Robots
Cookies

Préférences Cookies

Nous utilisons des cookies sur notre site. Certains sont essentiels, d'autres nous aident à améliorer le service rendu.
En savoir plus  ›
Actu-Environnement

Un arrêté met à jour la liste des associations agréées pour la protection de l'environnement

Gouvernance  |    |  Philippe Collet  |  Actu-Environnement.com

Un arrêté, publié au Journal officiel du 10 septembre, liste les associations agréées au titre de la protection de l'environnement dans le cadre national. Au total, elles sont 54 à l'être. Le texte, signé il y a déjà plus de trois mois, abroge et remplace deux arrêtés pris en décembre 2018 et mars 2019.

Pour rappel, l'agrément, d'une durée de cinq ans, permet notamment à une association de s'opposer à une décision publique qui porte atteinte à l'environnement en déposant un recours devant les juridictions administratives. Sans agrément, elle doit faire la preuve de son intérêt et de sa qualité à agir.

Une combinaison de trois listes

La nouvelle liste reprend les 19 associations figurant dans l'arrêté de décembre 2018, parmi lesquelles figuraient Les Amis de la Terre, France Nature Environnement (FNE), Générations futures, la Ligue de protection des oiseaux (LPO) ou encore le Réseau sortir du nucléaire. Y apparaissaient aussi des représentants des chasseurs, avec la Fédération nationale des chasseurs, et une association connue pour s'opposer à l'éolien au motif de la protection des paysages (l'association Patrimoine Environnement).

Le nouvel arrêté reprend aussi les 11 associations listées dans l'arrêté de mars 2019 : l'Association nationale pour la protection du ciel et de l'environnement nocturne (Anpcen), l'Association pour la protection des animaux sauvages (Aspas), Ferus, la Commission de recherche et d'information indépendantes sur la radioactivité (Criirad), Greenpeace France, Humanité et biodiversité, Mountain Wilderness France, le Réseau Action Climat (RAC) France, Robin des bois, Surfrider Foundation Europe et l'Union nationale des centres permanents d'initiatives pour l'environnement (UNCPIE).

Enfin, l'arrêté liste 14 associations qui ne figuraient sur aucun des deux textes abrogés. Certaines apparaissaient sur une liste publiée sur le site du ministère de la Transition écologique, à l'image d'Agir pour l'environnement et de Zero Waste (toutes deux agréées en janvier 2019, mais absentes de l'arrêté de mars 2019). Paysage de France (agréée en juin 2019), Respire (agréée en mars 2021), ou encore Réserves naturelles de France (agréée en novembre 2019) figurent aussi dans le nouvel arrêté.

Dernier détail : la Fédération nationale de la pêche et de la protection du milieu aquatique apparaît dans l'arrêté, alors que son dernier agrément officiel date de juillet 2016. Celui-ci n'est donc plus valable à la date de publication de l'arrêté, alors qu'il l'était en mai lors de la signature du texte.

Réactions2 réactions à cet article

 

Voir la FNC figurer dans la liste des associations agréées au titre de la protection de l'environnement dans le cadre national me fait à chaque fois penser à cette affiche des années 80 de la SEPANSO intitulée "Parmi ces quatre chasseurs se cache un nuisible - Reconnaissez-le !"...

Pégase | 13 septembre 2021 à 10h05
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Je trouve dommage de 'boycotter' des réunions car cela n'apporte pas grand chose.
Les agriculteurs sont coincés avec les interdictions de produits chimiques, mais ils sont aussi pour certains opposés aux éoliennes qui défigurent leur paysage. Rien n'est tout blanc ni tout noir.
Le souci est d'être payé pour agir. C'est pour cela que les députés sont payés par nous, afin qu'ils puissent être indépendants des groupes de pression.
Autrefois ce n'était pas le cas.
Donner du pouvoir aux associations est très bien, il faut aussi les aider et surveiller que l'argent donné n'aille pas dans les poches de certains, comme cela s'est produit avec l'ARC, recherche sur le cancer!
Il faut donc des contrôleurs payés eux aussi pour éviter la corruption! Et qui se contrôlent... Pas facile.

28plouki | 13 septembre 2021 à 10h49
 
Signaler un contenu inapproprié
 

Réagissez ou posez une question au journaliste Philippe Collet

Les réactions aux articles sont réservées aux lecteurs :
- titulaires d'un abonnement (Abonnez-vous)
- inscrits à la newsletter (Inscrivez-vous)
1500 caractères maximum
Je veux retrouver mon mot de passe
[ Tous les champs sont obligatoires ]
 

Partager

Bouée DB600 : station d'alerte instrumentée et autonome en milieux naturels Xylem Analytics France