 septembre, une réunion à l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) abordera la question des aides au charbon.

Le RAC nuance cependant son enthousiasme en rappelant que "l'arrêt des soutiens, s'il concerne bien toutes les centrales à charbon, n'inclut pas les mines de charbon et les infrastructures qui y sont liées, pourtant comprises dans l'engagement présidentiel « dès lors qu'il y a utilisation du charbon »".

Claire Fahrenbach, directrice d'Oxfam, a également regretté la poursuite des financements pour les centrales à charbon les moins polluantes : "Ces fonds n'iront pas aux énergies renouvelables !", a-t-elle tweeté, en réaction au propos de Ségolène Royal, tenus le matin même au micro de France Info. Confirmant que les aides aux centrales à charbon allaient être supprimées, la ministre de l'Ecologie avait également ajouté: "J'ai proposé à Alstom que ces aides lui soient données pour investir dans les énergies renouvelables". Depuis 2001, Alstom aurait bénéficié de crédits à l'export pour trois projets de centrales à charbon, selon le RAC.

RéactionsAucune réaction à cet article

 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Sophie Fabrégat

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager