Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Eau potable : le Sedif et Grand-Paris-Sud actent l'arrêt du projet d'osmose inverse

Eau  |    |  Florence Roussel  |  Actu-Environnement.com
Eau potable : le Sedif et Grand-Paris-Sud actent l'arrêt du projet d'osmose inverse

Le Syndicat des eaux d'Île-de-France (Sedif) et la communauté d'agglomération Grand-Paris-Sud se sont mis d'accord pour ne pas lancer le projet d'osmose inverse basse pression (OIBP) dans l'usine de production d'eau potable d'Arvigny (Seine-et-Marne). Lors d'une rencontre, les élus des deux institutions ont remis à plat leur vision du territoire en matière d'approvisionnement en eau potable. Avec cet équipement pilote, le Sedif visait la distribution d'une eau moins chlorée, moins calcaire et, espérait-il, moins chargée en micropolluants. Un choix contesté toutefois par des associations environnementales et des élus, dont ceux de la communauté d'agglomération Grand-Paris-Sud, pour son coût environnemental et financier. Le projet n'avait d'ailleurs pas obtenu l'aval du préfet, en janvier dernier.

Si le Sedif renonce au site pilote d'Arvigny, il va toutefois déployer la technologie de OIBP dans ses trois usines principales : Choisy-le-Roi, Méry-sur-Oise et Neuilly-sur-Marne. « L'usine [d'Arvigny] demeurera cependant un ouvrage essentiel de sécurisation mutuelle et d'ultime secours avec les autres autorités organisatrices », précise le syndicat.

Les deux entités ont par ailleurs confirmé leur volonté de travailler avec l'ensemble des autorités organisatrices de petite et grande couronne à une organisation de l'alimentation en eau des Franciliens qui soit « cohérente, coopérante et à une échelle adaptée, tout en respectant les équilibres actuels et l'intégrité des réseaux hydrauliques ».

Réactions2 réactions à cet article

 

Merci pour cette information. Intéressant. Je me suis toujours demandé pourquoi on persistait à distribuer de l'eau potable alors qu'environ 70% de l'eau potable consommée part aux toilettes ! N'est-il pas envisageable de distribuer de l'eau non potable bonne pour les toilettes et d'installer chez chaque consommateur un dispositif de potabilisation de l'eau certifié et contrôlé périodiquement ? Qu'en pensez vous ?

olibio | 02 mai 2022 à 17h04
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Si je me rappelle des cours qu'on m'avait dispensés sur les traitements de l'eau, en traitant l'eau par osmose inverse, on obtient un liquide qui ne contient plus grand chose dedans... c'est cool, plus de molécules organiques.... par contre, je me pose la question des minéraux dont il ne doit plus rester grand chose non plus... boire l'eau de son fer à repasser, est-ce vraiment si sain que çà? (surtout qu'il peut, en plus, se créer des dépôts microbiens en cas de mauvais entretien).

nimb | 03 mai 2022 à 10h21
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question à la journaliste Florence Roussel

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

SOFREL WEB LS : centralisation et analyse de données dans un cloud sécurisé LACROIX - Environment